samedi 3 juin 2017

03/06 - MAROC - LA CONTESTATION SOCIALE PERDURE 
APRÈS L'ARRESTATION D'UN LEADER DE L'OPPOSITION. 


RT France : La plupart des commerces sont restés clos le 2 juin à Al Hoceïma, dans le nord du Maroc, au deuxième jour d'une grève générale qui a vu néanmoins un mot d'ordre de boycott des prêches officiels des mosquées peu suivi. Les gens ont peur de l'Islam et ils ont raison.

En France nous aurons du mal à régler le problème musulman déjà bien avancé, Et si la solution venait du Maroc ?
Comme en Inde, cette stratégie de fermer tous les commerces peut-être payante en la prolongeant. J'ai vu des touristes à Cochin, kerala - Inde, errer dans les rues à la recherche d'une bouteille d'eau et de nourriture. Tout était fermé. Je devais passer par une ruelle pour me glisser sous le rideau métallique d'une boutique pour les ravitailler, alors qu'ils pouvaient boire, comme moi, l'eau du puits. Mais je devais me cacher et leur ramener le minimum, sinon, j'aurais perdu, à juste titre, l'estime de la population.
Si nous bloquons le plus possible la consommation, nous bloquons le système qui fait de nous des esclaves. Pour l'islam, il en va de même. Si les musulmans "modérés" comme on les appelle, ceux qui ne savent pas ce qu'est vraiment l'Islam et ce que prône le Coran tournent le dos à l'endoctrinement, cette chape de plomb au dessus de nos têtes pourrait se dissoudre assez vite.

Dans l'après-midi du 2 juin, la grande majorité des commerces du centre-ville d’Al Hoceïma étaient fermés. A l'exception de deux ou trois pharmacies, et du grand supermarché de la ville, (erreur ! mais si les employés ne vont pas au travail, ils sont licenciés. Le piège des grandes surfaces, des grandes villes...) cette localité située dans le nord du Maroc avait des allures de cité fantôme.
La veille, une grève générale avait débuté et avait été très suivie dans la ville, ainsi que dans d'autres lieux de la province. La police aurait procédé à une quarantaine d'arrestations, visant essentiellement le noyau dur
Lancée à l'appel du «hirak», le mouvement qui anime la contestation populaire depuis sept mois dans la région du Rif*, ce mot d'ordre de grève entend protester contre l'arrestation du leader contestataire Nasser Zefzafi et de plusieurs militants.
----------------------------
Ce qui gouvernent le pays vont essayer de faire relâcher les détenus pour arrêter le conflit.
Maroc – Ahmed Assid : « Il faut libérer les détenus du Hirak et rompre avec les théories du complot et de la trahison »
Ahmed Assid est parmi les signataires d’un appel à la médiation lancé par le think thank Bayt Al Hikma
----------------------------
Échec du boycott des mosquées
L'appel du «hirak» à boycotter les mosquées d'Al Hoceïma pour aller prier dans la rue en protestation contre les prêches officiels, également lancé à l'occasion de la grande prière du vendredi, a lui été peu suivi.
A l'exception d'une mosquée proche du domicile de Zefzafi, la fréquentation des autres mosquées de la ville était quasi-normale en ce vendredi 2 juin marquant la fin de la première semaine du jeûne du ramadan.

Dans la ville voisine d'Imzouren en revanche, les fidèles ont prié dans la rue, sur le seuil de la mosquée, selon des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.
Depuis la diffusion le 26 mai d'un mandat d'arrêt visant Nasser Zefzafi, le leader de la contestation qui secoue le Rif ces derniers mois, la province d'Al Hoceïma est en effervescence.
Nasser Zefzafi, qui disait lutter contre la «marginalisation» de la région et dénonçait «la corruption» de l'Etat «policier», a été interpellé le 29 mai pour «atteinte à la sécurité intérieure».

Il est accusé, entre autres, d'avoir interrompu le prêche d'un imam dans la principale mosquée d'Al Hoceïma. Il s'en était pris au prédicateur, lui reprochant d'inciter les fidèles à prendre parti contre la contestation.

Heurts entre manifestants et forces de l’ordre ces derniers jours
La police a procédé depuis le 26 mai à une quarantaine d'arrestations, visant essentiellement le noyau dur du «hirak». 31 personnes sont actuellement détenues par la police, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Mustafa El-Khalfi, selon des propos rapportés par l'agence de presse MAP (officielle).
Ces sept derniers jours, les manifestations qui se déroulent la nuit pour cause de ramadan, ont été quotidiennes, rassemblant jusqu'à plusieurs milliers de personnes à Al Hoceïma, malgré la présence en masse des forces de l'ordre dans cette ville de 56.000 habitants.
A l'exception de heurts durant le weekend, ces démonstrations sont restées pacifiques. Des manifestations ont eu lieu également dans d'autres villes de la province, en particulier à Imzouren.

«Les portes du dialogue demeurent ouvertes avec la société civile, les instances élues et toute autre partie qui le désire», a déclaré le porte-parole du gouvernement.
Les interventions des forces de l'ordre sont demeurées «très limitées» en sept mois de protestation, a affirmé Mustafa Khalfi.
700 sit-in ont été recensés dans la province pour cette période, dont 150 dans la ville d'Al Hoceïma, soit une moyenne de quatre sit-in par jour, a-t-il détaillé.

Le pays est secoué par des manifestations qui ont déjà été comparées aux événements du "printemps arabe" de 2011.
Espérons que cette fois le peuple restera aux manettes.
------------------------------
Plus d'information et vidéo des prêches sur ce site :
En vidéo : Le Hirak du Rif se déplace en France, le Maroc envoie des Imams pour prêcher contre la «Fitna» et les «meneurs de troubles» (exclusive RifOnline)
http://www.rifonline.net/En-video-Le-Hirak-du-Rif-se-deplace-en-France-le-Maroc-envoie-des-Imams-pour-precher-contre-la-Fitna-et-les-meneurs-de_a1604.html

HIRAK: ZEFZAFI ET COMPAGNIE TRANSFÉRÉS À AL HOCEÏMA
http://fr.le360.ma/politique/hirak-zefzafi-et-compagnie-transferes-a-al-hoceima-121697 tre-catholiques-musulmans/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire