samedi 20 mai 2017

20/05 - PARIS - QUARTIER INTERDIT AUX FEMMES : 
HIDALGO, MAIRE DE PARIS, SAVAIT DEPUIS DES SEMAINES. 


Témoignage : Je dirais qu'ils savaient depuis des années que cela dure. Ces personnes, comme Anne Hidalgo vivent dans des tours d'ivoire, protégés aux frais des contribuables et ont comme consigne de laisser croire que tout va bien pour nous. Si nous nous plaignons, nous sommes traités de racistes, d'islamophobes et c'est nous qui avons les ennuis*...
Il y a déjà 2 ans, des patrouilles de police me disaient de ne pas me promener dans un quartier du centre de Paris très touristique. Je me suis revue en Amérique centrale à Colon au Panama dans les mêmes conditions. On vous tranche la tête pour bien peu. Cette ville est au mains des africains et les blanc sont regroupés dans un quartiers avec barbelés, caméra, vigiles à chaque maison. Cette ville est magnifique à photographie , un contraste avec les bâtiments type espagnol qui ont été magnifique et la crasse qui y règne.
Mais, je me promène dans ces quartiers. Ce qui compte c'est de n'avoir aucune peur face à eux, comme avec les animaux sauvage, comme vous le voyez dans "crocodile Dundee" face au buffle. J'ai expérimenté ça la premier fois avec un singe qui m'attaquait? J'avais déjà été mordue, un croc à travers le pouce !
la solution est le manque de peur, mais accompagné d'un amour inconditionnel même et surtout envers nos ennemis qui sont dans la confusion.
Je me promène souvent dans le quartier dont il est question, accolé au quartier indien et j'y fais de très bons contacts, ils me connaissent et je donne des tracts. C'est le seul endroit où les commerçants me disent de mettre mes tracts sur le comptoir. La preuve que nous n'avançons pas parce que nous avons peur.
--------------------------------------
Insécurité. Dans un communiqué et une série de déclarations sur le réseau social Twitter, Anne Hidalgo, la maire de Paris, a expliqué être au courant "depuis plusieurs semaines" du harcèlement de rue subi par les femmes dans un quartier du nord de Paris, et parle de mesures en cours.
Elle savait. Anne Hidalgo savait donc "depuis plusieurs semaines" qu'un phénomène de harcèlement de rue empêchait les femmes de traverser un quartier du XVIII arrondissement de Paris. "La Ville de Paris et la préfecture de police ont identifié ce problème depuis plusieurs semaines et sont déterminées à agir", a-t-elle expliqué sur le réseau social Twitter.

Injures et menaces de dealers
La maire de Paris a poursuivi en indiquant vouloir "mettre en place un plan d'actions spécifiques contre les discriminations envers les femmes" en "augmentant de façon importante les contrôles de police tout au long de la journée", afin que "les résultats soient visibles dès les prochains jours".
Anne Hidalgo prend au rebond l'article du Parisien publié jeudi 18 mai qui explique l'enfer subi par les femmes qui traversent le quartier de la Chapelle-Pajol, situé à cheval sur le Xe et le XVIIIe arrondissement de Paris. Dans cet espace, les cafés, les bars, les restaurants sont interdits aux femmes et le port de robes, jupes, pantalons serrés est prohibé, explique Le Parisien. De surcroît, elles ne peuvent marcher 200 mètres sans subir les injures et les menaces de groupes d’hommes agressifs, de migrants, de dealers, ou de vendeurs à la sauvette.
------------------------------
* Des riverains qualifiés de «racistes» pour avoir dénoncé l'insécurité à La Chapelle-Pajol (VIDEOS)
Forcément la gauche lâche ses militants contres les personnes qui osent manifester. Ils font faire leur sale boulot par des personnes naïves, même pas besoin de police. Ils nous ont monté les uns contre les autres avec leurs partis politiques et leurs religions. A nous à ne aps lacher et ne aps rentre dans leur juex. Ne pas répontre à ces contre mnifestants. Ils sont sous contrôle mental.
https://francais.rt.com/france/38605-riverains-qualifies-racistes-chapelle-pajol-femme

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire