jeudi 20 avril 2017

20/04 - LE JOURNALISTE-STAR DE FOX NEWS 
QUI AVAIT INSULTÉ POUTINE 
CONGÉDIÉ SUR FOND DE SCANDALE SEXUEL. 


On n'insulte pas une personne intègre qui lutte pour la Paix dans le Monde. Nos journalistes en France sont loin d'être clairs, nous relayant de fausses informations non vérifiées, ou nous faisant assister à des spectacles débiles. En relayant la souffrance avec une futilité" criminelle. Le mal doit laisser la place au bien. L'ombre à la Lumière. Ils sont dans l'ombre et la Lumière risque de les brûler ! Ne sentent-ils pas le vent tourner si occupés à obéir à leurs grands patrons, sont-ils encore capables de réfléchir en dehors de la pensée unique?
--------------------------------
Le journaliste-star de Fox News qui avait insulté Poutine congédié sur fond de scandale sexuel.
Craignant visiblement pour son image, la société 21st Century Fox, propriétaire de la chaîne Fox News, s'est vue contrainte de se débarrasser de son présentateur vedette Bill O'Reilly, accusé de harcèlement sexuel par plusieurs femmes.
«Après un examen exhaustif des accusations, la société et Bill O'Reilly se sont mis d'accord pour que Bill O'Reilly ne revienne pas à Fox News», a déclaré dans un communiqué la société 21st Century Fox, propriétaire de la chaîne de télévision américaine Fox News.
La Fox n'a pas détaillé les raisons qui l'ont poussée à se séparer de son journaliste-vedette, mais les récentes accusations de harcèlement sexuel qui pèsent contre Bill O'Reilly pourraient en être la cause principale.
Au début du mois d'avril, le New York Times avait révélé qu'O'Reilly et la Fox avaient versé quelque 13 millions de dollars (12 millions d'euros) de compensation à cinq femmes, moyennant leur silence et leur renonciation à des poursuites contre lui pour harcèlement sexuel.
Malgré la fidélité de ses téléspectateurs, qui continuaient à le suivre par millions, beaucoup d'annonceurs ont commencé à quitter le navire, parmi lesquels on trouve Mercedes-Benz, BMW ou encore le groupe pharmaceutique français Sanofi.
De plus, la chaîne venait déjà d'être éclaboussée par un scandale de harcèlement sexuel et avait promis de faire le ménage. Son ancien PDG et fondateur, Roger Ailes, avait été acculé à la démission en juillet 2016, après les accusations d'une ancienne présentatrice.

Bill O'Reilly avait qualifié Poutine de «tueur»
En février dernier, dans une interview avec le président américain Donald Trump, Bill O'Reilly s'en était pris violemment au président russe Vladimir Poutine, n'hésitant pas à le qualifier de «tueur», ce à quoi le président américain avait répondu : «Vous pensez que les Etats-Unis sont innocents ?».
Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov avait jugé les propos de Bill O'Reilly inacceptables et signalé au journaliste que Moscou attendait des excuses de sa part. L'Union russe des journalistes avait également rappelé que personne n'avait le droit d'accuser quelqu'un d'être un assassin.
Bill O'Reilly et son émission quotidienne à 20 heures, le «O'Reilly Factor», était la valeur sûre de cette chaîne créée en 1996, qui n'avait cessé de progresser avec la montée des valeurs conservatrices et de Donald Trump. Son émission vieille de 20 ans battait depuis des années des records d'audience, avec 3,98 millions de téléspectateurs en moyenne au premier trimestre 2017. 

CERTAINS JOURNALISTES FRANÇAIS DEVRAIENT SE MÉFIER. 
LE VENT RISQUE DE TOURNER ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire