mercredi 12 avril 2017

+12/04 - RUSSIE : LES ÉTATS-UNIS ONT PLANIFIÉ L’ATTAQUE DE MISSILES 
BIEN AVANT IDLIB, LES AVIONS AMÉRICAINS 
BANNIS DE L’ESPACE AÉRIEN SYRIEN. 

Des avions russes Sukhoï Su-25
décollent de la base aérienne de Hmeimim,
escortés de chasseurs MiG-29.
Par GPD le 7 avril 2017
L'attaque de missiles n’a tué que quelques enfants alors que la guerre médiatique se transforme en une censure à 100%.

La Russie a suspendu le protocole d’accord sur la sécurité aérienne en Syrie avec les États-unis en raison de la frappe de missiles américains sur l’aérodrome militaire de Shayrat en Syrie, selon une déclaration du Ministère des Affaires Étrangères Russe.

ACTUALITÉ EN DIRECT : frappe de missiles américains contre la Syrie
« Sans se soucier de faire la moindre enquête, les États-unis ont procédé à une démonstration de force, s’engageant dans une confrontation militaire avec un pays qui combat le terrorisme international », tel est l’énoncé de la déclaration du Ministère des Affaires Étrangères.


Les États-unis ont lancé quelque 60 missiles Tomahawk sur la base aérienne militaire dans le gouvernorat de Homs ce vendredi. L’attaque a été déclenchée après que le Président américain Donald Trump ait attribué la responsabilité de la supposée attaque chimique d’Idlib au gouvernement de la Syrie.

Les États-unis tirent des douzaines de missiles de
croisière Tomahawk sur une base militaire près
de Homs, Trump prend comme prétexte
«l’attaque chimique d’Assad». 
« A l’évidence, l’attaque de missiles de croisière a été préparée auparavant. N’importe quel expert vous dira que la décision de la frappe a été prise avant les évènements d’Idlib, qui ont servi de prétexte pour une démonstration de force », selon l’énoncé de la déclaration.

Le protocole sur la sécurité aérienne a été signé en octobre 2015, après que la Russie soit intervenue en Syrie pour combattre le terrorisme international à la demande du gouvernement du pays. Le protocole d’accord a été conçu pour prévenir tout possible malentendu entre les Forces aériennes Russe et Américaine opérant indépendamment l’une de l’autre dans la région.

Le Ministère des Affaires Etrangères de la Russie a condamné l’attaque comme un exemple de « l’attitude imprudente » qui n’a fait qu’empirer « les problèmes mondiaux existants » et créé « une menace à la sécurité internationale ».

Le Ministère Russe des Affaires Etrangères a fermement écarté toute allégation de l’utilisation d’armes chimiques par l’armée syrienne, affirmant que le gouvernement syrien ne possède pas de telles armes. Ceci a été confirmé par l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC).

L’OIAC a « inspecté virtuellement tous les objets en Syrie liés ou qui auraient pu être liés, au programme de guerre chimique du pays ».

L’incident d’Idlib était le résultat d’un raid aérien des forces syriennes, qui a bombardé une installation où des terroristes produisaient des charges explosives remplies de produits chimiques destinées à être utilisées en Syrie et en Irak, selon l’avis de Moscou.

Les États-unis prétendent que les choses sont évidentes. Ils refusent de prendre en compte l’hypothèse d’un usage par les terroristes d’armes chimiques en Irak, ce que Bagdad a confirmé officiellement. Ils ont écarté des cas documentés de recours par les terroristes à la guerre chimique à Alep. Tout cela ne fait qu’encourager le terrorisme international et à le renforcer », énonce la déclaration, qui ajoute qu’il faut désormais s’attendre à de nouvelles attaques terroristes « avec des armes de destruction massive ».

L’attaque de missiles américains en Syrie a rappelé au Ministre des Affaires Etrangères de la Russie, Serguei Lavrov, l’invasion de l’Irak de 2003 par les Etats-Unis, a déclaré le ministre au cours d’une conférence de presse consécutive à la réunion de la Communauté des Etats Indépendants (CEI).

La Turquie en appelle à une zone d’exclusion aérienne sur la Syrie – porte-parole du Président
« Cela nous rappelle la situation de 2003, lorsque les Etats-Unis et le Royaume Uni, avec leurs alliés, sont intervenus en Irak sans l’approbation du Conseil de Sécurité des Nations Unies, ce qui constituait une infraction flagrante à la loi internationale », a déclaré Lavrov.

Les États-unis se sont empressés d’accuser le gouvernement de la Syrie de l’incident de guerre chimique d’Idlib, mais sans se soucier de fournir la moindre preuve de telles assertions, a dit Lavrov.

« Ce qui nous ramène à l’idée que le Front Al-Nusra est considéré par l’Occident comme une organisation qui doit être préservée », a-t-il souligné.

Traduction Patrick T.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire