mercredi 5 avril 2017

05/04 - HÔPITAL. MÉFIANCE. 
PHILIPPE HUMBERT, ANCIEN CHEF DE SERVICE DÉNONCE. 

CHU de Besançon :« On a délibérément menti à des malades »

De plus en plus de personnes hospitalisées pour un petit problèmes se voient ressortir avec une maladies graves et des fois ne ressortent pas.

C'est un nouveau scandale au CHU de Besançon. Philippe Humbert, ancien chef de service de dermatologie, le dénonce.
Y a-t-il eu trop de chimiothérapies administrées au service dermatologie du CHU de Besançon ? Certains médecins les ont-ils prescrites sciemment, alors que d'autres traitements — comme des chirurgies — étaient possibles et peut-être mieux adaptés dans certains cas pour guérir des patients, dans le but de grimper dans les classements ?
Ou pire, d'entretenir des liens avec des laboratoires ? Dans le café où nous l'avons rencontré à Besançon, le professeur Philippe Humbert, 57 ans, lance un pavé dans la mare. Dermatologue de renommée internationale, ce spécialiste des cancers de la peau est, dit-il, « dans le viseur » depuis qu'il dénonce de « graves dérives » dans ce service qu'il a dirigé pendant vingt-deux ans et où il exerce toujours. S'il parle pour la première fois, c'est aussi une manière pour lui de se prémunir alors qu'une enquête de l'agence régionale de santé (ARS) est attendue prochainement.

VIDÉO. Le « J’accuse » du professeur Humbert, médecin dermatologue
Rien ne va plus au service de dermatologie du CHU de Besançon (Doubs). Après avoir alerté les autorités, le professeur Philippe Humbert, ancien chef de service, prend publiquement la parole pour la première fois. Il dénonce des faits de maltraitance de patients et le non-respect de procédures obligatoires dans la prise en charge de malades du cancer.

Vous avez démissionné de votre poste de chef de service. Pourquoi ?
Philippe Humbert. J'ai reçu des plaintes de patients visant certains médecins et internes. Ils y dénonçaient des maltraitances, d'avoir été renvoyés chez eux sans diagnostic, des propos abrupt du type : « Vous avez 15 % de chances de vous en sortir », loin de la médecine humaniste que je prône. Quand j'ai alerté la direction, on m'a accusé de tous les maux. Je ne pouvais continuer ainsi, d'autant que j'avais relevé des fautes médicales graves.

Quelles fautes ?
Comme dans tous les hôpitaux, le traitement d'un patient atteint d'un cancer se décide lors d'une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP). Trois médecins de spécialités différentes doivent être présents : un chirurgien, un radiothérapeute, un oncologue.

J'affirme qu'il y a eu, en dermatologie, entre 2014 et 2015, des violations d'au moins vingt RCP. Plusieurs traitements par chimiothérapie y ont été décidés sans l'avis d'un chirurgien et/ou d'un radiothérapeute Pire, on a inscrit « médecins » sur des documents alors qu'il s'agissait d'internes, laissant penser que le quorum de spécialistes était atteint.

Cela a-t-il des conséquences pour les malades ?
On leur a délibérément menti. Si la loi Cancer prévoit les RCP, c'est pour qu'il n'y ait pas qu'un seul maître à bord. Des patients ont été privés d'une potentielle chirurgie et d'un diagnostic complet. Parfois, il y a des aberrations. Je pense à ce monsieur de 50 ans avec un mélanome anal qui n'a pas eu l'avis d'un chirurgien lors d'une RCP. Cela l'a empêché de bénéficier d'une poche pour pallier ses incontinences.

Quel intérêt à privilégier des chimiothérapies ?
Elles sont plus rémunératrices que les autres traitements pour l'hôpital. Je ne sais pas ce qui a poussé le médecin référent des RCP. J'espère qu'il ne s'agissait pas d'alimenter des liens avec l'industrie pharmaceutique. Sur le site Transparence.sante.gouv.fr, on remarque qu'il entretient des liens avec des labos, dont beaucoup sont spécialistes en chimiothérapie.

Peut-il y avoir une autre explication ?
Peut-être de figurer au sommet des classements. En 2015, le service a été classé troisième par « le Point » pour la prise en charge de cancers cutanés, établi notamment sur les volumes de chimiothérapies. Devant Gustave-Roussy, le plus grand centre anticancéreux de France ! J'ai alerté. L'an suivant, il revenait à sa légitime 11e place.

Selon nos informations, le rapport de l'ARS qui s'apprête à sortir pointe que les dysfonctionnements incombent au chef de service. Pour certaines, c'est donc vous !

Pensez-vous que j'aurais dénoncé de moi-même des faits dont je serais responsable ? Le chef de service n'est pas le responsable des RCP. Il n'y assiste pas. L'ARS qui a validé les RCP non conformes et nomme le référent ne peut l'ignorer.

C'est parole contre parole...
Lorsque j'ai découvert les faits, j'ai alerté la direction, la Haute Autorité de santé, le ministère, l'Institut national du cancer, l'ARS... L'escroquerie qui consiste à vouloir me faire passer pour fou s'ajoute à la tromperie faite aux patients. C'est pour eux que je veux que la vérité éclate.

Commentaires :
Attention aux personnes âgées ou autres qui rentrent dans les Hôpitaux , danger, fausses déclarations de cancers. Ils ne veulent pas donner les résultats de scanner, ce sont des assassinats pures et simples. Il est bien dommage que certains médecins ne parlent que maintenant...
Et il faut aussi (et surtout) se méfier des Oncologues qui dénoncent ces dérives et font un tapage médiatique du tonnerre, tout en faisant exactement la même chose sinon pire. Je pense à une oncologue que j'ai bien connue et qui sous couvert d'être différente et bienfaisante, était peut être bien la pire de tous, dans la toute puissance et la recherche de gloire personnelle. De toutes façons, face a une blouse blanche et quand c'est encore possible, il est urgent de ne pas se presser pour prendre le plus de recul possible, quand la maladie le permet encore, et c'est là dessus qu'ils jouent le plus : le temps et la détresse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire