vendredi 31 mars 2017

+++31/03 - DÉCOUVERTE DE TOMBEAUX EXTRATERRESTRES 
DISSIMULÉS SOUS LE GRAND SPHINX...



Edgar Cayce : l’Atlantide et l’Égypte


Edgar Cayce                             David Wilcock
David Wiclock qui nous renseigne en ce moment sur l'antarctique est la réincarnation d'Edgar Cayce. Il dégage de sa personne, quand on se trouve à ses côtés, une très forte sensation d'un pur Amour.

Les travaux d’Edgar Cayce fournissent plusieurs visions passionnantes des époques de l’histoire de l’Humanité. Pour beaucoup, peut-être celles ayant trait aux civilisations anciennes de l’Atlantide et de l’Égypte sont les périodes les plus remarquables traitées dans les lectures de Cayce.
Des centaines de lectures parlent du continent perdu de l’Atlantide – une civilisation la plus avancée que le monde connaîtra. D’après les lectures, les archives de cette société existent toujours en Égypte, au Yucatan, et près de Bimini. En fait, les lectures ont considéré que les Iles de Bimini sont le reste d’une chaîne de montagnes de ce continent.
Dans l’optique de Cayce, beaucoup de technologies d’aujourd’hui sont simplement la redécouverte de connaissances et d’informations connues par la civilisation Atlante. Néanmoins, bien que les Atlantes aient été avancés technologiquement, beaucoup avaient perdu leur but premier dans la vie, en ne se préoccupant que de la puissance et du monde matériel.
En fait, avant la troisième et dernière destruction de l’Atlantide vers 10500 avant JC, beaucoup d’Atlantes avaient émigré en Égypte et s’étaient intégrés dans une culture qui a atteint le sommet de sa gloire en même temps que le troisième cataclysme atlante. Sous la direction d’un Grand Prêtre nommé Ra Ta – qui n’est autre qu’une des vies antérieures d’Edgar Cayce -, l’Égypte a commencé à mener le Monde à une politique sociale visant à l’égalité, la transformation personnelle, et la responsabilité morale vis à vis des autres. Finalement, la civilisation égyptienne est considérée comme non égalée dans l’histoire scientifique du monde et créditée de l’introduction de l’écriture, la science médicale, l’irrigation, l’architecture, et le nationalisme.

Cayce a affirmé que les archives de cette civilisation glorieuse seront un jour découvertes en Égypte. De plus, les lectures suggèrent, qu’entre 1958 et 1998, le Monde serait encore confronté aux mêmes circonstances et aux mêmes épreuves qu’ont affrontées les Atlantes et demandent que, qu’enfin, l’humanité se souvienne de sa vraie nature spirituelle pour que nous puissions entrer dans un nouveau millénaire de paix et espoir.


Vidéo - Découverte de Tombeaux Extraterrestres dissimulés sous le Grand Sphinx...
Dans cette vidéo : De nombreux faits troublants suggèrent qu'une incroyable découverte effectuée sous le grand Sphinx d’Égypte aurait été dissimulée au public...


Documentaire choc: KGB Projet ISIS: Secret Tombe Extraterrestre
------------------------------
L'ÉNIGME DU SPHINX...
Cette statue colossale mi-homme mi-lion, gardienne des pyramides de Gizeth, nous émerveille depuis toujours. Mais aujourd'hui, la science remet en question la date de construction du Sphinx.

Contemplant fièrement le soleil levant, le grand sphinx de Gizeh- la plus grande statue de pierre du globe inspire depuis des siècles mythes, fables et légendes. Ce monument énigmatique, symbole de l'Égypte, semble encore receler bien des mystères.
Selon les théories en vigueur, le Sphinx de Gizeh aurait été construit par le pharaon Khéphren vers 2500 avant J.-C. Aussi, lorsqu'en 1991, des indices géologiques indiquèrent que la construction du Sphinx remontait au moins à 6000 avant J.-C., c'est à dire quelque 3.000 ans avant l’avènement de la civilisation de l'Egypte ancienne, l'information plongea les sphères traditionnelles de l'égyptologie dans un profond désarroi.
Au XIXe siècle, les spécialistes considéraient déjà volontiers que le Sphinx était beaucoup plus ancien que les pyramides voisines. Pourtant, au XXe siècle, une nouvelle thèse sur l'âge du Sphinx s'imposa avec l'attribution de sa construction à Khéphren, pharaon qui régna de 2520 à 2494 avan J.-C.

OPINION DISCORDANTE:
Pour les égyptologues partisans de cette doctrine officielle, la construction du Sphinx date du règne de Khéphren notamment parce que son visage a les traits d'une statue de ce pharaon, exposée au musée du Caire. Pour ouvrir une brèche dans les certitudes des pontes de l'égyptologie, il fallut quinze ans à John West, écrivain américain et égyptologue autodidacte. Afin de parvenir à réfuter cet argument de ressemblance morphologique entre le Sphinx et ce qui aurait été son modèle, West fit appel à des méthodes pour le moins inhabituelles. Il s'attacha en effet les services du lieutenant Frank Domingo, expert de la police de New York, spécialisé dans la reconstruction de visages mutilés ou incomplets.
Domingo entreprit une comparaison détaillée des deux faciès, celui du Sphinx et celui de la statue de Khéphren se trouvant au musée du Caire. Sa conclusion fut que les deux statues représentaient des "individus distincts". Domingo ajoute: "Si des preuves irréfutables démontrent par la suite que le Sphinx était bien à l'effigie de Khéphren, alors les artistes qui ont travaillé sur ce monument étaient de piètres techniciens".
Les égyptologues les plus conservateurs ont considéré que le travail de Domingo n'avait pas de valeur scientifique. James Romano, spécialiste du Brooklyn Muséum de New York, déclara que l'art égyptien n'était pas de la "photographie" mais une "réalité idéalisée", que Domingo "plaquait des normes modernes sur une esthétique ancienne" et que ses analyses n'avaient par conséquent aucune pertinence scientifique.

LA PLUIE DU DÉSERT ?
Aux yeux des égyptologues, les éléments apportés par Domingo ne constituaient pas une preuve susceptible de remettre en question la datation du Sphinx communément admise. West enfourcha alors un nouveau cheval de bataille. Il suggéra que l'érosion du Sphinx n'étaient pas due aux vents ou au sable du désert, mais à l'eau de pluie. Or cette opinion pouvait également remetre en cause l'estimation en vigueur de l'âge du monument: la plus ancienne grande période de pluie connue en Egypte remontait en effet à la fin de la dernière glaciation, soit 12.000 ans avant J.-C...
Pour que cette nouvelle théorie soit à même de convaincre les égyptologues les plus rétifs, John West devait obtenir la coopération d'un expert géologue de renom, dont les travaux et recherche ne souffriraient aucune critique. John West parvint à trouver un scientifique répondant à ces critères en la personne de Robert Schroch, de l'université de Boston.
D'esprit large, Schoch accepta cette mission peu académique. L'examen sur site auquel il procéda confirma que le corps du Sphinx et les parois du fossé dans lequel il repose portent des signes classiques d'érosion par l'eau. Il constata également que le monument et l'ensemble des temples avoisinants avaient été taillés dans la même roche. Il releva ensuite une curieuse anomalie: le Sphinx et le mur qui l'entoure avaient été attaqués par l'érosion sur un mètre d'épaisseur, alors que des strates rocheuses voisine, de nature identique, n'avaient pas subi les mêmes dégradations.
Ceci tendait à démontrer que le Sphinx avait été construit en plusieurs étapes, les parties les plus anciennes datant d'une époque compatible avec une importante érosion par l'eau et d'autres parties de l'édifice, plus récentes, ayant surtout été exposées au méfaits du vent et du sable.

RÉPONSES SOUTERRAINES:
Pour consolider son argumentation, West chercha à savoir à quelle époque la roche aux alentours du Sphinx avait été taillée pour la première fois... "détail" qui lui permettrait de déterminer la période de construction du monument. Il fit ainsi venir un sismologue de Houston, Thomas Dobecki. En étudiant l'état des sédiments autour du Sphinx, Dobecki pensait en effet pourvoir dater la construction de manière fiable, partant du principe que plus l'érosion de la roche par l'eau serait profonde, plus sa durée d'exposition à la pluie aurait été longue.
Selon les analyses de Dobecki, le corps du sphinx aurait effectivement été taillé par étapes et l'avant de monument plus fortement érodé, serait plus ancien que l’arrière, d'environ 3.000ans.

LE LIFTING DU SPHINX:
Scoch en conclut que Khépren avait dû découvrir le sphinx inachevé. Il aurait restauré le monument ainsi que les temples alentours, notamment en dallant de granit le sol calcaire du site. Toujours selon Schoch, en raison de son grand âge, le Sphinx aurait subi plusieurs campagnes de réparations pendant les millénaires qui suivirent. Il avance que les Égyptiens avaient dû le découvrir avec un tout autre visage, car sa tête est proportionnellement plus petite que son corps: la statue aurait donc été modifiée et adaptée au style de l'Egypte Antique.
Les révélations ne s'arrêtaient pas là: au cours de ses expériences, Dobecki décela l’existence de tunnels inconnus et d'une vaste salle rectangulaire située cinq mètres en dessous des pattes avant du Sphinx. Selon Dobecki, cette chambre aurait été réalisée par l'homme... mais par qui?

LA PISTE DES ATLANTES:
Fait étrange, l’existence de cette chambre avait été prédite soixante ans plus tôt par Edgar Cayce, célèbre parapsychologue américain surnommé le "prophète dormant". En date du 29 octobre 1935, Cayce avait perçu, lors d'un état de transe, des vies antérieures de l'Égypte ancienne. A la suite de ce contact; Cayce avait déclaré que les survivants de l'Atlantide étaient venus en Égypte en 10500 avant J.-C. et y avaient construit le Sphinx et la Grande Pyramide au cours du siècle suivant.
Coïncidence troublante, Cayce avait également prédit qu'avant la fin du XXe siècle "une salle des archives... serait trouvée là où une ligne sépare l'ombre de la lumière entre les pattes du Sphinx". Selon lui, la chambre mystérieuse contenait une bibliothèque renfermant le savoir de la civilisation perdue de l'Atlantide.
Le professeur Schoch, universitaire soucieux de sa réputation, ne s'est pas laissé entraîner dans des controverses débordant du cadre de la géologie et a malgré tout considéré que le Sphinx ne remontait pas à plus de 8.500 ans. West souscrit en revanche à la théorie des Atlantes et affirme que le monument remonte au moins à 12.000 ans.
En tout état de cause, les scientifiques tendent aujourd'hui à penser que le Sphinx est beaucoup plus ancien qu'on ne l'a précédemment admis, et les égyptologues n'ont pas encore trouvé de riposte convaincante aux conclusions de Schoch.
Mais la principale question soulevée demeure: qui a construit le Sphinx et comment? De plus en plus de chercheurs considèrent désormais que ce subit "vieillissement" du Sphinx apporte des élément confortant la thèse d'une civilisation avancée, disparue depuis lors, et qui pourrait être l'Atlantide.
En 1993, lorsque John West soutint cette hypothèse de manière explicite, il attira sur lui les foudres de Zahi Hawass, directeur général des Pyramides de Gizeh. Ce dernier décida en conséquence d'interdire à West et à son équipe de poursuivre leurs recherches sur le site.
Bizarrement, on a depuis lors constaté un changement d'attitude radical de la part des autorités égyptiennes. En avril 1996, une nouvelle autorisation permettant la poursuite de l'exploration du Sphinx fut accordé à un certain Joseph Schor, millionnaire américain possèdent des liens étroits avec l'ARE, riche et influente organisation internationale promouvant les enseignements d'Edgar Cayce...

DES RÉVÉLATIONS PUBLIQUES:
Schor et Hawass ont depuis annoncé conjointement qu'il existait des tunnels secrets sous le Sphinx et que, dans un proche avenir, ces chambres pourraient être vues en direct par les téléspectateurs du monde entier.

Si tel est le cas, nous découvrirons alors les prédictions de Cayce concernant l'Atlantide sont exactes. Et si la chambre mystérieuse abrite les preuves de l'âge du Sphinx, il est probable que l'on en sache bientôt d'avantage sur l'objet même de sa vigilance: les Pyramides de Gizeh...
-----------------------------------------
LA MOMIE OTZI
Une momie exceptionnelle
Découvert en 1991 dans un glacier des Dolomites italiennes à Hauslabjoch , Otzi est un représentant de l'espèce Homo sapiens. La momie a été retouvée à 3213 mètres d'altitude...
Pris sous la neige immédiatement après sa mort, il a "bénéficié" d'un processus de momification naturelle. C'est actuellement la momie la plus ancienne connue : plusieurs laboratoires ont confirmé sa datation à 5300 ans BP (Before Present).

Une étude des dents et des os d'Otzi, publiée dans la revue "La Recherche" en janvier 2004, a permis de mesurer les quantités d'éléments chimiques présents, comme le strontium, le plomb, l'oxygène, le carbone... Cet assemblages d'élements, et leurs proportions ont permis de déterminer la région natale de la momie. Nous savons donc maintenant qu'Otzi est né dans la région de l'Eisack en Italie, au sud est du lieu de son décès.

Une mort brutale
Un éclat de flèche retrouvé dans son épaule, près du poumon gauche, laisse penser que l'Homme de Similaun est décédé de façon brutale. Le docteur Eduard Egarter Vigl (médecin légiste à Bolzano) a déclaré que le projectile avait sans doute sectionné une artère et entrainé un infection bactérienne.
Par ailleurs la main d'Otzi présentait des blessures et son poignet une fracture. Une rixe ou un coombat pourraient donc être à l'origine de son décès.

Ce qu'Otzi nous a appris du mode de vie au néolitique
La découverte de cette momie nous apprend beaucoup sur l'habillement, les outils, l'alimentation des hommes du néolitique. De par le mode conservation (par le froid), c'est la première fois que nous pouvons réellement annalyser les matieres et techniques utilisées à cette époque.
Habillement Pour traverser les Alpes de l'Otzal, Otzi avait prévu un habillement chaud : sous vétement et jambières en peau, justaucorps en pelure, grand manteau en fibre végétale, bonnet et chaussure rembourés de foin.
Equipement : Otzi utilisait des sacs en écorce de bouleau, un arc (1.82 m) en if, un carquois avec une douzaine de flèches a pointes en silex, une lame de hache en cuivre.
Alimentation : nous savons qu'Otzi a mangé, dans les huits heures précédent sa mort, un repas constitué de céréales et de viandes (du cerf et du bouquetin).
Tatouage : le corps d'Otzi présente une soixantaine de tatoutages sous forme de croix et de traits. Une théorie veut que neuf d'entre-eux correspondent à des points d'acuponcture, et que ces tatouages aient été réalisés dans un but thérapeutique. A ce jour, rien ne peut confirmer cette hypothèse.

Otzi auraitfrappé de malédiction ceux qui l'on approché !
Depuis la découverte de la momie il y a quatorze ans, sept personne l'ayant approcé sont décédés.
- Helmut Simon, un des 2 randonneurs qui avait découvert Otzi, est mort en 2004, lors d'une randonnée en montagne à l'age de 67 ans. (A noter, sa femme Erika qui avait trouvé le momie avec son mari est toujours vivante...)
- Dieter Warnecke, 45 ans, qui était parti à la recherche du premier est décédé d'une crise cardiaque (mort pas vraiment etonnante vu les conditions extremes..)
- Gunter Henn, 64 ans (chef de mission scientifique) est victime d'un accident de voiture (c'est vraiment suspect ça...)
- Kurt Fritz, (52 ans) qui avait accompagné Gunter Henn sur les lieux de la découverte de la momie, meurt sous une avalanche... (pour un guide de montagne, cela doit être rare !)
- Rainer Hoelzl, 47 ans, journaliste qui avait couvert la découverte d'Otzi ne survit pas à une tumeur au cerveau (c'est... étrange ?)
- Konrad Spindler, l'un des archéologues qui a examiné la momie, meurt d'une sclérose en plaque à l'age de 55 ans ( incroyable !)
- Tom Loy, (Université de Bribane, Australie) est mort le 21 octobre 2005 d'une infection du sang. Il faut noter qu'il s'occupait des annalyses ADN de la momie... ce qui rajoute du paranormal à la chose...

Actuellement Otzi repose actuellement dans un musé de BALZANO à une temperature de moins six degrés. Il a besoin de soins réguliers et de nombreuse personne l'approche régulièrement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire