dimanche 19 mars 2017

++19/03 LA SHOHA - EDGAR MORIN ET STÉPHANE HESSEL,
2 JUIFS PARLENT DE LA MANIPULATION DU GOUVERNEMENT D'ISRAËL 
POUR FAIRE TAIRE CEUX QUI LES DÉNONCENT. 

EDGAR MORIN ET STÉPHANE HESSEL, 
« Un homme n’est un vrai homme que lorsqu’il est engagé et qu’il se sent responsable. »

Grand penseur, cet esprit libre et juste, dénonciateur de la barbarie que représente le sionisme, qui salit son identité juive en prétendant commettre ses crimes au nom de tous les juifs, a été victime d'une campagne d'insultes et de diffamation de la part des acharnés du judéo-sionisme officiel. 
Pour résumer, si vous, juif, estimez que massacrer des enfants et des femmes au phosphore c'est pas terrible, vous êtes antisémites. En revanche, le CRIF peut parfaitement dire, sans susciter de colère dans la communauté, que 99 % des juifs jouissent lorsque des enfants palestiniens se font exterminés. Jugez vous mêmes ce qui est plus digne d'être taxé d'antisémitisme. Mais on sait aussi que le sionisme attise depuis longtemps l'antisémitisme pour en tirer parti, susciter la pitié pour exiger un soutien plus pressant à Israël, de l'argent, un repli communautaire chez les juifs etc etc...

Edgar Morin, né en 1921 et toujours avec nous, a d’ailleurs eu, lui aussi, des déboires judiciaires pour incitation à l’antisémitisme et au terrorisme.
Ennemi juré du sionisme, il addirme que l’existence d’Israël découle purement et simplement de la culpabilité de l’Occident après la Shoah.
En occupant la Terre Sainte, les Juifs se rendent coupables d’« ingratitude » à l’égard des musulmans qui les ont « toujours protégés ».
Edgar Morin rejoint Jean Daniel ou feu Stéphane Hessel sur ce sujet.

Edgar Morin, juif humaniste traité d'antisémite
LA RÉPONSE A CEUX QUI VOUS TRAITE D'ANTISÉMITE
Ce sont les sionistes, les khazars qui ont exterminé le peuple juif afin de pouvoir faire la promotion d'Israël en faisant taire ses opposants et en remettant sans cesse leur discours sur la Shoah ou l'holocauste.

Résultat de recherche d'images pour "edgar morin shlomo sand"Il n'y a jamais eu d'exil du peuple juif. ça n'était pas possible !
Heureusement un professeur d'université de Tel Aviv a osé remettre tout cela en question et en faire un livre.

Superbe rencontre et superbe conclusion optimiste avec ces 2 hommes de cœur.
Débat entre Edgar Morin, Schlomo Sand et Gilles Manceron (Paris, le 16 novembre 2009)
La psychose de guerre. 
Schlomo Sand compte sur la France comme tant de personnes dans le monde. Il attendent le pays de la Liberté. Ne les décevons pas. Les USA sont en train de faire leur part.

Schlomo Sand est venu prendre un peu de réconfort, de connaissance
auprès d'Edgar Morin et est reparti plein d'espoir.

Pas facile d'être israélien ! Il fait grandement sa part.


Comment le peuple Juif fut inventé - 3 septembre 2008 par Shlomo Sand
Quand le peuple juif fut-il créé ? Est-ce il y a quatre mille ans, ou bien sous la plume d'historiens juifs du XIXe siècle qui ont reconstitué rétrospectivement un peuple imaginé afin de façonner une nation future ? Dans le sillage de la " contre-histoire " née en Israël dans les années 1990, Shlomo Sand nous entraîne dans une plongée à travers l'histoire " de longue durée " des juifs. Les habitants de la Judée furent-ils exilés après la destruction du Second Temple, en l'an 70 de l'ère chrétienne, ou bien s'agit-il ici d'un mythe chrétien qui aurait infiltré la tradition juive ? Et, si les paysans des temps anciens n'ont pas été exilés, que sont-ils devenus ? L'auteur montre surtout comment, à partir du XIXe siècle, le temps biblique a commencé à être considéré par les premiers sionistes comme le temps historique, celui de la naissance d'une nation. Ce détour par le passé conduit l'historien à un questionnement beaucoup plus contemporain : à l'heure où certains biologistes israéliens cherchent encore à démontrer que les juifs forment un peuple doté d'un ADN spécifique, que cache aujourd'hui le concept d'" Etat juif ", et pourquoi cette entité n'a-t-elle pas réussi jusqu'à maintenant à se constituer en une république appartenant à l'ensemble de ses citoyens, quelle que soit leur religion ? En dénonçant cette dérogation profonde au principe sur lequel se fonde toute démocratie moderne, Shlomo Sand délaisse le débat historiographique pour proposer une critique de la politique identitaire de son pays. Construit sur une analyse d'une grande originalité et pleine d'audace, cet ouvrage foisonnant aborde des questions qui touchent autant à l'origine historique des juifs qu'au statut civique des Israéliens. Paru au printemps 2008 en Israël, il y est très rapidement devenu un best-seller et donne encore lieu à des débats orageux.

-----------------------------------------

L'industrie de l'Holocauste : réflexions sur l'exploitation de la souffrance des juifs
de Norman G. Finkelstein 7 février 2001
" Comme Finkelstein, j'ai dit moi-même que dans cette campagne [contre les banques suisses], les méthodes du Congrès juif mondial et des organisations qui le soutiennent sont détestables. [...] Quand il s'agit de la vérité, on doit parler ouvertement, même si les conséquences sont désagréables. " Raul Hilberg, entretien à la radio suisse (SBC-SSR), 31 août 2000. "-Comment Finkelstein répond-il à l'accusation de travailler pour les antisémites ? -Je pense le contraire : à mon avis c'est l'industrie de l'Holocauste qui est la grande pourvoyeuse de l'antisémitisme, par l'extorsion féroce qu'elle mène et par sa manière de falsifier l'Histoire. " Jewish Chronicle, juillet 2000. " Finkelstein met en lumière des questions essentielles, dont beaucoup de Juifs de la jeune génération ont cherché à débattre calmement. Mais leurs voix ont été étouffées par l'establishment, particulièrement aux États-Unis. " Evening Standard, 11 juillet 2000. " Quand il analyse comment " l'Holocauste " a été exploité pour promouvoir des intérêts politiques, Finkelstein touche juste. Il montre comment les démagogues de l'Holocauste font le lien entre l'"unicité" de l'événement et le caractère "élu" du peuple juif, et utilisent les deux pour justifier la politique israélienne. " The Nation, 13 novembre 2000.
-----------------------------------------
Résultat de recherche d'images pour "Danse avec le siècle"Stéphane Hessel et la shoah
Français, prisonnier, évadé en 1940, Stéphane Hessel a déclaré lundi que l'Holocauste ne devait pas servir d’ excuse au régime israélien pour les crimes de guerre commis dans les territoires palestiniens.
Dans un entretien avec l'hebdomadaire allemand « Der Spiegel », Stéphane Hessel affirme clairement que lorsque Israël commet des crimes contre l'humanité, comme le souligne le rapport de l'ONU du juge Richard Goldstone sur la guerre contre Gaza, il ne peut y avoir « d’excuse, même pas l'Holocauste. " Cet ancien résistant français, de 93 ans, qui est également juif, a estimé qu'il était un «témoin des crimes de guerre israéliens à Gaza et des crimes contre l'humanité."
Stéphane Hessel est né à Berlin en 1917. Il a obtenu la nationalité française en 1937. Résistant français, prisonnier, évadé en 1940, il était devenu agent du BCRA en 1941 après avoir rejoint De Gaulle à Londres.
Arrêté en 1944 au cours d’une mission, il fut déporté à Buchenwald puis à Dora.
Il est l’un des rédacteurs de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 avec René Cassin*. Diplomate jusqu’en 1985, il n’a jamais cessé de militer en faveur des Droits de l’Homme. Il a été Ambassadeur de France, Grand-officier de la Légion d’honneur, Grand-croix de l’Ordre national du mérite.
Il est engagé pour un boycott du régime israélien et contre toutes les exactions commises à l’encontre des droits de l’ Homme et du droit international et des résolutions de l’ONU. 

* René Cassin
DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME.
René Cassin peu connu en France. Eleanor Roosevelt une grande dame et une «rebelle». 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire