mardi 28 mars 2017

 +++28/03 - ANTARCTIQUE 2/3 - DES OFFICIELS DE L’US AIR FORCE ENQUÊTENT
SUR LES RÉVÉLATIONS DE L’EXISTENCE
D’UN PROGRAMME SPATIAL SECRET DE LA MARINE.


DR Michael SALLA le 2O mars 2017
Des officiels d’un programme spatial hautement classifié de l’U.S. Air Force, qui gère un système spatial de surveillance autour de la Terre, enquêtent sérieusement sur des révélations de la part de lanceurs d’alerte, particulièrement celles qui déclarent que la Marine des Etats-Unis a secrètement développé un programme spatial parallèle avec des vaisseaux mesurant des kilomètres de long appartenant à huit escadres de combat capables de mener des opérations dans l’espace profond.

Selon le lanceur d’alerte du programme spatial secret, Corey Goode, un cadre de haut rang du programme de l’Air Force qu’il appelle « Sigmund », a mené des « échanges d’informations » avec lui pour en savoir plus sur le présumé programme spatial de la Marine américaine et les rumeurs prétendant qu’elle coopérait avec les Nordiques et d’autres groupes extraterrestres. 

Auparavant, Goode avait rapporté qu’il avait d’abord rencontré Sigmund au cours d’une série d’enlèvements militaires qui ont commencé en janvier 2016, lorsqu’un vaisseau spatial triangulaire à antigravité avait atterri près de son domicile au Texas, et que deux membres de l’Air Force l’avaient emmené de force dans le vaisseau. Goode avait été ensuite interrogé après qu’on lui ait injecté de force des produits chimiques pour l’obliger à révéler la source de ses informations. 

Avec l’aimable autorisation de Cosmic Disclosure/Gaia TV.

Après qu’elles aient émergé publiquement en mars 2015, les révélations de Goode avaient suscité l’intérêt d’un Programme Spatial hautement classifié de l’Air Force, qui coopère étroitement avec d’autres entités militaires américaines comme l’Office de Reconnaissance National (NRO), l’Agence de Sécurité Nationale (NSA) et l’Agence de Renseignement de la Défense (DIA). Goode appelle cette collaboration interservices le Programme Spatial Secret du Complexe Militaro-industriel (MIC SSP).

Le MIC SSP est totalement distinct du Programme Spatial de la Marine connu sous le nom de « Solar Warden » (la Garde du Système Solaire), dans lequel Goode prétend avoir servi durant un engagement de « 20 ans et retour » entre 1987 et 2007. Dans des rapports précédents, Goode avait présenté en détail les activités de Solar Warden et ses interactions avec des civilisations extraterrestres en visite.

Au cours de ses premiers enlèvements, Sigmund essayait de déterminer la source d’information de Goode qui avait révélé des informations hautement classifiées sur le MIC SSP. Lors de rapport précédents, Goode avait également décrit comment Sigmund et ses subordonnés l’avaient contraint sous l’effet de substances chimiques à révéler plusieurs opérateurs travaillant pour le programme Solar Warden. 

Avec l’aimable autorisation de Cosmic Disclosure/Gaia TV.

La nature des interrogatoires de Goode par Sigmund a commencé à changer de manière significative lorsque Sigmund avait vérifié que les informations de Goode étaient, du moins en partie, exactes, et qu’il ne faisait pas partie d’un programme de désinformation relevant d’un élément adverse du MIC SSP.

Sigmund a par conséquent commencé à mener des « échanges d’informations » avec Goode qui ont d’abord eu lieu au cours de « réunions » en fin 2016. Goode a ainsi obtenu des informations sur l’Antarctique et l’intense lutte de pouvoir au sein du système de sécurité nationale des Etats-Unis impliquant l’élection présidentielle de 2016. Goode a écrit un rapport sur un de ces échanges d’informations, qui a été publié le 11 décembre 2016.

Le 16 mars, Goode m’a fait un briefing détaillé de quatre heures sur ses réunions qui se poursuivaient avec Sigmund et/ou ses deux subordonnés du MIC SSP, qui se tiennent à intervalles réguliers jusqu’à aujourd’hui. Les informations fournies par Goode devient initialement être publiées dans “Endgame 3”, et m’ont été transmises pour que je les publie.

La quantité d’informations révélées par Goode sont à vous couper le souffle quant à leurs implications pour la sécurité nationale des Etats-Unis et du reste de la planète. Par conséquent, ce résumé sera le premier d’une série d’articles décrivant les informations que Goode a obtenues lors de ses « échanges d’informations » avec Sigmund et/ou ses subordonnés, et les dernières activités auxquelles Goode a participé.

Le contexte général des « échanges d’informations », selon Goode, était la colère de Sigmund sur le fait que son MIC SSP était hors du coup concernant les activités dans l’espace profond impliquant la vie et la technologie extraterrestre. L’existence probable d’un programme de la Marine plus puissant opérant dans l’espace profond, avec des technologies nettement plus avancées que tout ce que possédait le MIC SSP, était une préoccupation particulière pour Sigmund.

Le MIC SSP de Sigmund se cantonnait principalement à des opérations proches de la Terre (800 kilomètres d’altitude) utilisant au moins deux stations spatiales opérationnelles capables d’héberger plusieurs centaines de personnes, et plusieurs escadrons de TR-3B qui ravitaillent les stations. Ceci est cohérent avec un briefing fait au Président Ronald Reagan en 1985, et publié ultérieurement dans The Reagan Diaries (Les carnets de Reagan), où il est mentionné que les Etats-Unis ont la capacité de mettre 300 astronautes dans l’espace.

« Déjeuner avec trois des plus grands scientifiques de l’espace. C’était fascinant. L’espace est vraiment la dernière frontière et certains développements en astronomie etc. semblent être de la science-fiction, sauf qu’ils sont bien réels. J’ai appris que notre capacité de navettes est telle que nous pourrions mettre 300 personnes en orbite » (p. 334).

Reagan avait été briefé à propos du MIC SSP et était très impressionné par ses capacités.

De plus, Goode a affirmé que le MIC SSP entretenait de petites bases sur la Lune et Mars, mais qu’elles étaient secondaires par rapport à sa mission prioritaire de surveillance et d’opérations proches de la Terre.

Goode a rapporté qu’on avait dit à Sigmund et au personnel du MIC SSP qu’ils étaient à « la pointe du progrès » en termes de déploiement et de technologies militaires avancées dans l’espace, mais qu’ils avaient appris désormais qu’ils n’étaient que de « foutus Garde-Côtes » !

La colère de Sigmund à propos des mensonges qu’on lui avait racontés à lui et au reste du personnel du MIC SSP a provoqué des confrontations musclées avec ses supérieurs. Cela a en outre provoqué l’enquête sérieuse sur les révélations de Goode, en plus de celles publiées plus récemment par William Tompkins, dans des interviews et dans son livre Selected by Extraterrestrials, qui détaille en particulier le Programme Spatial de l’U.S. Navy et sa coopération avec les extraterrestres Nordiques.

Il est significatif, selon Goode, que Sigmund mène désormais une enquête similaire à celle que j’ai moi-même terminée récemment pour mon livre à paraître en mars 2017, The US Navy’s Secret Space Program and Nordic Extraterrestrial Alliance. L’enquête de Sigmund comprend également des recherches de documents historiques, en plus des interviews de personnels de la Navy qui ont des connaissance potentielles d’un Programme Spatial de la Marine qui a été construit en secret parallèlement à la création du MIC SSP.

Après avoir éliminé un certain nombre de sources possibles de l’impressionnante masse d’informations de Goode, Sigmund est maintenant arrivé à la conclusion qu’il n’y a que deux explications possibles aux révélations de Goode. La première est qu’un groupe « d’extraterrestres Nordiques », connu du MIC SSP, manipule Goode par du contrôle mental en lui fournissant des informations exactes dans le cadre d’un projet dont la finalité n’est pas connue.

La seconde est que Goode est authentiquement associé à un programme spatial secret de la Marine, qui fait partie d’une « Alliance du Programme Spatial Secret », et qu’il coopère également avec un groupe de visiteurs extraterrestres appelé l’Alliance des Êtres des Sphères.

Sigmund a commencé ses échanges d’informations avec Goode en partie pour enquêter plus en profondeur sur les révélations de Goode, afin de déterminer laquelle des deux explications s’avérerait la plus exacte.

Sigmund était également préoccupé par le fait que des projets de « divulgation restreinte » du MIC SSP ne révéleraient qu’une partie de la vérité concernant les activités dans l’espace profond impliquant des compartiments moins classifiés des militaires des Etats-Unis, et que la vérité devait être faite et révélée afin de maintenir le moral dans les divers programmes. Le MIC SSP était-il à la « pointe du progrès » comme on le leur avait dit, ou seulement de « foutus Garde-Côtes » comme le craignait à présent Sigmund ?

Cela revêt une importance particulière dans le cadre de la Sekret Machinesinitiative de Tom DeLonge, qui a commencé début 2016 par une initiative de 10 militaires de haut-rang et de dirigeants d’entreprise. Fin 2016, Wikileaks publiait des courriels qui corroboraient les révélations de DeLonge et provoquaient le départ de deux des dix officiels impliqués dans cette initiative.

DeLonge est son groupe de conseillers sont persuadés que leur divulgation d’un programme spatial dirigé par l’US Air Force comprenant des véhicules à antigravité comme les appareils TR-3B, vont déclencher une nouvelle ère d’exploration de l’espace. Ces escadrons de TR-3B opèrent à partir de la Zone 51, de spatioports classifiés sur l’île de Diego Garcia et d’un endroit secret en Antarctique, qui selon Sigmund est également une importante installation de R&D. 

(Mise à jour) Dans un post du 20 mars sur sa page Facebook, Goode a donné davantage d’explications sur cette base de l’Antarctique :
Certaines des installations de R&D du Complexe Militaro-industriel (Lockheed-Martin, etc.) sont des bases qui sont très similaires mais beaucoup plus grandes que Camp Freedom qui a été construit en Islande (Groenland) dans les années 50 dans le cadre du Projet Iceworm. Le spatioport est une extension d’une ancienne installation nazie. Les Nazis avaient construit plusieurs bases dans les régions sud-est et est de l’Antarctique. La raison pour laquelle Sigmund a parlé de tout cela est que j’ai utilisé la vidéo du Projet Iceworm dans ma présentation. Des TAS de choses qui se produisent dans l’Antarctique n’ont rien à voir avec les anciennes ruines. Le développement et l’essai de plateformes d’armements sont prohibés selon les traités internationaux sur l’Antarctique. Il faut également remarquer que beaucoup des premières bases sur la Lune et Mars ont été construites de manière similaire. CG.

Il y a eu un large soutien de la part des officiels de l’USAF et des entreprises privées à l’initiative de DeLonge. Ce n’est plus le cas, selon Goode. Sigmund est maintenant d’avis que les initiatives comme celles de DeLonge ne sont qu’une forme de « divulgation limitée », qui perpétuerait éternellement un écart d’informations entre le MIC SSP et Solar Warden / l’Alliance du Programme Spatial Secret.

Par conséquent, le soutien autrefois uniforme apporté à l’initiative de DeLonge est en perte de vitesse. En substance, le MIC SSP veut aller au fond des choses et avant que quoi que ce soit à son propos ne soit divulgué au public.

Goode affirme que Sigmund a organisé des réunions au cours desquelles il a fourni des briefings à des VIP sélectionnées de la communauté aérospatiale. Des ingénieurs, scientifiques, industriels de pointe et autres ont écouté les informations de Goode pour voir si elles leur semblaient véridiques.

Les réunions ont été organisées par Sigmund, et ses subordonnés facilitaient les déplacements de Goode si nécessaire et lui fournissaient les mesures de sécurité. Goode affirme qu’il a maintenant présenté une série de briefings à 28 VIPS lors de réunions similaires de un à huit participants.

Une de ces réunions impliquait trois personnes assistant à une conférence qui se tenait dans un hôtel où Goode résidait fin janvier 2017. J’étais descendu au même hôtel à l’époque, et Goode m’a fait un rapport sur sa visite en Antarctique début janvier, que j’ai ensuite publié sur exopolitics.org. 

La conférence était le « Forum du Vol et de l’Exploration spatiale habités » organisée par les Services Spéciaux Aérospatiaux. Goode dit que pendant sa présentation du briefing aux trois VIP qui participaient au Forum, un des participants s’est levé et est parti en raison de son incrédulité qu’un tel programme spatial puisse exister.

Les deux autres VIP sont restés jusqu’au bout du briefing, mais leurs expressions amusées laissaient entendre qu’ils ne croyaient pas un mot de ce que Goode leur disait.

Goode dit que dans tous les briefings qu’il a présentés, un ou plusieurs participants s’étaient levés de manière similaire et avaient quitté la salle par déni, alors que les VIP restants arboraient pour la plupart des expressions équivoques. En conséquence, Sigmund a récemment fait une pause dans les séances de briefing de VIP étant donné qu’elles n’ont pas eu l’effet souhaité d’informer les VIP d’un possible programme spatial de la Navy, ni révélé d’autres informations qui pouvaient faire progresser l’enquête de Sigmund.

Au cours de notre entrevue du 16 mars, j’ai fait remarquer à Goode l’ironie de sa situation. La même chose était arrivée à William Tompkins au cours de la Deuxième Guerre Mondiale lorsqu’il a été chargé de faire des présentations de briefings contenant des informations sur le programme nazi de soucoupes volantes qui utilisaient des technologies d’antigravité et sur le fait que le programme nazi avait bénéficié de l’aide d’une race de Reptiliens extraterrestres.

Tompkins a dit qu’à maintes occasions, lorsqu’il faisait ses présentations (à la Base aéronavale de San Diego) aux différents centres d’essais expérimentaux des constructeurs aéronautiques, groupes de réflexion et départements universitaires, les scientifiques et ingénieurs de pointe refusaient les informations comme étant impossibles. Selon Tompkins, il devait constamment lutter contre le scepticisme d’esprits fermés de ceux qui avaient été formés pour considérer les lois scientifiques conventionnelles comme inviolables.

Malgré la fin des séances de briefing des VIP, Goode affirme que ses « réunions » avec Sigmund et/ou ses subordonnés se poursuivent jusqu’à aujourd’hui. Lors de ces réunions, Goode a obtenu des informations significatives sur l’administration présidentielle de Trump et des évènements officiels pour divulguer la vérité sur les technologies interdites. La preuve en est le Mémorandum secret produit par Trump peu après sa prise de fonction le 20 janvier 2017, en vue de déclassifier des brevets secrets concernant les technologies de la santé et de l’énergie libre.
Mille mercis à Corey Goode pour ses corrections et suggestions d’une version précédente de cet article, et pour avoir autorisé l’usage des images qui ont été créées par une équipe d’artistes travaillant avec l’Alliance des Etres des Sphères et de Divulgation Cosmique.

© Michael E. Salla, Ph.D. Copyright Notice
----------------------------------------
Suite - UN MÉMORANDUM PRÉSIDENTIEL SECRET
PERMET DE DÉCLASSIFIER DES TECHNOLOGIES 
D’ANTIVIEILLISSEMENT ET D’ÉNERGIE LIBRE. 



Dr Michael SALLA le le 21 MARS 2017
Si l’on en croit le lanceur d’alerte du programme spatial secret, Corey Goode, le Président Donald Trump a adressé un Mémorandum classé ultraconfidentiel peu après son investiture du 20 janvier, ordonnant le déblocage d’un certain nombre de brevets classés secrets concernant des technologies d’antivieillissement et de santé, ainsi que d’énergie libre. Le Mémorandum top secret a été envoyé au Département de la Défense et à la Communauté du Renseignement, et en raison de sa classification ne sera pas accessible aux grands médias pour publication.

L’information émanant de Goode provient d’un officiel haut placé d’un programme spatial secret interservices comprenant l’US Air Force, le NRO (National Reconnaissance Office), la NSA (National Security Agency), la DIA (Defense Intelligence Agency, service secret de l’armée), qu’il décrit comme le Programme Spatial Secret du Complexe Militaro-Industriel (MIC-SSP). L’officiel, qu’il appelle « Sigmund », mène une enquête sur les révélations de Goode et en profite pour procéder à des « échanges d’informations » avec lui.

En mars 2016, Goode m’a mis au courant de ses rencontres avec Sigmund et/ou ses deux subordonnés. Les informations fournies par Goode étaient destinées à l’origine à être publiées dans un article, « Endgame III », comme suite aux populaires article et vidéo Endgame II. Cependant, en raison de l’urgence qu’il y avait à publier cet article sans retard, il m’a été transmis pour le sortir dès maintenant.

Lors d’une de ses « rencontres » avec Sigmund (et/ou ses subordonnés) fin janvier, on a informé Goode du Mémorandum Présidentiel envoyé par Trump pour déclassifier plus de 1.000 brevets d’un ensemble de plus de 5.000. La plupart des 1.000 brevets traitent de technologies d’antivieillissement et de santé, bien que certains traitent de science des matériaux et de biochimie et quelques-uns d’inventions sur l’énergie libre.

Ces technologies sont largement utilisées dans un certain nombre de programmes spatiaux secrets, et les brevets qui s’y rapportent ont été interdits de publication pour des raisons de sécurité nationale. Le USPTO (Office des brevets) a publié des Règlements Fédéraux qui stipulent que quand des brevets sont classifiés pour des raisons de sécurité nationale, et par conséquent tenus à l’écart du grand public :

Dès lors que la publication ou la divulgation d’une invention par la publication d’une demande ou d’un dépôt de brevet est, de l’avis d’un directeur de service gouvernemental concerné, estimée constituer une menace pour la sécurité nationale, le Commissaire des Brevets à l’Office des Brevets et des Marques Déposées des Etats-Unis (USPTO) doit émettre un décret de confidentialité et suspendre l’accord d’un brevet aussi longtemps que le décret est en vigueur. Si un décret de confidentialité s’applique à une application internationale, celle-ci ne sera pas transmise au Bureau International aussi longtemps que le décret de confidentialité sera en vigueur.

Lorsqu’une entité du Département de la Défense ou un membre de la Communauté du Renseignement estime qu’un brevet constitue une menace pour la sécurité nationale, alors le Commissaire aux Brevets promulguera un décret de confidentialité empêchant le brevet d’être publié officiellement.

Le nombre actuel de brevets qui ont été classifiés est approximativement de 5.700 selon l’Office des Brevets et des Marques Déposées des Etats-Unis (USPTO), ce qui correspond aux informations fournies à Goode par Sigmund.

Comme le montre le tableau ci-dessus, le nombre de brevets secrets qui sont déclassifiés chaque année est en moyenne de 0,5 %.

Goode a appris que le Pentagone et les Services de Renseignement ont informé Trump qu’il faudrait 10 ans pour les débloquer tous, mais Trump leur a dit qu’il faudrait le faire en deux ou trois ans.

La preuve que Trump a pris des mesures audacieuses pour déclassifier les brevets secrets aussi rapidement que possible peut être trouvée dans son discours inaugural. Vers la fin de son discours, Trump a placé une phrase qui résume sa vision de l’avenir pour l’Amérique et ses citoyens, qui pourrait résulter d’une sorte de Mémorandum de déclassification dont Goode a été informé. Trump a déclaré :
« Nous assistons à la naissance d’un nouveau millénaire, prêts à révéler les mystères de l’espace, à libérer la terre des misères de la maladie, et à mettre en œuvre les énergies, industries et technologies de demain ».

Si Trump réussit à faire déclassifier plus de 1.000 de ces brevets au cours des deux ou trois prochaines années, cela représenterait 20% du total. Ce serait une augmentation annuelle de près de 2.000 % par rapport aux années précédentes.

Le Mémorandum Secret de Trump adressé au Département de la Défense et à la Communauté du Renseignement a pour but finalement que le Commissaire aux Brevets, qui est actuellement Drew Hirshfeld, lève les décrets de confidentialité émis par ses prédécesseurs sur les 1.000 brevets destinés à être déclassifiés.

Résultat de recherche d'images pour "William Tompkins"En outre, surveiller les enregistrements par l’USPTO des Décrets de Confidentialité levés pour 2017, fournira un moyen concret de vérification que Trump ait véritablement envoyé un tel mémorandum.
Selon Goode, la plupart des brevets secrets dont on a ordonné la déclassification ont trait à l’antivieillissement et à la santé. En particulier, il a dit que la technologie des télomères était particulièrement avancée dans les projets classifiés, et peut permettre la reproduction de cellules saines sans vieillissement ni maladie.
Ceci est cohérent avec les annonces de l’ingénieur en aéronautique à la retraite, William Tompkins, que début 2016, des officiels de la Marine lui avaient dit que des technologies d’antivieillissement seraient révélées dans les deux ans à venir.
http://exopolitics.org/age-regression-used-in-secret-space-programs-confirmed-as-scientifically-feasible/

Tompkins a été impliqué dans le développement initial privé de technologies d’antivieillissement pendant qu’il travaillait comme ingénieur-systèmes chez TRW de 1967 à 1971. Ces technologies ont été ensuite utilisées dans les programmes spatiaux secrets, qui utilisent régulièrement du personnel dans des programmes de « 20 ans et retour » dont Goode et d’autres lanceurs d’alerte prétendent avoir fait partie.


Régression en âge et Voyage dans le Temps
dans les Programmes Spatiaux Secrets
Les brevets de ces technologies développées par TRW font probablement partie des 1.000 brevets susceptibles d’être déclassifiés par le mémorandum de Trump. En outre, Tompkins a mentionné le siège de San Diego de l’Institut de Recherche Scripps comment étant profondément impliqué dans l’étude de technologies d’antivieillissement, et il sera un acteur majeur de la révélation de ces technologies classifiées au profit du grand public.

Le soutien aux témoignages de Goode et Tompkins concernant les technologies d’antivieillissement classifiées provient de généticiens qui ont récemment identifié publiquement les gènes qui contrôlent le processus de vieillissement. A la suite d’expérimentations stupéfiantes, dont les résultats ont été publiés dans des journaux scientifiques révisés par leurs pairs, des généticiens ont démontré qu’ils étaient capables d’inverser le processus du vieillissement à des degrés de réussite variables.

Le généticien à la pointe de la recherche dans les études annoncées publiquement d’inversion du vieillissement est le Dr. David Sinclair, qui a présenté dans une interview de novembre 2014 les résultats de ses expériences génétiques d’abord effectuées avec des souris :
Nous avons découvert des gènes qui contrôlent la manière dont le corps lutte contre le vieillissement et il s’avère que ces gènes, si vous les utilisez de la bonne manière, ont des effets très puissants allant jusqu’à l’inversion du vieillissement – du moins chez les souris à ce stade … Nous leur avons injecté une molécule appelée NMN et cela a complètement inversé le vieillissement en l’espace d’une semaine de traitement du muscle, et maintenant nous tentons d’inverser tous les aspects du vieillissement si possible.

Déclassifier les brevets d’antivieillissement révolutionnerait l’industrie médicale et de la santé, qui ont déjà accompli des progrès significatifs dans la compréhension et l’inversion du processus de vieillissement.

Une autre industrie qui serait révolutionnée par le Mémorandum Secret de Trump est celle de l’énergie. Déclassifier les inventions de l’énergie libre révolutionnerait les industries automobile et aéronautique, et faciliterait à des industries privées comme SpaceX le développement de technologies de propulsion bien plus efficaces et évoluées.

Et par-dessus tout, la révélation des inventions de l’énergie libre va effectivement mettre fin au pouvoir et à l’influence de l’industrie pétrolière. Dans un cas surprenant de synchronisme, un des plus grands supporters du lobby pétrolier, David Rockefeller, est mort le 20 mars à l’âge de 101 ans. Rockefeller était notamment connu pour son soutien sans faille au maintien du statu quo du secret.

L’importance du Mémorandum de Trump adressé au Pentagone et à la Communauté du Renseignement pour déclassifier des brevets secrets ne saurait être sous-estimée en raison des changements révolutionnaires qu’il provoquerait. L’opposition à des tels changements permet d’expliquer les rumeurs affirmant que Trump ne serait pas autorisé à prendre ses fonctions de Président malgré le résultat de l’élection de 2016.

Selon les informations obtenues par Goode de la part de Sigmund, Trump devait être assassiné avant ou durant son investiture présidentielle. Cependant, le Pentagone avait à son tour menacé de lancer publiquement un coup d’état militaire au cas où Trump serait assassiné.

La CIA, la NSA et le Département de la Sécurité intérieure (Homeland Security ou DHS) en particulier ont été prévenus qu’ils seraient cernés par les militaires américains, et que les dirigeants de la CIA, de la NSA et du DHS finiraient par être arrêtés pour avoir facilité l’assassinat.

Goode estime qu’approximativement 80% du personnel de ces services de renseignement civils sont contrôlés par la Cabale (Etat Secret), alors qu’environ 50% du FBI est sous le contrôle des « Casquettes blanches ». On lui a dit que ces services refusent de donner les mêmes briefings qu’ils faisaient au Président Reagan sur les Programmes Spatiaux Secrets du Complexe Militaro-industriel (MIC SSP), et la poignée de groupes aliènes qui leur sont connus.

Antarctique
La déclassification prochaine de plus de 1.000 brevets secrets va évidemment aider Trump à donner une nouvelle vitalité à l’industrie manufacturière américaine et à créer des millions d’emplois. Il semble que la publication de ces brevets soit synchronisée avec les divulgations prochaines concernant les découvertes dans l’Antarctique*, où des technologies avancées ont apparemment été découvertes, qui auront un impact révolutionnaire sur bon nombre d’industries cruciales.

Mille mercis à Corey Goode pour ses corrections et suggestions d’une version antérieure de cet article.
© Michael E. Salla, Ph.D. Copyright Notice

Envois et traduction de Patrick T.

Vidéo :
Karen Hudes exposes 'Homo Capensis' Rules The World 1 2 Subtítulos

EXCLUSIF, interview de Karen Hudes, ex-employée de la Banque mondiale

http://exopolitics.org/author/dr-michael-salla/
-----------------------

Antarctique : découverte d'une ancienne civilisation sous plus de 2 km de glace?

WASHINGTON | Une photo récente de la NASA (Opération IceBridge) a donné lieu à une découverte fascinante, alors que des images ont révélé ce que certains experts pensent être l’existence d’une ancienne colonie humaine située sous 2,3 kilomètres de glace.
La découverte intrigante a été faite lors des essais de la technologie ATLAS (Advanced Topographic Laser Altimeter System), qui devrait être lancée en 2017 sur le satellite ICESat-2, pour surveiller les changements de la glace polaire.

«Il y a très peu de marge d’erreur, quand il s’agit de photons individuels frappant des fibres optiques individuelles, c’est pourquoi nous avons été si étonnés quand nous avons remarqué ces caractéristiques anormales sur l’imagerie lidar», explique Nathan Borrowitz, du Centre de vol spatial Goddard de la NASA à Greenbelt, Maryland.
« Jusqu’à présent, nous ne pouvons que spéculer sur ce que ces caractéristiques sont vraiment, mais le lancement de ICESat-2 en 2017 pourrait conduire à d’autres découvertes majeures et à une meilleure compréhension des caractéristiques géomorphologiques de l’Antarctique », ajoute-t-il.
Bien que Nathan Borrowitz affirme que les images infrarouges sont certainement intrigantes, d’autres experts affirment qu’elles sont clairement la preuve d’une ingénierie humaine ancienne.
Une colonie humaine sous 2,3 km de glace
L’archéologue Ashok Tripathi, du Département d’Archéologie de l’Université de Calcutta, estime que les images montrent clairement une ancienne colonie humaine, sous la calotte glaciaire.
« Ce sont évidemment les caractéristiques d’une sorte de structure faite par l’homme, ressemblant à une structure pyramidale. Les modèles ne montrent clairement rien de ce à quoi nous devrions attendre en voyant des formations géomorphologiques naturelles. Nous avons évidemment ici des preuves d’une ingénierie humaine. Le seul problème est que ces photographies ont été prises en Antarctique sous 2 kilomètres de glace. C’est évidemment la partie déroutante, nous n’avons aucune explication pour cela pour le moment », admet-il.
« Ces images ne reflètent qu’une petite partie de la masse continentale de l’Antarctique. Il y a peut-être beaucoup d’autres sites supplémentaires qui sont aussi recouverts de glace. Cela nous démontre simplement combien il est facile de sous-estimer à la fois la taille et l’ampleur des anciens établissements humains », a déclaré le Dr Tripathi.
Vestiges d’une civilisation perdue
Historien et cartographe à l’Université de Cambridge, Christopher Adam, croit qu’il pourrait y avoir une explication rationnelle.
« L’une des cartes les plus étonnantes de l’Histoire est celle de l’amiral turc Piri Reis en 1513 AD, qui a réussi à cartographier le littoral de l’Antarctique il ya plus de 500 ans. Ce qui est le plus fascinant sur cette carte, c’est qu’elle montre le littoral de l’Antarctique … sans glace. Comment cela est-il possible alors que les images du littoral sous-glaciaire de l’Antarctique n’ont été vues pour la première fois qu’après le développement d’un radar pouvant cartographier sous le sol en 1958 ? Est-il possible que l’Antarctique n’a pas toujours été couvert par une épaisse couche de glace ? Cela pourrait prouver que c’est une possibilité », reconnaît-il.
«Un léger décalage polaire ou un déplacement de l’axe de rotation de la Terre dans les temps anciens est peut-être la seule explication rationnelle qui vient à l’esprit, mais nous avons certainement besoin de faire plus de recherches avant de conclure quoi que ce soit ».
L’ICESat-2, une partie du système d’observation de la Terre de la NASA, est une mission satellitaire conçue pour mesurer l’altitude de la masse de glace, le franc-bord de glace de la mer ainsi que la topographie et les caractéristiques végétales. Le lancement est prévu en mai 2017.
--------------------------------
VISITE DE COREY GOODE EN ANTARCTIQUE CONFIRME LA DÉCOUVERTE D’UNE CIVILISATION INSTANTANÉMENT GELÉE - 01/2017.
L’informateur des Programmes Spatiaux Secrets Corey Goode a dit qu'il a été emmené en Antarctique, au début du mois de janvier 2017, pour assister aux premières fouilles scientifiques des ruines d'une ancienne civilisation, instantanément gelée, enfouie sous deux milles de glace (un peu plus de 3 km). Alors que la découverte des ruines remonte à la première expédition allemande nazie en 1939 selon Goode, ce n'est que depuis 2002 que les fouilles des archéologues et d'autres scientifiques ont été autorisées. Les archéologues ont supposément préparé des films documentaires et des documents universitaires dont la publication étonnera la communauté scientifique.
Dans une mise à jour du 11 décembre 2016, Goode a dit qu’il avait été informé de ces fouilles par de multiples sources et par un officier supérieur, membre d’un programme spatial secret dirigé par l'USAF que Goode a baptisé « Sigmund ». Ce dernier a dirigé une mission secrète, impliquant de multiples enlèvements et interrogatoires de Goode, qui était testé pour la fidélité de ses informations.
Après avoir été satisfait de l'exactitude des informations et des sources de Goode, Sigmund lui a partagé, de façon inattendue, certaines de ses connaissances sur les fouilles de l'Antarctique. Il s'agit d'une civilisation dirigée par des êtres « préadamites » ayant des crânes allongés et mesurant entre 10 et 12 pi. (environ 3 mètres- 3 mètres 50).

Trois vaisseaux de forme ovale, d'environ 30 milles de diamètre (42 km), ont été découverts à proximité, révélant que les préadamites étaient d'origine extraterrestre et qu'ils étaient arrivés sur Terre, il y a environ 55,000 ans. L'un des trois vaisseaux a été fouillé et il y avait beaucoup de petits vaisseaux spatiaux à l'intérieur. La civilisation préadamite, du moins sa partie basée en Antarctique, a été gelée instantanément lors d’un événement cataclysmique qui a eu lieu il y a environ 12,000 ans.
Goode a également été informé par ses contacts que les technologies les plus avancées et les restes de préadamites eux-mêmes, ont été retirés du site archéologique qui sera rendu public. Des équipes d'archéologues ont travaillé avec ce qui reste, et ils ont reçu l’ordre de garder secret ce qu'ils ont vu.



En outre, certains objets anciens, provenant d'autres endroits et entrepôts, seront apportés et éparpillés dans le site archéologique destiné à la diffusion publique. Lors de l’annonce sur les fouilles de l'Antarctique, l'accent sera mis sur les éléments terrestres de la civilisation gelée, afin de ne pas trop choquer la population générale.
Selon Goode, l'annonce est susceptible d'être faite pour servir de distraction au moment des procès pour crimes de guerre contre les élites mondiales et ces procès pourraient avoir lieu bientôt, car il y a de plus en plus de fuites et de divulgation sur les réseaux de pédophilie internationaux et le trafic d'enfants.
Jusqu'à tout récemment, tout ce que Goode savait des fouilles de l'Antarctique lui avait été partagé par des informateurs ou par Sigmund. Cela a changé au début de janvier 2017, alors qu’il a lui-même été emmené en Antarctique pour voir les ruines et les fouilles en cours. Dans une brève séance d'information personnelle du 24 janvier et lors de la discussion du dîner qui suivit, avec David Wilcock, Goode a raconté certains des détails de son dernier voyage en Antarctique. Il avait déjà fait un rapport sur une visite antérieure en Antarctique, où il a pu voir cinq des bases souterraines fonctionnelles, appartenant au Conglomérat Interplanétaire, un programme spatial secret d'entreprise, basé en Antarctique.
Goode dit que peu de temps après le Nouvel An 2017, il a été emmené par un vaisseau spatial des « Anshar » en Antarctique. Les Anshar sont l'une des sept civilisations de la Terre Intérieure que Goode a rencontrées.
Dans des rapports précédents, il a dit avoir été emmené à la ville souterraine principale appartenant à l'Anshar, où il a été témoin de leurs technologies de pointe.
Goode a décrit ses multiples rencontres avec Kaaree, une haute prêtresse des Anshar, qui a agi comme son guide et amie dans de nombreux voyages dans la Terre Intérieure, en Antarctique et dans l'espace.
Un autre personnage-clé dans les révélations de Goode est «Gonzales», qui est un commandant de la marine des États-Unis et qui a été le contact initial de Goode avec l’Alliance des Programmes Spatiaux Secrets, comprenant les membres du programme de Solar Warden et des transfuges d'autres Programmes Spatiaux Secrets.
Après avoir été exposé, au moment des enlèvements involontaires de Goode et des interrogatoires de «Sigmund», Gonzales est devenu une liaison entre un programme spatial secret Maya et l'Alliance des PSS et sa présence n’est plus requise sur Terre.
Lors de sa première visite en janvier 2017, Goode dit qu'il a été rejoint par Kaaree, par Gonzales et par deux autres représentants de la civilisation de la Terre Intérieure. L'un d'eux appartenait à une race ressemblant à celle des asiatiques, que Goode a décrite lors de sa rencontre initiale avec des représentants des sept civilisations de la Terre Intérieure.
Goode et les autres ont été emmenés par le vaisseau spatial Anshar vers une partie non excavée des ruines, un endroit que les équipes scientifiques n'ont pas encore atteint, tout était donc encore intact et ils ont vu l'étendue d’une civilisation qui avait été gelée instantanément.
Goode a décrit des corps tordus et crispés dans différents états de congélation instantanée. La catastrophe était manifestement imprévue.

Il a dit que les préadamites étaient très minces. Il a déclaré qu'il était évident, en voyant leurs corps, qu'ils avaient évolué sur une planète avec un environnement gravitationnel beaucoup plus faible.
Outre les préadamites, Goode a également vu de nombreux types d'humains de taille normale, dont certains avaient des queues courtes, alors que d'autres avaient des crânes allongés semblables aux préadamites. La conclusion que Goode a tirée était que les préadamites conduisaient des expériences biologiques sur les humains indigènes de la planète.
Gonzales avait un instrument pour prendre des échantillons biologiques, qu'il a plongé dans les divers corps congelés. Le matériel biologique sera examiné par les scientifiques de l'Alliance des Programmes Spatiaux Secrets.
En outre, il y avait des rouleaux, fait d'un alliage métallique et il y avait une sorte d'écriture sur eux. Les Anshar et d'autres représentants de la Terre Intérieure ont recueilli autant de ces rouleaux que possible.
Dans des rapports antérieurs, Goode a décrit la bibliothèque d'Anshar comme étant assez étendue et ayant beaucoup d'artefacts antiques de civilisations multiples. Les Anshar ont ajouté les registres historiques de cette civilisation gelée à leur bibliothèque.
En outre, Goode a déclaré que son groupe n’a pas été vu par les scientifiques et les archéologues travaillant sur les fouilles, dans une autre partie des ruines de l'Antarctique. Le vaisseau Anshar a traversé la glace pour se rendre aux ruines. Goode a rappelé comment leur vaisseau peut facilement se déplacer à travers les murs, en utilisant une technologie de pointe.
Le voyage de Goode en Antarctique, en janvier a été la confirmation de ce dont il avait été précédemment informé par diverses sources et par l'officier de l'US Air Force, Sigmund.
Les fouilles de l'Antarctique sont tout à fait réelles et Gonzales en a été le premier témoin. Plus de détails sur le voyage de Goode en Antarctique et sur les préadamites seront publiés par David Wilcock dans son prochain article, « Endgame III » (Fin de Jeu III).
La visite de Goode et la confirmation de cette découverte en Antarctique sont très significatives. C’est une confirmation de la théorie de Charles Hapgood selon laquelle les changements des pôles ont été une occurrence régulière dans l'histoire de la Terre. La civilisation préadamite gelée n'a pas été le seul cas de ce genre de catastrophe qu’a connu une civilisation ancienne.
La visite de nombreux dignitaires en Antarctique en 2016, dont le secrétaire d'État John Kerry (chassé de ce territoire, un tremblement de terre a été provoqué en Nouvelle-Zélande ou il était à l’hôtel), Buzz Aldrin, le patriarche Kirill et bien d'autres au cours des années précédentes, est une preuve circonstancielle qu'une découverte importante a été faite en Antarctique. Grâce à Corey Goode, nous avons maintenant un témoignage de première main sur l'ampleur de la découverte de l'Antarctique et des fouilles scientifiques en cours depuis 2002 et certains éléments de la découverte devraient être annoncés très bientôt.
Michael E. Salla, Ph.D.
--------------------------------
OVNIS EN ANTARCTIQUE : « IL A FALLU CONTRER LA CENSURE MILITAIRE »

Dans l’étude du dossier des ovnis, l’Antarctique apparaît souvent comme un territoire où rien ne se passe, en termes d’observations. Le continent blanc est peu habité, on y trouve plutôt des militaires et des scientifiques en missions officielles.

Le manque d’informations ufologiques sur l’Antarctique vient d’être comblé.
Le professeur argentin Rubén Morales (1) vient de publier un ouvrage scientifique « Los ovnis de la Antardida » (Les ovnis de l’Antarctique, non publié en France) qui éclaire d’un jour nouveau la réalité du dossier ovni, au pôle sud.
Des observations ont lieu même dans les contrées où il n’y a pas d’habitat humain constant. Ceci prouve que notre globe est bien la cible d’incursions régulières exogènes.
Le livre Les OVNI en Antarctique, lève pour la première fois le voile couvrant les rapports officiels documentés sur les ovnis, dans cette région reculée de la pointe sud de l’Argentine (2).
Des documents déclassifiés de première main y sont révélés.
Après une dizaine d’années de recherches, le Professeur Rubén Morales expose ses réflexions et découvertes sur 350 pages dans son ouvrage, couvrant la période de 1949 à 1973. Il souligne : « un des plus grands défis de la communication politique pour un gouvernement serait d’informer les citoyens sur le fait que les ovnis existent et ne qu’ils ne sont pas d’origine terrestre. Les révélations de la marine, les 6 et 7 Juillet 1965, relatives aux ovnis observés en Antarctique (Argentine) ont été les grandes lignes d’un tel défi communicationnel (3). Il a en effet déclenché un formidable phénomène de multiplication journalistique, avec un impact en cascade sur l’opinion publique ».

Le Professeur Morales a accepté de répondre à nos questions.
L’opération Highjump, (Programme naval des États-Unis de développement en Antarctique, 1946-47 – ) était une opération américaine organisée par l’amiral Richard Byrd en Antarctique. Elle fut lancée le 26 août 1946 et dura jusqu’en 1947. Cet impressionnant déploiement de forces fit appel à 5 000 hommes, 13 navires et 26 avions. Elle est souvent rattachée aux ovnis, notamment aux essais secrets allemands d’engins discoïdaux, réalisés durant la seconde guerre mondiale, les prototypes Haunebu ou disques Vril. L’avez étudiée ?
Cette question est au cœur de ma spécialité professionnelle, la communication politique!
L’Opération Highjump, ainsi que les suivantes Deep Freeze des Etats-Unis et l’Opération Tabarin d’Angleterre, ont été développés toutes pendant et après la seconde guerre mondiale, avec l’objectif principal d’établir des bases scientifiques et militaires permanentes en l’Antarctique.
Ceci en raison de son importance stratégique dans l’hémisphère sud.
Dans le cadre de ces actions on a fait des fortes opérations de presse et de propagande, visant à inculquer la rumeur que les nazis étaient installés dans l’Antarctique, comme une excuse pour l’invasion massive du continent blanc réalisée par les vainqueurs.
Cette prise de possession des terres du pôle Sud a commencé au cours de la seconde guerre mondiale.
Ces histoires au sujet des ovnis nazis dans l’Antarctique font partie de cette vieille propagande que les ufologues répètent sans le savoir.
L’escalade militaire dans l’Antarctique se termine par le Traité sur l’Antarctique de 1959, empêchant une nouvelle guerre mondiale par les prétentions territoriales dans le sixième continent.
La recension des cas ovni relevé en Antarctique s’arrête à 1973 dans votre ouvrage, cela signifie qu’après il n’y a plus de cas ovni signalés ?
Le livre ne prétend pas être un inventaire exhaustif de cas. En fait, il comprend seulement un échantillon de rapport émanant de bases scientifiques et militaires qui ont échappé à la censure officielle. Il y a beaucoup d’autres observations qui attendent toujours d’être étudiés et publiés.
Quelles ont été vos sources?
Il s’agit principalement de récits originaux, provenant de documents déclassifiés et d’archives officielles, attestés par des scientifiques et des militaires argentins, chiliens et britanniques. Ils travaillaient ou vivaient en Antarctique au moment des faits. Ces matériaux n’avaient jamais été rassemblés à ce jour.
En tant que chercheur estimez-vous que les ovnis soient la manifestation d’une présence extraterrestre ou bien vous orientez-vous vers d’autres hypothèses?
Je recherche sans hypothèse. Actuellement plus qu’une hypothèse extraterrestre il y a un vrai mythe extraterrestre qui touche le public et les ufologues.
Seuls certains, comme Jacques Vallée, n’hésitent pas à concevoir d’autres modèles de théorisations.
Je pense que limiter notre pensée au mythe extraterrestre est mettre un faux obstacle au développement de l’ufologie. De fait cette posture donne prise aux opérations de propagande qui fonctionnent toujours autour de ce mythe.
Pour aller plus loin, nous avons besoin de nous éloigner du mythe extraterrestre établi, pour commencer à penser librement.
Pouvez-vous nous citer un cas typique touchant l’Antarctique?
Il y a les cas de la base navale scientifique des Iles Orcades, datant de 1961 et 1965.
Une nuit de l’hiver 61, la mer était gelée empêchant tout navire d’approcher, les membres de la base voient une lueur comme un phare de voiture. L’objet fluctue dans son mouvement. Un signal d’alerte est lancé sans qu’aucun signe ne vienne de la lumière énigmatique qui poursuit sa route. L’observation est retranscrite dans le journal de la base par son commandant.
En 1965 la quasi-totalité du personnel de la base voit quatre lumières, formant un trapèze. Elles sont suivies aux jumelles militaires et au théodolite. Des flashs se mettent à pulser en direction des hommes. La montagne se trouve totalement éclairée. On a parlé de « caravane cosmique ».
Jean-Pierre TROADEC
(1) Le Professeur Rubén Morales est universitaire. Il est psychologue social et enseigne la communication politique à l’Université du Salvador à Buenos Aires en Argentine. Il a également certifié marketing politique. Le professeur Ruben Morales a reçu à deux reprises le prix «Almirante Irizar» pour ses écrits, sur les questions relatives à l’Antarctique. Il coordonne un Café Ufologique en Argentine, rassemblant tous les mois des spécialistes sur les ovnis autour d’une conférence. Il est membre de l’Académie d’Ufologie en France.
(2) En 2011 une commission officielle d’étude des ovnis est créée par l’armée de l’air argentine, la CEFA.
(3) Une série d’observations spectaculaires intervient, notamment sur la base navale de la marine argentine de « Decepcion », dans l’archipel des Shetland du sud. Le 3 juillet 1965 dix-sept personnes (membres du détachement et militaires) voient un objet lumineux évoluant dans le ciel. C’est une lumière d’apparence solide, lenticulaire, éclairée sur sa partie centrale, de couleurs jaune, vert, orange et bleu. Sa taille apparente est estimée à 80 mètres. L’observation dure près d’une heure. Le même jour un autre détachement chilien, au sud-ouest de l’Argentine, détecte également des mouvements d’objets non identifiés. Un commandant du Ministère de la défense déclare : «c’était quelque chose de réel, un objet qui s’est déplacé à une vitesse étonnante, a manœuvré rapidement et a dégagé un éclat vert bleu. Il a également causé de l’interférence dans l’appareil électromagnétique d’une base de l’Argentine qui est en face, sur une petite île voisine ». La CIA émet un rapport : « Argentina antarctic flying saucers ».

--------------------------------
Résultat de recherche d'images pour "ovni antarctique"

HITLER ET L'ANTARCTIQUE- QU’EST-IL VRAIMENT ARRIVÉ À HITLER ET AU HAUT-COMMANDEMENT NAZI DU TROISIÈME REICH ?
http://vol370.blogspot.fr/2017/02/0502-quest-il-vraiment-arrive-hitler-et.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire