samedi 11 février 2017

11/02 - EN SYRIE, DÉJÀ 41 LOCALITÉS LIBÉRÉES DE DAECH 
GRACE A L'ARMÉE D'ASSAD ET DU SOUTIEN DE POUTINE  
pendant qu'en France les "journalistes" orientent notre vote 
en accusant Poutine de s'en mêler.


La Syrie et la Russie font du bon travail, pendant que le gouvernement français combat et trompe le peuple français au cours des préparations aux élections truqués.

L'armée syrienne continue de chasser Daech des territoires qu'il contrôle. Pour le moment, déjà plus d'une quarantaine de localités se voient libérées des terroristes.

Les forces gouvernementales syriennes ont pris le contrôle de 20 kilomètres carrés de territoire en un jour et ainsi le nombre total de localités libérées a dépassé la barre des 40, a indiqué le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie dans un communiqué.
« Au cours de ces dernières 24 heures, les troupes gouvernementales syriennes ont repris le contrôle de 20,5 km2. Au total, 1 357,2 km2 de territoire ont été libérés depuis le 1er janvier 2017. »

« Le nombre de communes, nettoyées des terroristes de Daech par les troupes gouvernementales, s'élève à 41 », a d'ailleurs précisé le Centre.
En une seule journée, 10 nouveaux accords ont été conclus sur l'adhésion au régime de cessez-le-feu avec les localités de Mayir et de Maarest Al-Khan dans la province d'Alep, avec Modiara, Misraba et Jarba dans la province de Damas et avec Ram Al-Inz dans la province d'Homs.
Ainsi, le nombre de communes ayant accepté la trêve a atteint 1 222. En outre, les négociations sur le sujet se poursuivent avec des unités de l'opposition armée dans les provinces d'Alep, de Damas, de Hama, de Homs et de Quneitra.

Depuis l'entrée en vigueur du cessez-le-feu en Syrie le 30 décembre dernier, le calme revient petit à petit dans ce pays qui a tant souffert. Le 31 décembre dernier, le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations unies (Onu) a adopté à l'unanimité la résolution russe entérinant l'accord de cessez-le-feu en Syrie, saluant les ententes obtenues avec la médiation de Moscou et d'Ankara.
-----------------------------------

POUR LE MOUVEMENT «EN MARCHE!» DE MACRON, LA RUSSIE EST DERRIÈRE LE BREXIT ET L’ÉLECTION DE TRUMP
Pourquoi mettre tout sur le compte de Poutine, le bouc émissaire. Le monde change, les peuples se réveillent, ouvre les yeux et nos politiques sont incapables de le voir et de comprendre que nous ne sommes plus des girouettes manipulables.
"En Marche" vers quoi?, En marche vers encore plus de corruption avec les mêmes au pouvoir, ayant juste changé de masque ?

De Sputnik :
Le jeu médiatique bat son plein en France à l’approche de la présidentielle. Cette fois, c’est l’équipe Macron qui succombe à la tentation de jeter le blâme sur Moscou…

Une émission récemment diffusée sur France 5 a lancé sans détour que « Cette fois c'est clair, on sait à peu près que les Russes vont se mêler de l'élection présidentielle française », pour ensuite rappeler leur prétendue implication dans le Brexit et dans l'élection de Trump aux États-Unis.
Rien de nouveau dans ces allégations, mais pourquoi donc l'équipe d'« En Marche! » de Macro, s'en empare-t-elle, à l'instar de son porte-parole, Benjamin Griveaux, qui dénonce « une stratégie du Kremlin »:
« Ce qui est inquiétant en vérité, c'est qu'à la fois des mensonges, des propos à caractère parfaitement diffamatoires, soient repris par un média russe, en l'occurrence ce site, Sputnik, dont on sait qu'il est la propriété du gouvernement russe et de l'État russe et qu'il vient s'ingérer dans l'élection présidentielle française. On a vu ce type de chose se produire aux États-Unis pendant la dernière élection entre Donald Trump et Hillary Clinton, on a vu ce type de comportement se faire sur le débat sur le Brexit en Grande-Bretagne. Il n'est pas souhaitable qu'en France on ait une pollution par des médias détenus par des États étrangers de l'élection présidentielle. »
M : Les journaux français aux mains du pouvoir, ont le droit de traiter Poutine, Assad et autres de dictateurs sanguinaires mais eux n'ont pas le droit de se défendre. C'est comme pour l'avortement, ils essaient de faire voter une loi qui empêcherait les opposant à la loi pour l'avortement de se faire entendre. Ou est la dictature si elle n'est pas en France?

Voilà donc le mouvement d'Emmanuel Macron qui emboîte le pas aux médias mainstream dans la dénonciation de l'omniprésente Main du Kremlin. L'équipe du candidat donne ainsi foi à des rumeurs et des éléments de langage au sujet desquels on attend toujours le moindre élément de preuve.
« On a vu ce type de comportement se faire sur le débat sur le Brexit en Grande-Bretagne », affirme Benjamin Griveaux? Si l'on s'appuie sur les seuls éléments tangibles à notre disposition, nous constaterons simplement que la Russie a « poussé » les Britanniques à voter pour la sortie de l'UE, par cette seule déclaration de son président:
« Si ça présente tant de problèmes, à quoi bon a-t-il organisé le référendum? », avait demandé M. Poutine à l'époque, faisant allusion à l'ancien Premier ministre britannique David Cameron. « Pourquoi l'a-t-il fait? Pour saboter encore une fois l'Europe ou pour faire peur à quelqu'un? Dans quel but faire tout cela, s'il est lui-même contre? »

Est-ce la Russie qui a tenté d'influencer le vote des Anglais sur le Brexit? Le porte-parole d'En Marche! estime aussi que son mouvement est la cible de Moscou depuis que Sputnik a publié un article dans lequel Julian Assange affirmait posséder des "informations intéressantes" sur Macron, et un autre qui relayait les déclarations critiques vis-à-vis d'Emmanuel Macron du député LR Nicolas Dhuicq. Deux acteurs indépendants, dont les propos sont relayés par un média russe, il n'en faut pas plus pour y voir La Main Du Kremlin!

Entre-temps, les médias français ne lésinent pas sur les critiques à l'égard de François Fillon, tout en observant un silence prudent sur les différentes affaires qui pourraient frapper Emmanuel Macron.
Même les réseaux sociaux ne sont pas épargnés. Ainsi, récemment, le favori de la droite s'est-il retrouvé au cœur d'une campagne #StopChasseàLHomme sur Twitter, qui, prétendument lancée en son soutien, s'est retournée contre lui alors qu'un grand nombre de ses "partisans" — bots avait été détectés. Une campagne qui a eu un impact négatif sur les intentions de vote et a poussé à réfléchir au véritable objectif de cette démarche, ainsi qu'à ceux qui pouvaient en profiter.
Un paysage médiatique qui finirait presque par ressembler à celui de la campagne présidentielle américaine, celle que la Russie aurait aussi éhontément manipulée à coups de piratages informatiques, si l'on en croit Benjamin Griveaux. À l'appui de sa thèse… pas grand-chose de concret, une fois de plus, les autorités américaines elles-mêmes ayant fini par reconnaître qu'elles n'avaient vu aucune trace desdits hackings. Les mails du parti Démocrate ont été obtenus par une source au sein même de ce parti et non par un quelconque pirate russe.

Quant à WikiLeaks, qui a révélé plusieurs affaires gênantes pour Hillary Clinton, personne ne conteste l'authenticité de ses révélations, préférant spéculer sur ses orientations politiques. Les médias russes auraient-ils dû taire par exemple les dons que la Fondation Clinton avait reçus du Qatar?
Il est vrai que les 194 médias américains sur 200 qui ont apporté un soutien plus ou moins franc à la candidate Démocrate évitaient le sujet.
CNN, le New York Times, le Washington Post, tous vantaient les qualités de Mme Clinton et évitaient de parler des sujets qui fâchent. Le New Yorker a directement affirmé soutenir Hillary Clinton et The Economist l'a qualifiée de "meilleur espoir de l'Amérique".
Mais les médias mainstream ont un alibi en béton. Dans leur langage, cela s'appelle "faire du journalisme", tandis que toute tentative de sortir du chemin tracé est qualifié de "propagande".

Aucune preuve n'est apportée contre Fillon et il est déjà condamné, par contre des preuves existent contre Macron et rien ne parait dans les torchons ou journaux français !
-----------------------------------
Mais cette guéguerre orchestrée par les journalistes nous amène à choisir le candidat qui fera face au FN en nous cachant qu'il y a des candidats indépendants.
Pourquoi la presse "indépendante" ne relaie-t-elle pas NDA et le Général Tauzin?

QUAND LES JOURNALISTES FRANÇAIS PORTENT DES T-SHIRTS EN MARCHE! EN RUSSIE

Alors que la campagne média contre le républicain François Fillon bat son plein en France, LR Russie subit la même pression, déclare Alexis Tarrade à Sputnik. Tout en diabolisant Fillon pour faire gagner M. Macron, les journalistes français en Russie manifestent leur complaisance portant des T-shirts En Marche! et participant à des actions militantes
La rudesse des attaques que François Fillon a subies en France se répercute en Russie bien qu’à une plus petite échelle, constate Alexis Tarrade, responsable Russie du parti Les Républicains (LR), qui a dénoncé dans un communiqué publié le 9 février les agissements et la propagande des journalistes français en Russie ainsi que la complaisance ouverte du monde médiatique à l’égard d’Emmanuel Macron que la presse a promis de faire gagner.
Les grands médias français présents en Russie, dont Le Monde, Le Figaro, RFI, vont même jusqu’à parler des Républicains comme d’« une orientation fascisante », un mot avec lequel on ne plaisante pas, boudent systématiquement les événements LR auxquels ils sont toujours invités « mais ils écrivent sur ce que nous sommes censés dire où sur ce que nous avons éventuellement dit en déformant les choses », déplore M. Tarrade.
Ainsi, un journaliste du Figaro, qui a été plusieurs fois invité à la rencontre LR de Russie avec Jean-Frédéric Poisson mais qui a préféré ne pas venir, a quand même écrit un article sur la rencontre où il a retranscrit ce qui a été dit lors du rendez-vous d’une manière totalement opposée.
Et de souligner que Les Républicains envoient des newsletters précisant le programme et les valeurs du parti et mettant en relief les différences entre LR et ses cinq opposants majeurs, dont le Front national (FN), donc pourquoi ne pas lire ces lettres, ne pas venir aux rencontres et se limiter à qualifier LR « ni plus ni moins une annexe du Front national déguisée ».
Le but est simple, selon le responsable de la section Russie du parti « diaboliser François Fillon et Les Républicains afin de mettre en avant un second tour qui serait Front national-Emmanuel Macron… Quoi qu’il arrive en cas de second tour, face à Marine Le Pen le candidat opposé sera quasiment assuré de la victoire. Parce qu’en France, aujourd’hui, un candidat du Front national n’a aucune capacité de victoire, parce qu’il y aura, quel que soit le candidat, une union nationale pour venir faire barrage à ça ».

Samedi soir, il y avait la première manifestation En Marche! à Moscou dans le cadre de la conférence où Emmanuel Macron était censé présenter son programme « qu’on attend toujours », fait remarquer Alexis. Et lors de cette manifestation, les correspondants français en Russie ont tous mis des T-shirts En Marche! sur leur dos et ont fait la promotion du mouvement et de son candidat.
« Est-ce que les médias doivent choisir un camp et faire la publicité d’un camp? », se demande Alexis Tarrade. « Nous, on pense qu’il est normal que les médias fassent leur travail d’informer objectivement d’une situation sans prendre de parti pris et aujourd’hui force est de constater que ce n’est pas le cas » parmi les journalistes français ni en Russie, ni en France.
Et de citer l’exemple de Pierre Bergé, un homme très influant en France, patron du Monde et de L'Obs, qui a affirmé qu’il mettrait tous les moyens possibles pour faire gagner Emmanuel Macron.
​« Tous les moyens à disposition d’un homme qui a deux médias majeurs », le message paraît être très claire, ironise le responsable républicain.
Alexis Tarrade conclut en dénonçant des mensonges conscients des médias français, multipliés par des actions militantes sur le terrain et l’absence de réflexion sur l’affaire Fillon qui pose, notamment, trop de questions en commençant par l’affaire elle-même jusqu’à la rapidité inouïe de la justice.
Même si comme le souligne M. Tarrade, les Français ne sont pas si faciles à tromper: « il y a des pétitions qui sont mises en place », « il n’est pas concevable qu’aujourd’hui lorsqu’une affaire est chez les juges, elle soit une heure après dans les rédactions parce qu’il y a un secret d’instruction et des données qui sont confidentielles ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire