lundi 16 janvier 2017

+++16/01 - LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE PARIS
SUR ISRAËL ET LA PALESTINE
PROVOQUE LA COLÈRE DE NETANYAHOU. 
MAIS C'EST UNE RÉUSSITE D'UNION DES PEUPLES !


Jean-Marc Ayrault,  ministre des Affaires étrangères
depuis le 11 février 2016
L'ENSEMBLE DU MONDE EST ENFIN PRÊT POUR LA PAIX. 
Cela va aller très vite.

Benjamin Netanyahou fait savoir qu'il ne se "conformera pas" à la résolution de l'ONU contre les colonies 
La vidéo : Début 3mn 35 avec Jean-Marc Ayrault
https://www.youtube.com/watch?v=nZyU9JLbmRY:
Ce qui est dit ici prouve que les médias nous mentent en disant que les USA veulent la guerre.
-------------------------------------------
Musique envoyée par mon ami Alain d'Israël :-)
https://www.youtube-nocookie.com/embed/b9LRM4jEmt8
-------------------------------------------
Opposé à un traitement multilatéral de la crise israélo-palestinienne, Benjamin Netanyahou a dénoncé la tenue du sommet international de Paris sur le sujet, le 15 janvier, tandis que le Crif a organisé une manifestation dans la capitale française.

Plus de 70 États et organisations internationales se réunissent à Paris, le 15 janvier, dans le cadre d’une conférence visant à défendre solennellement la solution à deux États (palestinien et israélien) au Proche-Orient et la Paix entre les 2 pays. Une conférence à laquelle ne participaient pas les représentants des deux nations concernées, mais qui était néanmoins perçue favorablement par les dirigeants palestiniens.
Les autorités israéliennes, en revanche, n’ont guère apprécié l’initiative, qualifiant celle-ci, par la voix du Premier ministre Benjamin Netanyahou, «d’imposture» et de conférence «inutile». L’État hébreu, en effet, s'oppose à tout règlement international de la question israélo-palestinienne.
Je pense que l'on ne va plus lui demander son avis.

Cette crise, à ce jour, n'est pas prête d’être résolue : loin de remettre en cause l’occupation des territoires palestiniens, le gouvernement israélien a étendu celle-ci au cours des dernières années – une politique qui a conduit en décembre dernier le Conseil de Sécurité de l’ONU à voter une résolution condamnant la colonisation israélienne, au grand dam de Tel Aviv. En outre, la région est régulièrement ensanglantée par des attaques palestiniennes visant des militaires ou des civils israéliens.

Un millier de personnes rassemblées à Paris en solidarité avec Israël.
Les autorités israéliennes n'étaient pas seules à dénoncer l'organisation de la conférence parisienne : près de mille personnes, selon les chiffres de la police cités par l'agence AFP, se sont réunies à l'appel du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France ) afin de protester contre la tenue du sommet international.
Le député-maire du XVIe arrondissement de Paris Claude Goasguen (Les Républicains) et le député des Français de l'étranger Meyer Habib (UDI) ont rejoint les rangs de la mobilisation, à une dizaine de mètres de l'ambassade israélienne.
«Nous sommes venus dire que personne ne pourra imposer à l'Etat d'Israël un statut autre que celui qu'il s'est délibérément et démocratiquement choisi et [...] que la paix ne pourra être l'aboutissement que de négociations directes, comme cela a été le cas avec l’Égypte et la Jordanie», a déclaré Francis Kalifat, le président du Crif.
L'élection de Trump soulève des inquiétudes sur la question israélo-palestinienne
La conférence de Paris survient à la veille d’un changement de présidence aux États-unis, qui pourrait avoir d'importantes répercussions sur la situation israélo-palestinienne : le président élu Donald Trump entend en effet bouleverser la tradition diplomatique de son pays en transférant l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem. Une décision qui irait également à l’encontre de la position officielle de l'ONU, selon laquelle le statut de Jérusalem, que les Palestiniens revendiquent également comme capitale de leur futur État, doit se régler par la voie de la négociation.
En marge du sommet international, le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Marc Ayrault, s’est inquiété de l’impact que pourrait avoir un tel transfert d’ambassade. «Ce serait extrêmement lourd de conséquences. Quand on est président des États-unis, sur cette question on ne peut pas avoir une position aussi tranchée, aussi unilatérale, il faut chercher à créer les conditions de la paix», a-t-il déclaré, selon l'agence AFP. Le président palestinien Mahmoud Abbas, de son côté, a fait savoir qu’il pourrait revenir sur la reconnaissance d’Israël si Donald Trump prenait une telle décision. Celle-ci «non seulement priverait les États-unis de toute légitimité à jouer un rôle dans la résolution du conflit, mais elle réduirait à néant la solution des deux États», s'est-il indigné dans un entretien au journal Le Figaro, ce week-end.
-----------------
16/01 - LES PALESTINIENS SE FÉLICITENT DES DÉCISIONS
DE LA CONFÉRENCE DE PARIS, ISRAËL EN COLÈRE.

Conférence de Paris. Hollande soulagé ! Il se sent moins seul. 
Ces sourires vont se propager dans la terre entière, apporter l'énergie du changement.
John Kerry est là et Harlem Désir à droite,

Le numéro deux de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) a favorablement accueilli les conclusions de la conférence de Paris sur le Proche-Orient qui, selon lui, «a souligné la nécessité de mettre fin à l'occupation israélienne».
Saëb Erakat, le deuxième homme fort de l'Organisation de libération de la Palestine s'est félicité des décisions prises à Paris et a appelé, dans un communiqué, la France «à reconnaître immédiatement l'État de Palestine dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme sa capitale» et demandé aux autres participants à la conférence de «reconnaître la Palestine au même titre que leur reconnaissance d'Israël».

Israël, de son coté, a estimé que la conférence de Paris sur le Proche-Orient, qui a renouvelé son soutien à une solution à deux États pour résoudre le conflit israélo-palestinien, éloignait les perspectives de paix.

«Cette conférence internationale et les résolutions de l'ONU ne font qu'éloigner les perspectives de paix car elles encouragent les Palestiniens à refuser des discussions directes avec Israël», a déclaré le ministère des Affaires étrangères à Jérusalem.
 -------------------------------
La droite en Israël s'en prend à Kerry et mise sur Trump
-------------------
Netanyahou craint une nouvelle résolution contre Israël après la conférence de Paris
----------------------
* Un millier de personnes rassemblées à Paris en solidarité avec Israël
Agence Belga ,
Mille personnes, selon la police, se sont rassemblées dimanche à Paris à l'appel d'institutions juives françaises pour protester contre la tenue concomitante dans la capitale d'une conférence internationale sur le conflit israélo-palestinien en l'absence des parties concernées.
"Nous sommes venus dire que personne ne pourra imposer à l'État d'Israël un statut autre que celui qu'il s'est délibérément et démocratiquement choisi et (...) que la Paix ne pourra être l'aboutissement que de négociations directes, comme cela a été le cas avec l'Égypte et la Jordanie", a déclaré Francis Kalifat, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) à l'initiative de ce rassemblement, tenu à une dizaine de mètres de l'ambassade d'Israël. "Comment être aveugle au point de ne pas comprendre que c'est la même haine qui a tué à Nice, qui a tué à Berlin et qui tue à Jérusalem quatre jeunes de 20 ans ?", s'est-il interrogé, faisant allusion à l'attaque au camion du 8 janvier. "Ce qui fera avancer la Paix, c'est quand on dira aux Palestiniens qu'ils doivent arrêter la terreur, reconnaître l'État d'Israël comme État juif" et Jérusalem comme sa "capitale une et indivisible", a estimé de son côté Joël Mergui, le président du Consistoire central israélite de France. Pourtant très critique envers l'initiative diplomatique française, un député de droite, Pierre Lellouche, s'est fait huer par une partie de la foule quand il a évoqué son attachement à la "solution de deux États".

Le député-maire du XVIe arrondissement de Paris Claude Goasguen (Les Républicains) et le député des Français de l'étranger Meyer Habib (UDI) ont rejoint les rangs de la mobilisation.

L'appel qui a été lancé à manifester
Europe Israël vous appelle à manifester votre soutien à Israël le dimanche 15 janvier, jour de la Conférence anti-israélienne de Paris
FAISONS PRESSION SUR FRANCOIS HOLLANDE !
VENEZ NOMBREUX MANIFESTER CONTRE CETTE CONFÉRENCE
Rendez-vous à 11h, devant l’ambassade d’Israël. 
http://www.europe-israel.org/2017/01/europe-israel-vous-appelle-a-manifester-votre-soutien-a-israel-le-dimanche-15-janvier-jour-de-la-conference-anti-israelienne-de-paris/
---------------------------
« Israël dans Israël »
Entretien de Marc Perelman avec notre regretté camarade Daniel Bensaïd en 2004. Entretien toujours d’actualité !
IL N’EST PAS DE LIEU AU MONDE OÙ LES JUIFS SOIENT MOINS EN SÉCURITÉ QU’EN ISRAËL.
La destruction des États afin de libérer les peuples soumis. Qu’est-ce que cela signifie concrètement ?
http://www.npa32.fr/spip/spip.php?article875

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire