jeudi 12 janvier 2017

12/01 - FRANCE/QUATAR - DES RÉTRO-COMMISSIONS 
POUR PAYER LES CAMPAGNES PRÉSIDENTIELLES DE 2017. 
LE CONTRAT D’ARMEMENT « DONAS ». 

Sarkozy, Hollande, les dirigeant français. Histoire trouble avec le Quatar et l'Arabie Saoudite.

C’est un véritable scandale politique, et pourtant, l’information est complètement passée inaperçue. L’excellent livre «Nos Très Chers Émirs» des journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot est un ouvrage référence concernant les relations diplomatiques entre la France et le Qatar, l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis. Alors que sa sortie avait provoqué quelques remous suite aux révélations du comportement de certains politiques français (JM Leguen, JV Placé, Nicolas Bays etc…) vis à vis du Qatar, le plus gros scandale du livre n’a pourtant pas fait de bruit…

Alors que les auteurs détaillent les aléas qui entourent ce contrat d’armement de près de 3 milliards signé en 2013 entre la France et l’Arabie Saoudite au profit du Liban, ils écrivent page 75-76 :
Mais ce contrat Donas cacherait aussi une sombre affaire de rétro-commissions. Des rétro-commissions partagées entre la gauche et la droite, avant l’élection présidentielle de 2017.
Un industriel, qui s’est retiré des négociations lorsque sa société a découvert le pot aux roses, nous a mis sur la voie.
Dans le Donas, selon lui « les rétro-commissions se cachent dans un contrat de maintenance d’une valeur initiale d’environ 700 millions d’euros. Elles sont dissimulées dans ce qu’on appelle dans notre jargon un contrat de maintien en conditions opérationnelles (mco). C’est en général dans la partie maintenance que les commissions sont dissimulées, car on peut toujours être flexible sur le nombre d’heures soi-disant nécessaire à la maintenance d’un équipement. Ce contrat mco est géré par une petite société, Ineo Défense. Nous en sommes sûrs à 100%. Pourquoi Ineo Défense est-elle impliquée dans un contrat de ce montant-là ? Ça nous a paru immédiatement suspect. On a cherché un peu. On a trouvé. Mais à partir de là, nos dirigeants n’ont plus voulu être associés à la partie maintenance du Donas. »
Deux intermédiaires sont aux avant-postes : un dirigeant d’Ineo Défense et un ancien cadre de Thalès qui dispose de sa propre société de conseils. L’un deux, lié au puissant lobby franc-maçon au ministère de la Défense, est proche de l’actuel directeur général de l’Armement, Laurent Collet-Billon.
Quant à l’autre, son nom a été cité par la presse libanaise dans les négociations sur le Donas pour sa proximité avec les milieux de la sécurité israélienne. La personne qui supervise le contrat est l’amiral Jean-Louis Guillaud, ancien chef d’état-major sous Nicolas Sarkozy.
Un négociateur du Donas révèle : « le général Kahwaji, commandant en chef de l’armée libanaise, m’a affirmé qu’il avait appelé l’amiral Guillaud pour lui dire qu’il avait appris par les services de renseignements saoudiens qu’un de ses intermédiaires faisait partie du contrat Donas et qu’il avait servi dans l’armée israélienne. « Ah bon ! a répondu Guillaud. Je vais enquêter » , a-t-il ajouté. Une semaine plus tard, il faisait répondre à Kahwajoi que ce n’était pas vrai. »
On soupçonne Ineo Défense d’absorber la rétro-commission pour le compte d’un candidat socialiste à l’élection présidentielle et l’ancien cadre de Thalès pour celui d’un candidat de l’opposition. On ignore le montant des rétro-commissions, mais la norme pour ce type de contrat varie généralement en 5 à 10%
------------
Nos très chers émirs de Christian CHESNOT, Georges MALBRUNOT
Alors que notre pays est la cible d’attentats d’une violence inédite, nombre de Français s’interrogent : nos alliés d’Arabie saoudite et du Qatar financent-ils le terrorisme ?
Les auteurs ont enquêté. Ils ont rencontré un financier du djihad qui vit librement au Qatar, un émirat dont ils démontrent, chiffres à l’appui, qu’il subventionne la branche syrienne d’al-Qaida. En outre, en Arabie saoudite, le pèlerinage à La Mecque permet des levées de fonds au profit d’organisations terroristes.
Mais si Riyad, qui exporte en France le salafisme, semble souvent jouer un double jeu, que dire des maires français qui interdisent le burkini sur leurs plages mais accueillent les mosquées saoudiennes ?
D’autre part, plusieurs officiels du Golfe, las d’être pris pour des « distributeurs de billets de 500 euros », dénoncent nommément l’attitude ambiguë de certains de nos responsables politiques. Tant de compromissions alors que, finalement, en ce qui concerne les grands contrats, malgré les prévenances de François Hollande et la complaisance de Laurent Fabius qui interdisait au Quai d’Orsay qu’on critique les atteintes saoudiennes aux droits de l’homme, la France reste pour Riyad un simple « partenaire de compensation » !

À quelques mois de l’élection présidentielle, ce livre, qui nous apprend aussi comment les Émirats arabes unis ont proposé de financer le parti de Marine Le Pen, est une contribution brûlante au débat sur l’opportunité de revoir nos relations avec nos chers émirs.
----------------------
COMMENT LE QATAR A ACHETÉ LA FRANCE 
(ET S'EST PAYÉ SA CLASSE POLITIQUE)

LE QATAR :
Cette presqu’île, à peine plus grande que la Corse, qui compte 1,5 million d’habitants mais seulement 200 000 citoyens, dispose du revenu par tête le plus élevé de la planète. Cette richesse tient à la situation géographique du pays dont le sous-sol et le rivage regorgent de pétrole et surtout de gaz
Le Qatar a créé un fonds d’investissement de 50 millions d’euros, destiné à financer des projets économiques dans les banlieues françaises. On pourrait se demander si ces investissements massifs en banlieue le sont en raison de la proportion très importante de musulmans qui y résident. Certes, l’État français, impécunieux, ne crache pas sur cet apport d’argent frais, mais par là même ne laisse-t-il pas un pays étranger choisir ses investissements en fonction de la religion de telle ou telle partie de la population ? S'installer l'Islam radical, des écoles coraniques...
Aide à la diversité : vers un « printemps arabe » en France ?
Le double jeu permanent du petit émirat à la fois interlocuteur modéré dans les conflits arabes, et soutien des intégristes musulmans quand il finance les investissements sur le vieux continent ne surprend pas la classe politique française et personne n’ose dénoncer la mainmise du Qatar sur les banlieues qui pourtant peut rapidement dégénérer en une opération de déstabilisation. L’Émirat qui collectionne les coups d’État depuis sa création en 1971, prospère lui-même sous une féodalité obscurantiste qu’il envisage peut-être d’exporter...
la sœur de Rachida Dati travaille pour le procureur général du Qatar.

Photos d'Hotels parisiens qui appartiennent au Quatar.
http://tempsreel.nouvelobs.com/galeries-photos/economie/20151002.OBS6974/photos-tout-ce-que-possede-deja-le-qatar-a-paris.html
Le petit émirat richissime place des milliards de dollars dans l'Hexagone. Le Qatar détient des hôtels de luxe, des parts dans nos fleurons industriels (Veolia et Vinci), des chaînes de télévision, le PSG... Tour d'horizon.

Hollande décore discrètement
le patron de Qatar Airways
Qatar : La France est-elle à vendre ?

Légion d'honneur : Hollande décore discrètement le patron de Qatar Airways
François Hollande doit retirer la légion d’honneur au PDG de Qatar Airways !

------------

ARABIE SAOUDITE
La Légion d'honneur remise en catimini par François Hollande au prince saoudien fait polémique
ÉCLAIRAGE - Le président a décoré le ministre de l'Intérieur saoudien pour ses efforts dans la lutte contre le terrorisme. Un avis que tout le monde ne partage pas.
Plutôt pour ses efforts à détrôner Assad et à détruire la Syrie, faire tuer sauvagement ses habitants.
Cette décoration intervient alors que depuis le début de l'année 2016, le régime a procédé à 70 exécutions.

Hollande et ses amis d'Arabie Saoudite.

La France, après se retrouve l'agresseur principal à la place des USA
Un rapprochement scellé sur fond de contrats juteux
Mais c’est surtout la reculade de son allié historique américain sur la question des armes chimiques syriennes, en 2013, doublée de la main tendue de l’administration Obama à Téhéran dans le cadre des négociations sur le nucléaire iranien, qui avaient poussé Riyad à se rapprocher encore plus de la France, qui était prête à frapper le régime de Bachar al-Assad, l’allié de l’Iran.

Sarkozy n'est pas en reste, il a fait assassiner Kadhafi, avec l'aide de l'Otan et du Qatar, et détruit la Libye. Ils obéissent aux même maîtres.

Sarkozy et sa femme en Arabie Saoudite
Sarkozy fait le beau au Qatar

Allons-nous voter pour les mêmes ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire