mercredi 4 janvier 2017

04/01 -  ALEP EST RÉUNIFIÉE. LES MASQUES TOMBENT. 


 "La politique est l'art de se servir des hommes en leur faisant croire qu'on les sert."- Voltaire
Visite d'Assad en France en 2008 et 2010. Le fourbe Sarkozy prépare le piège.

La guerre en Syrie n'est pas finie mais le peuple syrien peut voir l'avenir avec optimisme. Les rebelles islamistes renforcés par les brigades internationales djihadistes, ces bandits de grand chemin qui tuent, violent et volent en toute impunité, ne prendront pas le pouvoir en Syrie et n'imposeront pas la loi du coran dans tout le pays. 


TOUS LES PAYS DEVRAIENT SE PLIER AU NOUVEL ORDRE MONDIAL S'IL NE VEUT PAS ÊTRE VICTIME DU TERRORISME.
Mais nous allons bientôt assister à la victoire du bien contre le mal.

Laurent LOUIS, ancien député européen, tout comme Nagel Farrage n'a pas mâché ses paroles au parlement européen. Nagel a eu un accident avec son avion privé et Laurent a été arrêté sauvagement et accusé d'actes sexuel sur une enfant qu'il a recuillie.
++ LAURENT LOUIS S'EXPRIME SUR LES ATTENTATS DE BRUXELLES
Le Président de Debout Les Belges, l'ancien député belge Laurent LOUIS s'exprime suite aux attentats de Bruxelles et pointe du doigt la responsabilité des autorités belges, comme elle est celle des françaises..

---------------------------------------
Rappel de l'origine de la guerre en Syrie.
Que ceux qui croient que le peuple syrien s'est spontanément révolté contre le gouvernement de leur pays en 2011 se détrompent. Les Syriens, dans leur grande majorité, craignaient qu'un « printemps arabe » ne vit le jour en Syrie. Ils pouvaient voir les résultats de ces troubles en Tunisie, en Libye et surtout en Égypte et ils savaient que les conséquences seraient pires si cela advenait chez eux.
Sous l'initiative de Bachar al-Assad et sous la pression occidentale, la Syrie se dirigeait vers un abandon progressif de la doctrine socialiste baasiste et s'orientait vers le libéralisme qui devait l'intégrer dans le système globalisé mondial qui semblait devoir inéluctablement s'imposer en ce début de XXIe siècle.
La conséquence de ce bouleversement en Syrie fut l'émergence de ce qu'on appelle une société à deux vitesses.
Il y avait d'un côté, une bourgeoisie urbaine qui tirait profit de l'ouverture libérale et de l'autre, une campagne qui souffrait d'être laissée à elle-même et dont les habitants venaient grossir le prolétariat urbain en s'installant dans les banlieues des grandes villes. Les grandes sécheresses des années précédant la révolte instrumentalisée des campagnes de 2011 favorisa aussi cet exode.
C'est une situation tout-à-fait habituelle dans un contexte de passage d'une économie conservatrice-protectrice vers une économie libérale et c'est une constante depuis le XVIIIe siècle.
Une présidence syrienne autoritaire mais ouverte à l'économie libérale pouvait très bien convenir aux puissances occidentales mais il fallait alors aussi que la Syrie changeât d'alliance.

C'est Nicolas Sarkozy et le Qatar qui furent chargés de cette mission.
Dans le cadre de l'Union pour la Méditerranée, Nicolas Sarkozy invita Bachar al-Assad à participer aux festivités du 14 juillet 2008 à Paris.

Avec le Partenariat oriental qui devait arrimer six pays d'Europe orientale et du Caucase à l'Occident et lancé à l'initiative de la Pologne et de la Suède en 2009, l'Union pour la Méditerranée devait faire du pourtour de cette mer une totale zone d'influence occidentale.
Ce fut un échec, Bachar al-Assad refusa de rompre l'alliance de son pays avec la Russie, l'Iran et le Hezbollah.
C'est à partir de ce moment que s'ourdit un véritable complot contre le régime syrien dont Roland Dumas a révélé le premier l'existence dans une vidéo célèbrei. Cela se passait en Angleterre mais nous savons grâce aux révélations de WikiLeaks que le Département d’État sous la direction d'Hillary Clinton était à l'initiative d'une conspiration pour renverser Bachar al-Assad.
Cela faisait partie de la doctrine « Obama », le « Leading from behind », qui consiste à ne plus déployer de troupes étasuniennes pour occuper le terrain et à déléguer les interventions directes à des pays alliés en ne fournissant que les assistances techniques et militaires.
Les Occidentaux avaient la conviction que le régime syrien ne tiendrait pas longtemps devant une révolte populaire.
Plusieurs puissances régionales préparèrent le terrain pour une rapide prise de pouvoir en Syrie .
-         L'Arabie saoudite qui avait progressivement pris le contrôle des mosquées du sud du pays se servit de ses nombreux imams salafistes pour faire des prêches incendiaires contre le régime laïc syrien responsable selon eux de la détérioration des conditions de vie des populations les moins aisées.
-         Le nord de la Syrie fut « travaillé » de la même manière par les Frère musulmans soutenus par la Turquie et le Qatar.
-         Les réseaux sociaux s'adressaient à la bourgeoisie urbaine laïque pour l'inciter à manifester pour la libération des prisonniers politiques et pour le pluralisme politique.

Les deux principales zones d'influence furent ainsi bien répartie et la future partition de la Syrie se dessinait clairement. 
- Un Sud salafiste sous influence saoudienne, 
- un Nord aux mains des Frères musulmans proches de la Turquie et un éventuel réduit alaouite sur la côte méditerranéenne.
Il manquait l'étincelle et elle viendra de Deera où de jeunes adolescents furent molestés par la police pour avoir taguer des slogans hostiles au régime. Il est évident que n'importe quel autre prétexte aurait pu servir pour lancer une révolte, tous les éléments avaient été mis en place.
Des milliers de manifestants, parfois encadrés par des hommes armés, déambulèrent dans les rues des banlieues tous les vendredis après la prière de midi en ce début 2011.




Manifestation de soutien au régime à Damas en 2011.
Vidéos en fin d'article.
Ces manifestations furent contrebalancées par des défilés rassemblant des centaines de milliers de personnes à Damas et dans d'autres villes de Syrie qui venaient en soutien au gouvernement syrien. Ces défilés furent ignorés par les médias occidentaux. Cette comparaison entre les nombres de manifestants indique que les opposants étaient minoritaires et que la lutte armée qu'ils entamaient était illégitime.
Les reportages « bidons » des chaînes de TV satellitaires qatarie (Al-Jazeera) et saoudienne (Al-Arabiya) vinrent semer le trouble et la sédition en Syrie et ils furent relayés sans vérification par les médias mainstream occidentaux.

Manifestation de soutien au régime à Tartous en 2011.
Dès les premières victimes civiles, les chefs d’États occidentaux, la France en tête, exigèrent le départ du président Assad avant toute négociation comme si la Syrie était une de leurs colonies.
On peut dire à présent que ce fut la plus grande et la plus longue manipulation des esprits de tous les temps et une tache indélébile qui marquera à jamais la crédibilité des journalistes et des experts de plateaux de télévision.

Le rôle plus qu’incohérent des États-Unis.
C'est un président sans expérience internationale qui arriva à la tête des États-Unis en 2009. Barack Obama avait été élu sur base d'un programme de désengagement militaire des États-Unis en Irak et en Afghanistan et sur la promesse de fermer le camp de prisonniers de Guantánamo.

L'espoir qu'il suscita alors avait été ponctué la même année par un Prix Nobel de la Paix.
Son discours du Caire du 4 juin 2009, « A new Beginning », marque un tournant politique après les années W Bush qui avait fait de la lutte contre Al-Qaïda une excuse pour une occupation militaire de la région.
Ce discours de Barack Obama, un véritable éloge à l'islam, marque une volonté d'alliance entre les États-Unis et le monde islamique en ne mettant en exergue que les côtés positifs de la civilisation islamique et en omettant ce qui est négatif et notamment ce qui concerne le statut de la femme et les châtiments corporels. Ce discours avait d'ailleurs été très critiqué par des mouvements féministes.
Avec le recul, on comprend mieux que sa doctrine consistait à un rapprochement politique avec l'islamisme « modéré » représenté par les Frères musulmans et les salafistes saoudiens. C'est le retour à l'alliance de 1945 qui fut provisoirement malmenée après le 9/11.

Pourquoi l’État islamique est combattu par les États-Unis .
L'objectif de l’État islamique est la création d'un califat qui reformerait le pays de Cham historique (Bilad al-Cham) qui allait de l'ouest de l'Irak à la Méditerranée.
Ce projet de califat islamiste est contraire au projet étasunien de découpage de la région en petites entités ouvertes au libéralisme, sans poids politique et sous l'influence de puissants alliés des États-Unis. Il est aussi contraire aux intérêts des saoudiens pour qui un califat mettrait leur légitimité comme gardien des deux principaux lieux saints de l'islam en question.
D'un autre côté, les États-Unis voulaient la chute du pouvoir syrien actuel et l'EI pouvait être un des instruments pour y arriver.
Le jeu trouble des États-Unis consiste pour le moment à secrètement aider l'EI en Syrie et à mollement le combattre à Mossoul.
Il faut souligner que l'EI est né grâce à une mauvaise estimation des États-Unis en Irak.
Il faut revenir en 2007 quand le général David Petraeus a présenté son nouveau plan, le « Surge ». Il s'agissait de former des milices chargées de maintenir l'ordre dans la partie sunnite de l'Irak de façon à faire baisser la violence et à préparer une partition du pays. Ce plan reçut le soutien saoudien parce qu'il confiait la sécurité des zones sunnites à des sunnites. C'est le ralliement de ces milices souvent composées d'anciens soldats de Saddam Hussein à des idéologues qaïdistes qui a formé l'ossature de l’EI.
C'est pour cela qu'on dit souvent que les États-Unis sont à la base de la création de l'EI vu que ce sont des instructeurs étasuniens qui ont formé les soldats de l'EI.

Le libération d'Alep. Est-ce Stalingrad... ou Koursk ?
Jusqu'en juillet 2012, la ville d'Alep était restée à l'écart de l'agitation qui secouait le pays. Les multiples tentatives de soulèvements populaires se soldèrent toutes par des échecs au point qu'il y avait très peu de forces armées dans la ville.
Quand, en coordination avec un assaut sur Damas, 2000 rebelles venant de la province investirent Alep, l'armée fut prise par surprise et ne put résister. Les quartiers orientaux majoritairement peuplés de sunnites et le quartier historique tombèrent très vite. Des renforts militaires envoyés d'urgence par le gouvernement syrien arrivèrent à temps pour empêcher la prise de l'ouest de la ville.
La ville restera divisée avec l'Est sous la coupe de multiples milices qui imposèrent leur loi et l'ouest qui mena une vie normale sous la protection de l'armée syrienne mais perturbée par les coupures d'électricité et d'eau ainsi que par les bombardements que leur imposèrent les forces rebelles.
Avec 400 à 600.000 habitants ayant fui les islamistes et s'étant réfugié à l'Ouest, la partie occidentale de la ville comptait environ 1,6 million d'habitants. Il ne restait que 200 à 250.000 habitants à l'Est mais les médias mainstrean continuaient à en parler comme s'il s'agissait de la partie essentielle d'Alep. Nous ne vîmes presque pas de reportages des TV occidentales de la partie de la ville tenue par les troupes loyalistes.
Les 2.000 rebelles du départ furent renforcés par de nouveaux rebelles islamistes issus de la province et par des brigades internationales djihadistes. Ils finirent par former des groupes hétéroclites de plus d'une dizaine de milliers de combattants qui s'installèrent avec leurs familles dans les logement laissés vacants.
C'est pour cela qu'on peut dire que les récentes évacuations (50.000 personnes) ne concernait que très minoritairement des habitants alépins d'origine.
La défaite militaire des rebelles islamistes est sévère. Ils ont perdu des chefs et beaucoup de leurs meilleurs éléments dans la bataille ainsi que leur matériel lourd.
L'arrivée au pouvoir de nouveaux dirigeants occidentaux les privera de soutien politique. De l'avis des experts militaires, la défaite d'Alep marque un tournant et les forces loyalistes et leurs alliés ont maintenant la possibilité de rester à l'initiative jusqu'à la défaite finale des djihadistes. Tous les férus d'histoire savent que ce n'est pas la bataille de Stalingrad qui a marqué le début de la débâcle nazie mais bien la bataille de Koursk. C'est pour cela que je pense que la défaite d'Alep est le Koursk des islamistes.

Le quatrième pouvoir remis en question.
L'expression « quatrième pouvoir » avait été attribuée à la presse et aux médias car ils exerçaient un contre-pouvoir face aux trois pouvoirs incarnant l’État.
Les médias mainstream actuels n'incarnent plus un contre-pouvoir car ils font partie du système dont ils dépendent financièrement.
-         La publicité est une part importante du financement des médias. Cela a deux conséquences. 
1 - Il ne peut y avoir de sujets nuisant aux intérêts des annonceurs.
2 - Comme les recette publicitaires sont calculées en fonction des ventes ou de l'audimat, les médias ont davantage intérêt à sortir des sujets accrocheurs qui font vendre plutôt que des analyses de fond plus critiques. N’oublions pas que le lecteur ou l'auditeur moyen aime à être rassuré dans ses convictions et que la vérité lui importe peu, elle le dérange même.
-         Une autre part non négligeable des aides vient de l’État. Il est difficile de mordre la main qui vous nourrit.
-         Les grands médias appartiennent à des milliardaires. Qui peut penser que les journalistes sont libres d’écrire des articles contraires aux intérêts de leur patron ?
Il faut ajouter que les journalistes, les chroniqueurs et les hommes politiques vivent dans un microcosme coupé de la réalité dans lequel ils se persuadent en boucle.
Leur présentation de la guerre en Syrie aura été particulièrement déformée. C'est uniquement un point de vue partisan qui est présenté.
Ce sont les médias alternatifs en ligne qui sont maintenant devenus le véritable contre-pouvoir. C'est pour cela qu'ils subissent une campagne de diffamation pour chercher à les discréditer. On voudrait les traiter de complotistes alors que bien au contraire, ce sont eux qui dénoncent les complots.
Le système a même publié les noms de plus de 200 sites sensés nous désinformer. 
Il faut cependant remarquer que cette liste inclut des sites fantaisistes ou des lanceurs de PSYOP que tout lecteur attentif décèlera aisément. Cette méthode d'amalgamer du sérieux et du farfelu pour discréditer les informations honnêtes est bien connue et elle est d'une malveillance crasse.

Les enfants d'Alep.
Nous devrions avoir la même compassion pour tous les enfants du monde qui meurent à cause de la responsabilité d'adultes que celle que les médias mainstream en ont eu pour les enfants d'Alep qui sont morts dans cette guerre.
La mort d'enfants est toujours inacceptable mais dans le cas des enfants tués à Alep, pourquoi ne pose-t-on pas la bonne question. Que faisaient ces enfants en zone de guerre alors que des couloirs humanitaire étaient ouverts vers la destination du choix de leurs parents ?
Cette question des enfants d'Alep a été instrumentalisée à des fins politiques pour discréditer les armées russe et syrienne. Les journalistes occidentaux sont complices de cette machination.
Je ne crois pas un seul instant en leur sincérité quand ils évoquent ce drame.
S'ils veulent parler de morts d'enfants, je leur propose trois sujets qu'ils n'évoquent jamais et qui ont été ou qui sont autrement plus dramatiques.
-         L'embargo sur la Syrie lui interdit d'acheter des médicaments de première nécessité et il est responsable de la mort de milliers d'enfants syriens tous les ans.
-         Madeleine Albright reconnaît la responsabilité des États-Unis dans la mort de 500.000 enfants (oui, vous avez bien lu 500.000) enfants irakiens. Elle estime, avec regrets, que cela en valait la peine. Si ce n'était pas si dramatique, on en rirait vu la situation actuelle de l'Irak.
-         D'après l'Organisation des Nations-Unie pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), six millions d'enfants (6 000 000) de moins de cinq ans, soit au minimum 30 000 fois plus qu'à Alep, meurent chaque année dans le monde des suites directes ou indirectes de la faim. Il y a un responsable qui se nomme le système économique libéral qui préfère cultiver les terres pour produire des agrocarburants (3,1 % de la consommation mondiale du carburant des transports routiers) et qui s'interdit de réquisitionner les surplus agricoles.

6 millions d'enfants de moins de cinq ans meurent tous les ans dans le monde à cause de la malnutrition
Maintenant que les journalistes mainstream sont au courant, on attend avec impatience leurs reportages sur le sujet.

Ce que vous ne devez pas savoir.
-         Brita Hagi Hassan, un maire d'Alep sorti d'un chapeau de magicien est le énième scoop médiatique des rebelles islamistes et est en même temps un illustre inconnu dans sa ville. Il aurait été élu (par qui ?) en 2013 à la présidence du Conseil civil d'Alep (qui sert à quoi ?). Après le dernier hôpital, le denier clown, le dernier pédiatre, le dernier maire, à une semaine près, nous aurions connu le dernier Père Noël d'Alep.


Le "maire" d'Alep à Paris - Show télévisé
https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201612071029060259-alep-paris-syrie-france/

-         J'espère que les journalistes mainstream ont remarqué que l'Arabie saoudite n'accueille pas de réfugiés syriens. Les Saoudiens ont pourtant des infrastructures permanentes près de La Mecque pouvant accueillir 3 millions de personnes et elles ne servent qu'une fois par an lors du Hadj. Auraient-ils peur d'une contagion révolutionnaire ?

Hébergements pour pélérins en Arabie saoudite.
-         L'armée de l'air syrienne ne lance pas des frappes aériennes contre les objectifs terroristes comme les aviations occidentales. Elle largue des barils d'explosifs. 
-         La Syrie serait peuplée de sunnites, de chrétiens, d'alaouites, de chiites et de diverses autres minorités religieuses. Ensemble, d'après les experts de plateaux de TV, ils formeraient 100 % de la population. Il n'y aurait donc pas d'athées en Syrie ? Il y a quelques années, la principale opposition au baasisme était le parti communiste syrien et il n'y a pas plus athée qu'un marxiste.
-         Comme tout le monde semble l'ignorer, la Syrie a une constitution. La nouvelle constitution de 2012 est même exemplaire et unique dans la région. Une éventuelle négociation avec les rebelles « modérés » ne peut amener que plus de références à la charia et éloignerait la constitution syrienne des standards occidentaux. C'est pourtant la voie que favorisent les Occidentaux et leurs alliés régionaux. Je pose une question très simple : est-ce que les Européens ou les Américains seraient heureux d'avoir plus de charia dans leur constitution ? Je crois que la réponse est non. Alors, de quel droit veut-on l'imposer aux Syriens ?
-         Plus de trois ans après le drame du bombardement chimique sur la Ghouta orientale, aucune preuve irréfutable de la responsabilité de Bachar al-Assad ou de l'AAS n'a été produite. Le principal argument présenté par les Occidentaux est que la Syrie était seule à posséder des armes chimiques or cela a été démenti par un témoignage de première importance. Il s'agissait de Carla Del Ponte qui affirmait trois mois plus tôt que les rebelles avaient utilisé des gaz innervant dans le nord de la Syrie. Une étude du prestigieux MIT a aussi démontré que les roquettes improvisées qui sont responsables du massacre n'avaient pas la portée suffisante pour avoir été tirés à partir des lignes syriennes. C'est comme si on possédait des fusils de précision récents et qu'on s'était mis en tête de s'enfoncer dans les lignes ennemie pour tirer avec un vieux mousquet. Cette étude a été publiée sur le site de l'université et sur celui de Tesla international. Il n'y a jamais eu d'étude infirmant ce rapport. Carla Del Ponte a depuis été priée de se taire.
-         Les médias mainstream ont produit une abondante littérature sur la situation à Alep Est sans y avoir le moindre reporter pour la bonne et simple raison qu'un journaliste occidental en zone islamiste est un journaliste sans tête. Les reportages en zone gouvernementale sont rares parce que les journalistes répugnent à y aller pour des raisons politiques. En général, les journalistes traitant du sujet résident à Beyrouth ou en Turquie et ils reçoivent leurs informations de correspondants locaux dont ils ne peuvent garantir l'impartialité.
-         Les casques blancs ont disparu avec l'arrivée de la neige à Alep. De héros chouchoutés par les occidentaux, ils sont devenus d'obscurs détrousseurs de cadavres. Encore faut-il parfois regarder RT pour l'apprendre

Conclusion.
Contrairement à ce qu'affirme les Occidentaux, une victoire militaire des forces loyalistes est possible en Syrie. Il suffit d'une rupture des aides financières et militaires des parrains actuels de la rébellion djihadiste et du départ ou de la mise hors de combat des dizaines de milliers de mercenaires étrangers.
Le président élu des États-Unis, conseillé par Michael Flynn, semble décidé à en finir avec l’État islamique et avec les autres groupes terroristes.
La Turquie essaie de tirer son épingle du jeu en acceptant une solution négociée avec le maintien provisoire de Bachar al-Assad mais elle n'a pas beaucoup d'atouts dans son jeu et n'a pas encore de position très claire.
L'Arabie saoudite, le principal fauteur de troubles qui veut exporter son wahhabisme dans la région et bien au-delà, va entrer dans une période difficile. Ses déficits budgétaires sont du niveau de ceux de l'Ukraine et il n'y a pas de perspectives d'amélioration. Les coupes dans les dépenses vont immanquablement créer des troubles dans le pays.
Les 28 millions de saoudiens n'acceptent la dynastie des Saoud que parce que la redistribution des revenus du pétrole leur permet d'atteindre un des plus haut niveau de vie dans le monde. Les autorités religieuses peuvent devenir un recours contre les abus de la famille royale en cas de détérioration de la situation économique.
De plus, la prise de pouvoir actuelle par le clan des Soudairi ne va pas tarder à provoquer une réaction du clan des Chammar qui sont écartés du pouvoir malgré qu'il représentent la plus importante tribu de la région. Le succession du roi Salmane, atteint de la maladie d’Alzheimer, ne se fera pas sans heurt et ce sera un dossier à tenir à l’œil parce que la sécurité énergétique européenne actuelle et les cours actuellement bas du pétrole dépendent en grande partie du Golfe.
L'ONU et son secrétaire général Ban Ki-Moon auront démontré leur incapacité à influer sur le dossier syrien. Sous l'influence des ONG droits-de-l'hommistes occidentales, l'ONU aura failli à sa mission de défendre un de ses membres contre une déstabilisation menée de l'étranger.
L'Union européenne et la France en particulier sont complètement marginalisées. La politique étrangère de la France est un fiasco dont elle aura difficile à se relever.
Les États-Unis de Donald Trump ne tarderont pas à trouver un accord avec la Russie, l'actuel maître du jeu dans la région. Le monde unipolaire est mort et il faudra dorénavant composer avec d'autres puissances et tenir compte de leurs intérêts vitaux.

Rex Tillerson.
L'importance de l'arrivée de Rex Tillerson, un homme dont la carrière est liée au monde du pétrole, au Secrétariat d’État n'a pas encore été bien évaluée par les médias.

Cela indique que les enjeux énergétiques vont devenir prioritaires avec des changements d'alliance probables.
A mon avis, les pays du Golfe vont perdre de leur influence et vont être remplacés par d'autres acteurs pour l'approvisionnement en pétrole de l'Europe. L'immense potentiel de l'est de la méditerranée sera développé dès que la crise syrienne sera résolue. Les pays bénéficiaires de cette nouvelle donne seront Chypre, Israël, la Grèce, la Syrie et la Turquie. Ils profiteront du tarissement des gisements de la mer du Nord.
La Ligue arabe, sous l'influence de la diplomatie du dollar saoudienne, ne se relèvera pas rapidement de cet échec. Elle a été impuissante à éviter les guerres civiles et elle se retrouve divisée comme jamais.
Israël a tenu un rôle ambigu et son rôle dans le drame syrien est encore à étudier. Depuis l'intervention russe, il semble que les Israéliens ont mis un bémol à leurs interventions en Syrie
Il faut aussi mentionner deux autres perdants de ce conflit. Deux groupes qui n'auront pas fait les bons choix dans leur alliance.
-         Le Hamas dont le président Khaled Meechal en s'alliant avec les pays du Golfe a trahi le pays qui l'avait accueilli.
-         Le PKK et le YPG syrien qui auront été instrumentalisés par les États-Unis et qui n'obtiendront ni l'unification ni l'indépendance espérée pour le Kurdistan.

major-général Souheil al-Hassan
dit « Le Tigre ».
Bachar al Assad bénéficiera de l'aura du vainqueur et se maintiendra. Il serait quand-même préférable qu'il cède la présidence pour favoriser une réconciliation nationale même s'il ne fait aucun doute qu'il serait largement réélu en cas d'élection présidentielle anticipée.
Vu le prestige de l'armée syrienne, une solution à l'égyptienne n'est pas à exclure dès que les armes se seront tues. Il y a des généraux qui se sont distingué pendant cette guerre et notamment le major-général Souheil al-Hassan dit « Le Tigre ».

Il reste une question en suspens. Qui financera la reconstruction de la Syrie ?
La Syrie avait une économie saine avec très peu de dettes avant la guerre. Ses actuelles réserves d'hydrocarbures, si elles étaient exploitées, devraient lui permettre de ne pas dépendre des aides occidentales.
Selon les accords signés, la mise en exploitation des gisements offshores syriens revient à la Russie mais il faut tenir compte de l'ensemble du gisement.
---------
Syrie: énorme manifestation pro-régime à Alep

1 million de personnes descendent dans les rues

+ Thierry Meyssan - Syrie : Tout est fabriqué de l'extérieur (17.06.2015)
Sahar TV Télévision Francophone Iranienne le 17 juin 2015

Le Président Bachar al Assad devant les manifestants : "Nous vaincrons le complot"
Devant des centaines de milliers de Syriens rassemblés à la place des Omeyyades à Damas, le président Bachar al Assad a assuré que les comploteurs n'atteindront pas leurs objectifs, et réitéré qu'il poursuivra la voie des réformes et de la lutte contre le terrorisme. (Janvier 2012). 
Il ne s'attendait certainement aps à un tel déluge et une telle cruauté de la part de l'occident.

+ VIDÉO TRÈS JUSTE ET TRÈS FORTE !!
Le Président Biélorusse Lukashenko défend Bachar Al-Assad avec poigne

Avez-vous vu les médias français relayer ces manifestations?
Chants syriens à châtelet
Comme tous les samedis depuis plusieurs mois, les Syriens de France se rassemblent place du Châtelet à Paris pour manifester leur soutien aux martyrs en Syrie.
Ici, un chant pour la ville de homs.

Manifestation monstre a Paris en soutien a la Syrie et contre l'intervention militaire étrangère 2013

+ Manifestation en soutien à l'intervention russe en Syrie 31 nov 2015
A l'appel du Collectif France-Russie, c'est environ une centaine de manifestants qui ont défilé dans les rues de Paris - entre la Place de la République et Châtelet - afin d'afficher leur soutien à l'intervention russe en Syrie commencée, il y a un peu plus d'un mois, et dénoncer la position médiatico-politique de la France sur le dossier du Proche et Moyen-Orient

Manifestation à Bruxelles contre l'intervention étrangère en Syrie Mot du Député Laurent LOUIS

Manifestation parisienne contre le projet d'intervention militaire en Syrie - 31 août 2013
64% des français contre l'intervention en Syrie
Fabius, Hollande, haute trahison
Environ 800 personnes ont manifesté samedi après-midi entre la place Saint Michel et le Panthéon pour protester contre les menaces de la guerre en Syrie.

Syrie: une manifestation pro-Assad à Montreux

Mais tant de faux témoignages d'enfants publiés par les médias pour inciter les français à croire que Bassad est un assassin !!!!!
De ce site. remarquez le drapeau à 3 étoiles des rebelles

* Laurent Louis. Ses combats :
Il a épaulé Stan Maillot dans sa guerre aux réseaux pédophiles
https://vol370.blogspot.fr/2016/08/0708-pedophilie-sacrifices-humains-aux.html?m=0

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire