dimanche 1 janvier 2017

01/01 - NICOLAS DUPONT-AIGNAN 
- SES VŒUX DE BONNE ANNÉE. 

Monsieur NICOLAS DUPONT-AIGNAN PRONONCE SES VŒUX pour 2017 
DANS UN HÔPITAL

Pour ses vœux 2017, Nicolas Dupont-Aignan, candidat à l'élection Présidentielle 2017 pour Debout la France, a souhaité cibler les politiques des trente dernières années.
C'est depuis un hôpital public que Nicolas Dupont-Aignan a choisi d'exprimer ses vœux pour l'année 2017. Candidat à l'élection présidentielle de 2017 et président de Debout la France, il y dénonce le programme santé de François Fillon, sans vraiment le citer.
Pour Nicolas Dupont-Aignan, l'hôpital est le "symbole de l'état d'abandon du pays par ses dirigeants." Dans ses vœux, le président de Debout la France y déclare : "je n'accepte que l'on fasse croire aux Français qu'il n'y a qu'une politique possible. Cette politique destructrice depuis vingt ans de notre système de santé politique destructrice depuis vingt ans de notre système de santé, de notre école, de notre aménagement du territoire, de nos emplois, de notre sécurité".

"Rendre le pouvoir" aux Français
Dans le couloir de l'hôpital public, le fondateur de Debout la France y dénonce le "bilan épouvantable" du gouvernement de gauche. "Il n'est pas seulement nécessaire de se débarrasser des socialistes, il est vital de mettre en oeuvre une autre politique qui marche".
Concernant, la sécurité sociale, Nicolas Dupont-Aignan dresse un bilan encore plus négatif : "c'est la première fois depuis sa création par le général de Gaulle que notre système de sécurité sociale est menacé de destruction. On n'a pas le droit de sacrifier le travail de plusieurs générations d'aides-soignantes, d'infirmiers ou de médecins. Je propose que, quelques soit le niveau de richesse, on puisse être soigné de la même façon".
Pour cela, Nicolas Dupont-Aignan propose notamment de "rendre aux Français (...) le pouvoir qui a été confisqué et rendre l'argent qui a été volé, en baissant les impôts."

"Vous rendre l'argent qui vous ont été volé, vos valeurs, votre espoir.
On relève la tête !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire