dimanche 1 janvier 2017

01/01 - IRAK : DOUBLE ATTENTAT SUR UN MARCHÉ DE BAGDAD 
FAIT AU MOINS 34 MORTS

31 décembre 2016 - Attentat sur le marché de Bagdad.

31 décembre 2016 - Un double attentat a frappé un marché de la capitale irakienne, Bagdad, ce samedi 31 décembre. Il y aurait au moins 21 victimes, selon un premier bilan établi par la police. Il a été revendiqué par l'EI.
Bagdad a de nouveau été ensanglanté par une violente attaque terroriste. Un double attentat sur un marché de la capitale irakienne a fait au moins 27 morts et plus de 40 blessés ce samedi 31 décembre, selon un premier bilan communiqué par la police. "Il y a 27 morts et 53 blessés", a déclaré un colonel de la police. Un précédent bilan faisait état de 18 morts et 38 blessés.

Deux kamikazes ont fait exploser leurs charges à une heure matinale sur le marché de mi-gros très fréquenté d'Al-Sinek, en plein centre-ville de Bagdad. L'Etat Islamique (EI) a revendiqué l'attaque en milieu de journée expliquant que ses hommes voulaient viser des musulmans chiites, qualifiés "d'apostat". Le groupe jihadiste sunnite Etat islamique (EI), qui affronte depuis le 17 octobre les forces irakiennes à Mossoul (nord), vise fréquemment la capitale irakienne au moyen d'attentats suicide ou d'attentats à la bombe.

Calme précaire rompu
Ce double attentat endeuille la fête du Nouvel An à Bagdad, que les habitants entendent célébrer dans les rues, malgré une situation tendue en matière de sécurité. Il rompt aussi une période de calme relatif dans la capitale irakienne. Le dernier attentat d'envergure à Bagdad s'était produit mi-octobre, lorsqu'un kamikaze s'était fait exploser au milieu d'une cérémonie de condoléances dans un quartier chiite, tuant au moins 34 personnes. 

Cet attentat souligne également combien la sécurité en l'Irak reste précaire, même dans des zones qui ne sont pas occupées par les jihadistes ou dans d'autres que les forces irakiennes leur ont reprises à la faveur de leur  vaste offensive militaire dans le Nord du pays. A Gogjali, une banlieue de Mossoul, trois attentats simultanés ont ainsi tué au moins 23 personnes la semaine dernière. Or Gogjali avait été reprise aux jihadistes de l'EI au tout début du mois de novembre.
------------------

ORIGINES DE L'INVASION EN IRAK.
Certains se sont réjouit lors de l'anniversaire de la mort de Saddam Hussein. C'est une erreur ! La démocratie assassine les présidents, pillent les pays et tue, torture des innocents. 

Saddam Hussein assassiné le 30 décembre 2006

Assassinat de Saddam Hussein le 30 décembre 2006
Ceux qui gênent le pillage de leur pays sont supprimés.
30 déc. 2016 - Vengeance et pétrole : 
«La guerre en Irak était la solution pour éviter d'instaurer une démocratie»
Dix ans après l'exécution de, l'expert en géopolitique et ancien opposant au régime baas, Subhi Toma, revient sur l'invasion américaine motivée par le pétrole et le désir de revanche et dont les conséquences semblent interminables.
Il y avait aussi des considérations économiques et géostratégiques : la possibilité de maîtriser 80% de la production du pétrole du Moyen-Orient ainsi que des perspectives de nouveaux contrats de construction et d'armement dans un pays totalement détruit, comme lors de chaque guerre. Les américains ont bombardé un maximum l'Allemagne et la France lors de la "libération"
Un exilé irakien : "Je considérais que ce choix de renverser Saddam Hussein ou non devait revenir aux Irakiens eux-mêmes."
"Georges W. Bush avait une haine viscérale contre Saddam Hussein car il considérait qu'il était la raison qui avait empêché la réélection de son père.
En démantelant l'Etat irakien, ils ont menacé non seulement le peuple irakien, mais aussi le peuple européen, car de cette guerre a résulté une grande partie des tragédies que l'Europe a connu.
-----------------------------------------
Rappel - Attentat de juillet 2016
Attentats de Bagdad: le bilan grimpe à 165 morts et 168 blessés
Les explosions se sont produites dans la nuit de samedi à dimanche. L'une a visé la zone commerciale de Karrada, où de nombreux habitants vont faire leurs courses avant la fête marquant la fin du mois sacré musulman du Ramadan. Un camion réfrigéré chargé d'explosifs a été actionné, faisant des centaines de victimes. L'autre explosion a frappé le quartier chiite d'Al Chaab.
28 déc. 2016 - Une journaliste irakienne enlevée à Bagdad par des hommes armés
«Ils ont dérobé des téléphones portables, des ordinateurs et de l'argent liquide puis ont enlevé Afrah et ont pris la fuite»,

22 déc. 2016 - 4 humanitaires et 7 civils tués dans des tirs à Mossoul
40 personnes ont également été blessées par ces tirs.
Les victimes civiles faisaient la queue pour recevoir de l'aide d'urgence lorsque les tirs les ont atteints. «Les gens qui attendent de l'aide sont déjà, en soi, vulnérables et ont besoin d'aide. Ils devraient être protégés et non pris pour cible», s'est-elle emportée.

7 déc. 2016 - des douzaines de civils tués dans un bombardement près de la frontière syrienne
La frappe a touché un marché bondé de la ville de Qaim située près de la frontières syrienne. Des sources médicales locales rapportent qu’au moins 55 civils ont trouvé la mort dont 12 femmes et 19 enfants.

12 nov. 2016 - Face à l'avancée de l'armée irakienne, Daesh utilise des enfants kamikazes
Des combattants habillés en uniformes de police les auraient alors battus avec des câbles et la crosse de leurs fusils, les auraient frappés, poignardés, auraient mis le feu à la barbe de l'un d'eux. Ils les auraient également obligés à s'allonger sur le ventre et auraient tiré des coups de feu entre leurs jambes.
Le commandant de la police fédérale irakienne a nié que ses officiers soient impliqués dans les meurtres, soulignant «son engagement total à respecter les ordres du Premier ministre Haider al-Abbadi de protéger les civils et leurs biens», ajoutant «les officiers ont fourni de l'aide et un soutien médical aux personnes touchées par les combats et ont sauvé 10.000 familles utilisées par Daesh comme boucliers humains».
-------------------------------------

Un livre - Le roman caché de Saddam Hussein
Le traducteur Gilles Munier qui est aussi le secrétaire général des Amitiés franco-irakiennes l'affirme dans sa préface, et la bande rouge des éditions du Rocher ne laisse aucun doute sur la chose: « Zabiba et le roi » est bien le livre caché de Saddam Hussein. Paru fin 2000 à Bagdad, il est sorti ces jours-ci en France avec en couverture une toile représentant « Schéherazade » de 1881.
Les droits du roman doivent être versés au Croissant-Rouge irakien au bénéfice des enfants victimes de l'embargo international.
Ce conte philosophique censé raconter l'histoire d'amour d'une fille du peuple, Zabiba, avec un roi dont on sait qu'il porte moustache et qu'il exerce sa royauté entre le Tigre et l'Euphrate se termine sur les cris de « Vive l'armée » car « un pays sans armée est une proie facile ».
Le ton lyrique est de rigueur car si Zabiba a les yeux de l'amour pour son royal amant, c'est qu'il est la conscience du peuple, son symbole et son chevalier...
L' amour pour cette femme pourtant mariée, mais mal mariée, amène le roi à adhérer à son Dieu « Allah, le Clément, le Miséricordieux » qu'il invoque pour venir à bout de ces ennemis. Car ce haut personnage doit faire face à des dangers de toutes sortes: la trahison qui est aux marches des palais mais aussi le viol de la femme aimée qui intervient un 17 janvier, date anniversaire de la guerre du Golfe! L'affaire est entendue: il ne s'agit pas d'une coïncidence car, écrit l'auteur « anonyme »: « Un viol est la pire chose qui puisse arriver, qu'il s'agisse du viol d'une femme, d'une patrie par des armées d'invasion, ou celui d'un droit par un usurpateur ».
Ce roman qui disserte des grandeurs et des servitudes du pouvoir est aussi un hommage appuyé aux glorieuses femmes d'Irak. « Et un roi ne peut tout seul, réaliser ces grandes actions sans l'appui d'un grand peuple et d'une nation glorieuse.. ». On imagine bien que le roi qui se trouve ainsi en charge du pouvoir est de la race des chefs qui ne quittent jamais leur poste « tant que la bataille n'a pas atteint son stade décisif. » Tout un programme! n
« Zabiba et le roi » par son auteur, éditions du Rocher, 241 pages. 20€.
La Dépêche du Midi


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire