samedi 31 décembre 2016

31/12 - TURQUIE - ANKARA ET LES DES KURDES SYRIENS  
DANS LE PROCESSEUR DE PAIX.


Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu s'exprime lors d'une conférence de presse à Moscou, en Russie, le 20 décembre 2016.
Le ministre turc des Affaires étrangères a déclaré que son pays s’opposait à la participation des Unités de protection du peuple kurde aux négociations d’Astana. « Nous avons, dès le début, déclaré à la Russie que l’on s’opposait à la participation des Kurdes aux négociations entre le gouvernement syrien et l’opposition à Astana », a dit le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu. Il a toutefois ajouté que les Unités de protection du peuple kurde pourraient prendre part à une solution à la crise en Syrie, si elles déposaient leurs armes et reconnaissaient l’intégrité territoriale de la Syrie. Mevlüt Cavusoglu a ensuite souligné que l’armée turque poursuivrait son opération militaire dans le nord de la Syrie.
« Nous saluons la participation de toute partie qui puisse accélérer le règlement du conflit en Syrie. Nous soutenons le règlement de la crise en Syrie à condition que son intégrité territoriale soit respectée ».
Le chef de la diplomatie turque a déclaré qu’Ankara poursuivait ses coordinations avec le gouvernement syrien et les rebelles sur le cessez-le-feu en Syrie.
Dans une autre partie de ses propos, Mevlüt Cavusoglu a dénoncé le bilan des Etats-Unis en Syrie, disant que la coalition internationale avait commencé ses raids aériens sur les positions de Daech à al-Bab avec beaucoup de retard.
« Nous prêtons une attention toute particulière à la normalisation de nos relations avec la Russie et la Syrie. Pour nous, il n’y a aucune différence entre Daech et le Front Al-Nosra. Ils se ressemblent ». Il a de même proposé la participation des Américains aux négociations pour la paix en Syrie, prévues à Astana, capitale kazakhe.
-------------------
Poutine : La Turquie a joué un "rôle critique" dans l’évacuation d’Alep
23.12.2016 - Le président russe a affirmé a affirmé qu’environ 100 000 personnes ont été évacuées d’Alep-Est, qualifiant l'intervention de «plus grande opération humanitaire au monde»
L’évacuation de l’est d’Alep a été qualifiée, vendredi, de « plus grande opération humanitaire au monde » par le président russe Vladimir Poutine.
Les déclarations de Poutine ont été faites durant sa 12e conférence de presse annuelle, à laquelle ont assisté plus de 1400 journalistes.
S’exprimant au micro de la chaîne russe gouvernementale "Russia Today", Poutine a déclaré : « c’est la plus grande opération au monde ».
Le président russe a affirmé qu’environ 100 000 personnes ont été évacuées d’Alep, dans le nord-ouest de la Syrie.
Il a également estimé que la coopération trilatérale entre la Turquie, l’Iran et la Russie joue un « rôle critique » dans la crise d’Alep.
Une réunion des ministres des Affaires étrangères de ces trois pays a été organisée, mardi, à Moscou. Mevlut Cavusoglu, Sergueï Lavrov, et Javad Zarif ont convenu d’une Déclaration commune sur l’évacuation hors d’Alep-Est des civils et des membres de groupes armés de l’opposition syrienne.
Poutine a affirmé que cela n’aurait pas été possible sans la coopération « active » de la Turquie et de l’Iran.
Le chef d’Etat russe a également estimé qu’il est nécessaire de conclure un accord de cessez-le-feu à l’échelle nationale en Syrie. Il a rappelé que la Turquie et l’Iran ont accepté une précédente proposition concernant la réunion, pour des pourparlers, de représentants du régime de Bachar al-Assad et de l’opposition syrienne, au Kazakhstan.
Le président kazakh a, pour sa part, déjà affirmé être tout à fait « prêt » à accueillir les négociations dans la capitale kazakhe Astana.
-----------------
Normalisation: le Kremlin calme les ardeurs d’Ankara  - 30.05.2016

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire