lundi 26 décembre 2016

++26/12 - PRIMAIRE DE LA GAUCHE : GÉRARD FILOCHE 
ASSIGNE EN JUSTICE LE PS ET CAMBADÉLIS



Il se bat pour faire entendre notre voix ! La voix du peuple qui casse ses chaînes. Un homme qui tient la route et ne retourne pas sa veste. Qui travaille pour Nous ! Toujours les mêmes pourris lui font face. Plus pour très longtemps.
Gérard Filoche, 1971
https://www.youtube.com/watch?v=mneAL1oSFuI

L'audience aura lieu lundi au tribunal de grande instance de Paris. Gérard Filoche dénonce une différence de traitement entre lui et les autres candidats. 

Gérard Filoche répond aux questions des journalistes, le 17 décembre 2016, dans le cadre de la primaire de la gauche.  (MAXPPP) 

Il a rendez-vous lundi au tribunal de grande instance de Paris. L'ancien inspecteur du travail Gérard Filoche a obtenu l'assignation en justice du Parti socialiste, de son premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis et des organisateurs de la primaire de la gauche pour contester son éviction du scrutin, a-t-il annoncé mercredi 21 décembre.
Une audience en référé se tiendra le 26 décembre à 10 heures, selon l'assignation d'huissier diffusée par le candidat évincé du PS. Gérard Filoche avait déjà présenté, lundi, un recours devant la Haute autorité des primaires citoyennes (HAPC) mais cette contestation "est restée sans réponse jusqu'à ce jour" et l'inspecteur du travail retraité s'est alors retourné vers la justice, indique l'acte d'huissier.

Il dénonce des "décisions arbitraires"
Gérard Filoche, qui juge sa candidature "parfaitement recevable", y déplore notamment ne pas avoir eu accès "aux règles communes applicables" et "à la décision [de rejet de sa candidature] ni à ses motivations et il n'a pas pu apprécier la régularité des autres candidatures".
Alors que sa candidature avait été jugée "sérieuse" par la HAPC, elle n'a finalement pas été retenue samedi faute de parrainages suffisants. Dans un communiqué, Gérard Filoche souligne qu'"aucun parrainage n'a été exigé pour trois des candidats retenus, dont un n'est même plus membre de la 'Belle alliance populaire (BAP)'", en référence aux candidats non socialistes Sylvia Pinel (PRG), François de Rugy et Jean-Luc Bennahmias.

"Le premier secrétaire du PS a aussi appelé Emmanuel Macron (ni membre de la BAP, ni du PS) à participer à la primaire y compris après la date de la clôture du dépôt des candidatures", relève Gérard Filoche qui en conclut qu'"aucune décision collective ne fixe donc les règles applicables aux primaires citoyennes ni la liste des partis invités à y participer". "L'organisation des primaires citoyennes semble relever des seules décisions arbitraires du groupe dirigeant le Parti socialiste. Ce n'est pas acceptable pour toutes celles et tous ceux qui sont attachés à la démocratie", écrit-il encore.
-----------------------
Primaire à gauche : après Gérard Filoche, Fabien Verdier veut contester son éviction en justice
Après Gérard Filoche, Fabien Verdier, l'autre candidat recalé de la primaire de la gauche, a annoncé ce jeudi 22 décembre son intention de saisir la justice. Une nouvelle qui n'a pas franchement l'air d'inquiéter la direction du Parti Socialiste.
Les évincés de la primaire de la "Belle Alliance Populaire" se rebiffent ! Après Gérard Filoche qui a obtenu l'assignation en justice du Parti socialiste, de son premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis et des organisateurs de la primaire pour contester son éviction du scrutin, c'est au tour de Fabien Verdier, lui aussi recalé, de se tourner vers les juges.
Selon lui, "ce qui aurait dû être un processus démocratique et rassembleur afin de désigner le candidat de la gauche" a viré "à la mascarade sordide". Joint par Marianne, il confirme bien son intention de former "un référé devant la justice après avoir tenté de saisir la Haute autorité des primaires citoyennes qui ne nous a jamais répondu à ce jour (…) on nous a simplement indiqué que sa réponse n'était soumise à aucun délai, c'est-à-dire qu'ils peuvent très bien nous répondre en mars 2017", s'étrangle-t-il.

Soupçon de manipulation
Tout comme Gérard Filoche, Fabien Verdier et ses camarades déplorent n'avoir reçu aucune explication sur le rejet de leur candidature. "On sait juste que de 18 parrainages présentés par nos soins, le PS n'en a validé que 9. Mais à ce jour, nous ne savons toujours pas pourquoi. Nous n'avons aucune possibilité de nous défendre sur le fond. Ce n'est pas sérieux", regrette Romain Blachier. D'où la saisine de la justice pour espérer obtenir des éléments de réponse et mettre au jour une éventuelle manipulation. "Pendant des semaines, Jean-Christophe Cambadélis et Christophe Borgel ont expliqué que leur idéal pour la primaire serait d'avoir une équipe de handball et comme par hasard, seuls 7 candidats sont sélectionnés", relève le porte-parole de Fabien Verdier.

Pas d'inquiétude du côté de la direction du PS
"Je suis un peu dubitatif par rapport à toute cette attention médiatique autour de Gérard Filoche et Fabien Verdier", réagit de son côté Christophe Borgel, député de Haute-Garonne et président du comité national d'organisation de la primaire de la gauche. "La Haute autorité est un organe indépendant de la direction du PS. Elle est composée de juristes indépendants qui, au regard des règles que tous les aspirants candidats ont acceptées, ont décidé que ces deux candidatures ne les remplissaient pas. Je vous invite à reprendre ce qu'a dit Thomas Clays, le président de l'Autorité, qui a précisé que leurs dossiers de candidature étaient 'insuffisants en nombre de parrainages indépendamment de la qualité de ces parrainages'", précise-t-il.

Quant à ses capacités divinatoires sur le nombre idéal de candidats, le parlementaire se justifie : "J'ai simplement dit qu'après avoir suivi les débats de la primaire de la droite, avec sept candidats, c'était déjà pas facile. Rien de plus. Les probabilités ont joué en ma faveur". Pas d'inquiétude donc du côté de la direction du PS. Plutôt de la lassitude. Voire une pointe de mépris. "Il y a ceux qui veulent participer à la primaire pour aider la gauche et d'autres simplement pour exister médiatiquement", tance Christophe Borgel.

Si vous vous sentez de gauche, vous pouvez aller voter aux primaires et donner 1 euros pour les caisses de cette gauche, pourrie, corrompue avec Cambadelis à sa tête, mais rien ne vous empêche de glisser un bulletin dans l'enveloppe au nom de Filoche :-) Gauche, droite, tout est corrompu et en plus certains osent se dire Gaulliste ! Des vrais gaullistes, il y en a. Dupont Aignan qui a heureusement droit à la parole dans la presse et le Général Tauzin qui la prend dans ses conférence, sur facebook et twitter. Pour ces élections, nous n'avons pas le droit d'encore nous tromper. Le monde nous regarde et nous fait confiance.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire