jeudi 24 mai 2018

+++24/05 - FIN DU MYSTÈRE AUTOUR DE LA MORT DE PIERRE BÉRÉGOVOY. 
UN HOMME BIEN QUI GÊNAIT 
ET AURAIT PARLÉ COMME L'A FAIT NOTRE COURAGEUX CRS. 

Le 1er mai 1993, Pierre Bérégovoy est retrouvé agonisant au bord d’un canal de la Nièvre près de Nevers.

Un commentaire suite à la vidéo du CRS de l'Elysée Marc Granié qui nous dit avoir des preuves de cet assassinat:
*******************
Pour Beregovoy je peux confirmer; mon père était à l’époque à l’état-major des armées et il est rentré très pâle en nous annonçant « ils l’ont achevé dans l’hélicoptère qui l’emmenait au Val de Grace ». Comme un médecin civil n’aurait pas signé le permis d’inhumer il fallait que ce soit un médecin militaire, plus obéissant.
*******************
Marc Granié a mis ces information en sécurité, rien ne sert de s'en prendre à d'autres témoins, messieurs les assassins. Comme pour les USA, une fois les escrocs à la tête de l'état arrêtés par nos forces de police, pour non respect des droits de l'homme et tricherie aux élections, les jugements pourront commencer.
Cela colle bien avec ce qui suit et nous donne la fin de cette sordide histoire. On lui a tiré dessus sur le lieu de son RDV, puis emmené à l'hôpital par des militaires qui l'ont achevé.
-------------------
«Bérégovoy avait un rendez-vous fatal»
Par Dominique LABARRIÈRE - Février 2003
Denis TILLINAC y croit. «Je publie ce livre parce que le suicide de Pierre Bérégovoy m'a toujours semblé suspect. Il n'y a jamais eu d'enquête sérieuse, et comme le délai de prescription est proche, j'estime que c'est le moment d'en ouvrir une», nous indique le patron de la Table ronde. Le plus chiraquien des éditeurs parisiens publie le livre de Dominique Labarrière, une enquête de plusieurs années sur la mort de Pierre Bérégovoy (*), le dernier Premier ministre socialiste de François Mitterrand, mort à Nevers en 1993.
Quelle est votre thèse sur la mort de Pierre Bérégovoy ?
Dominique Labarrière : Je suis convaincu qu'il a été assassiné. Je pense même que le 1er mai 1993, le long du canal, il avait rendez-vous avec quelqu'un. A cet endroit, protégé par quelques mètres de bois, on rejoint une route juste derrière. D'après moi, cette rencontre a mal tourné.
Quelles preuves avez-vous ?

«Mitterrand détestait Bérégovoy»
Beregovoy, Boulin, Coluche, Balavoine et qui encore? ça fait beaucoup !!!
Bérégovoy était un pur. C'était pas un vrai politicien et il avait devant lui un Mitterrand qui était une arsouille, qui était vraiment méchant avec lui, et la droite aussi. Sauf que, quand Balladur est arrivé à Matignon, on lui a demandé de faire le bilan des socialistes et il a dit non, pour respecter la mémoire de Bérégovoy, ce en quoi il a eu tort ».
Bernard Debré, député UMP et urologue, qui a opéré François Mitterrand de la prostate, de révéler une part des relations entre l'ancien Président de la République et son Premier Ministre, Pierre Bérégovoy.
Ainsi, Bernard Debré explique : « Bérégovoy était détesté de Mitterrand. Je vais vous dire une chose que je n'ai jamais dite nulle part. Mitterrand, pour des raisons que je n'ai pas à décrire mais que vous savez, un jour, me dit, alors que j'allais recevoir Bérégovoy dans mon service, « Vous l'aimez ? ». J'ai dit « Mr le Président, je n'ai pas à aimer ou pas aimer, je suis chef de service, je suis respectueux de l'Etat ». Il me dit « Moi, je ne l'aime pas ». Ça, je crois que Bérégovoy le savait et qu'il était très triste de conduire le PS à la défaite et d'être accusé par le Président. Il s'était voué au Président corps et âme ».

Hypocrisie habituelle ! François Mitterrand, hommage à Pierre Bérégovoy

Rien ne change, quand on veut salir un homme, s'en débarrasser on lance une accusation infondée, (DSK, Fillon...) jusqu'à, pour Bérégovoy, l'assassiner et maquiller cela en suicide. Ils suicident tant de gens en ce moment encore. Ils provoquent des crises cardiaques... Il faut leur retirer tout pouvoir. C'est urgent!

----------------------------------
Il y a un faisceau d'indices troublants. Pierre Bérégovoy n'a laissé aucun mot d'adieu, alors qu'il est très proche de sa famille. Son carnet a disparu. On sait qu'il notait tout sur ce carnet et qu'il l'avait dans sa poche une demi-heure avant sa mort. Je pense donc qu'il y avait sur ce carnet la trace du dernier rendez-vous. On voit aussi, sur l'unique photo du mort sur le brancard, que l'orifice sur le sommet du crâne n'est pas très grand et ne ressemble pas à la trace que laisse, dans la majorité des cas, un 357 Magnum. Il aurait fallu faire une expertise balistique. La famille a toujours réclamé en vain le rapport d'autopsie. En fait, il n'y a pas eu d'enquête. Sous la pression politique, en un quart d'heure, une vérité officielle s'est imposée, celle du suicide d'un homme désespéré.

« Ses proches attestent qu'il avait des projets, qu'il allait mieux »
Pourtant tout le monde a décrit un Pierre Bérégovoy profondément dépressif...
Oui, même son chauffeur et son garde du corps sont venus dire qu'il avait fait d'autres «tentatives» dans la journée du 1er mai 1993. Alors pourquoi l'avoir laissé seul avec l'arme dans la boîte à gants ? On a beaucoup brodé sur la «déprime» de Bérégovoy, pour mieux cacher le «lâchage» dont il avait été victime de la part de l'Elysée. D'accord, deux mois avant, au moment de son départ de Matignon, il n'était pas bien. Mais il avait remporté les élections législatives dans sa ville de Nevers et tous ses proches attestent qu'il avait des projets, qu'il allait mieux. Plus troublant : des témoins ont entendu deux coups de feu.
Tous les psychiatres que j'ai consultés voient mal un désespéré tirer un premier coup pour essayer l'arme, puis tirer une seconde fois pour se tuer. Ce cas de figure n'arrive jamais.

Mais qui aurait voulu l'assassiner ?
Des milieux d'affaires pouvaient craindre que l'ancien Premier ministre témoigne un jour. Pierre Bérégovoy était un honnête homme. Libéré des contraintes du pouvoir, il aurait témoigné devant la justice dans un certain nombre de dossiers.
J'ai découvert aussi que James Andanson, l'ancien photographe paparazzi, était à Nevers ce 1er mai 1993. Il connaissait très bien Bérégovoy et je suis très étonné qu'il ne se soit pas manifesté.
James Andanson, d'après moi, aurait pu jouer un rôle dans le rendez-vous fatal, peut-être une simple mise en relation. Quand on sait que le même Andanson a été retrouvé «suicidé» dans sa voiture le 6 mai 2000, on se pose des questions.
Pourquoi réveiller ces doutes dix ans après ?
Je sais que des gens disposent d'indices inédits qu'ils ont peur de communiquer. C'est le moment !
Le 1er mai prochain, cela fera dix ans et les faits seront prescrits. J'aimerais qu'une enquête officielle soit enfin menée.
(*) « Cet homme a été assassiné », de Dominique Labarrière, aux Editions la Table ronde.
Dominique Labarrière à propos de l'enquête sur la mort de Pierre Bérégovoy chez Thierry Ardisson

Il a été annoncé la chute de la 3ème tout à new-York le 11 septembre avant qu'elle ne tombe, même erreur ici. Le suicide est déclaré avant l'enquête.

Le livre : "Cet homme a été assassiné" – 25 février 2003 de DominiqueLabarrière
1er mai 1993. Pierre Bérégovoy, qui un mois plus tôt était encore Premier ministre, meurt d'une balle en pleine tête. La France entière s'émeut. Et s'interroge... Malgré la personnalité de la victime, malgré les circonstances troubles du drame, il n'est procédé à aucune enquête digne de ce nom. Dans la précipitation la plus choquante, la thèse du suicide est immédiatement officialisée. Pourquoi une telle hâte ? Pourquoi si peu d'investigations autour de la fin tragique d'un haut serviteur de l'État ? De quoi avait-on peur ? Dix années ont passé. La prescription est imminente. Cependant, les zones d'ombre subsistent. " Cet homme a été assassiné ", déclarait François Mitterrand le soir même des obsèques de Pierre Bérégovoy. Il l'a été médiatiquement. Il l'a été politiquement, cela n'est pas douteux... L'a-t-il été physiquement ? Cette enquête explore sans concessions mais avec rigueur et objectivité l'enchaînement des faits qui a conduit au drame. Elle décrit un système sournois et cruel qui, pour le député-maire de Nevers, s'est révélé une redoutable machine à tuer.

24/05 - MACRON EN MARCHE ARRIÈRE...

Macron. En Prison !  AVANT - APRES.

"Emannuel Macron est la personnalité préférée des français" sur France Inter :
On ne va pas se payer un costard mais lui payer un costume de prisonnier, le boulet et une gamelle.

Macron : En marche arrière - Bienvenue en France

Macron, un petit air d'Adolf Hitler ? Vérification...

"Macron est un psychopathe" : l’analyse d’un psychiatre italien

Comment Macron a vendu Alstom aux américains
par Daniel Fasquelle, député du Pas de calais

La liste est trop longue !
Qu'est ce que nous attendons pour l'arrêter ?
Conseil national de Transition de France. Mandat d'arrêt :
Il faudra y ajouter du monde, mais la priorité est dans la diffusion sur le terrain en ce moment.

++24/05 - LA RÉVOLUTION ITALIENNE ? 
L'ITALIE SE PRÉPARE À RÉTABLIR SA MONNAIE NATIONALE 
ET À SORTIR DE L'UNION EUROPÉENNE !  
L'INTERDICTION DES FRANCS-MAÇONS AU GOUVERNEMENT INQUIÈTE
LA LOGE P2. 


Luigi Di Maio ("Mouvement 5 étoiles") - Matteo Salvini ("La Ligue") 
et Giuseppe Conte, premier ministre.


Giuseppe Conte, juriste inconnu, désigné chef du gouvernement italien
Il prévoit entre autres des baisses draconiennes d'impôts, l'instauration d'un revenu de citoyenneté et l'abaissement de l'âge de la retraite. Le programme commun promet aussi un tour de vis sécuritaire, anti-immigrés et anti-islam.
L'endettement de l'Italie représente plus de 130 % de son PIB, une proportion que seule la Grèce dépasse au sein de la zone euro.
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1102726/giuseppe-conte-italie-direction-gouvernement
Il nous a été dit que des hommes étaient prêt dan l'ombre à prendre la place des dirigeants corrompus.
--------------------------------------------
Un gouvernement “entièrement populiste” en Italie
Silvio Berlusconi fait un pas de côté et permet la formation d’un gouvernement composé par la Ligue et le Mouvement 5 étoiles. Les inquiétudes sur une dérive souverainiste sont mitigées par le choix d’un Premier ministre externe aux deux forces politiques et par la volonté du président de la République de respecter les contraintes européennes.
Mercredi 9 mai, Silvio Berlusconi a retiré son veto sur la formation d’un gouvernement composé par la Ligue (extrême droite) et le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème). L’Italie est peut-être sortie de l’impasse politique.
L’hypothèse d’un gouvernement “politiquement neutre” choisi par le président de la République a été mise de côté et les deux forces politiques ont commencé à négocier pour créer le premier exécutif à “entièrement populiste”. Il s’agit d’une majorité dont ne font pas partie les “deux mots qui ont marqué la politique italienne au cours des 24 dernières années : le centre droit et le centre gauche”

“Rébellion de la petite bourgeoisie”
La Repubblica observe comment l’Italie est devenue “une sorte de laboratoire populiste”, un cas unique parmi les nations fondatrices de l’Europe Linkiesta, pour sa part, se penche sur la signification de cette expérience politique. Le journal numérique la considère comme une manifestation de “la grande rébellion de la petite-bourgeoise face à la perte de pouvoir et de richesse au cours du premier temps de la mondialisation”. Linkiesta prend en compte aussi la question méridionale, jamais résolue, et la forte “critique de la constitution européenne, de ses contraintes budgétaires, de son ingérence”.
Luigi Di Maio et Matteo Salvini – respectivement le leader du M5S et de la Ligue se sont engagés dans l’élaboration d’un programme commun. Surtout, ils ont recherché un premier ministre extérieur aux deux forces politiques, qui puisse tempérer l’exécutif “à traction souverainiste”,
--------------------------------------------

Le nouveau gouvernement italien a rendu public son programme économique, qui contient notamment l'exigence que l'Union européenne efface 250 milliards d'euros de la dette publique de l'Italie et libère le pays de plusieurs restrictions. 
Sinon, Rome menace de sortir de la zone euro pour revenir à la lire italienne.
Les chefs des partis Mouvement 5 Étoiles et Ligue, qui ont obtenu le plus grand nombre de voix aux élections du 4 mars, sont convenus des principes fondamentaux de la politique économique du gouvernement de coalition. 
Ils sont persuadés que ce ne sont pas les recettes libérales qui garantiront la sortie de la stagnation économique, mais les "investissements" et la "stratégie expansionniste". 



Les exigences de Rome :

En 2017, l'économie italienne a affiché une croissance économique de seulement 1,5%, alors que la moyenne dans toute la zone euro s'élevait à 2,5%. Au premier trimestre, la croissance italienne a ralenti jusqu'à 1,4% en glissement annuel, alors qu'au sein de l'UE elle restait stable à 2,5%. Pour redresser la situation, les dirigeants des partis vainqueurs préconisent le recours à plusieurs stimulations fiscales allant à l'encontre des principes conservateurs de la Banque centrale européenne (BCE). Ces idées révolutionnaires sont très onéreuses. La baisse des impôts sur le revenu pour les entreprises et les particuliers à 15% augmentera significativement leurs capacités d'investissement, tout en réduisant les revenus budgétaires de 80 milliards d'euros par an. L'abandon de la réforme des retraites diminuerait la tension sociale, mais ferait perdre 15 milliards supplémentaires au budget. Et le refus d'augmenter l'impôt sur les ventes encore 12,5 milliards. Au total, c'est plus de 100 milliards d'euros qui manqueront au budget sachant que la dette publique de l'Italie s'élève à 131,8% du PIB — l'indicateur le plus élevé en UE après la Grèce. 
Or selon les règles de l'UE, la dette publique ne doit pas dépasser 60% du PIB.
Les Italiens sont conscients qu'en transgressant une règle ils en enfreignent une autre — sur le montant du déficit du budget public qui ne doit pas dépasser 3% du PIB. 
Pour l'instant, la situation est tolérable : d'après l'agence nationale des statistiques Istat, le déficit du budget italien se chiffrait à 2,3% du PIB en 2017. Mais si les plans annoncés étaient mis en œuvre, cet indice dépasserait considérablement la barre des 3%.
C'est pourquoi les leaders des principaux partis ont préalablement avancé deux exigences à l'UE : premièrement, la BCE doit annuler 250 milliards d'euros de la dette publique italienne; deuxièmement, lever les restrictions sur le niveau de la dette publique et du déficit budgétaire qui, selon les Italiens, n'existent plus que sur le papier depuis longtemps. 

"Cela fait dix ans que la France dépasse le plafond du déficit, la dette de la France et de l'Espagne est supérieure à 60% du PIB", rappelle le représentant économique de la Ligue Claudio Borghi. 
Les Italiens avertissent que si Bruxelles ne se pliait pas à leurs exigences, le pays quitterait la zone euro pour revenir à sa monnaie nationale. 
Le brouillon d'accord de coalition entre les partis 5 Étoiles et Ligue prévoit même des procédures techniques concrètes qui permettraient de se séparer de l'euro et de rétablir la souveraineté monétaire. Les marchés ont pris ces déclarations très au sérieux : le rendement des obligations italiennes sur 10 ans a augmenté de 16 points de base en une journée — un record depuis 14 mois. Le principal indice boursier italien FTSE MIB a chuté de 3,5% en deux jours et continue de baisser: autrement dit, les investisseurs vendent les actions des compagnies italiennes. 


 


Que dira l'UE cette fois ?

La démarche inattendue des Italiens place Bruxelles dans une position très compliquée. Il est évident que l'UE ne peut pas accepter ces conditions : cette dernière estime que les problèmes budgétaires doivent être réglés par la réduction des dépenses, les réformes libérales et la privatisation des biens publics. Comme toujours ! 
Ainsi, pour bénéficier du soutien financier de l'UE, la Grèce a été contrainte d'augmenter les impôts, de réduire les programmes sociaux et d'organiser une vente d'actifs nationaux. Au final, le port du Pirée appartient aujourd'hui aux Chinois, et les Allemands possèdent une compagnie de communication grecque. Des ports, des îles, des compagnies d'électricité et de gaz, de grands terrains, y compris la région de l'ancien aéroport près d'Athènes, l'aéroport d'Hellinikon — avec des plages, des parcs, des forêts et une multitude de monuments antiques — ont été mis en vente. L'UE est complètement satisfaite du résultat : fin avril, le commissaire européen à l'économie et aux finances Pierre Moscovici a déclaré que le programme d'aide extérieure à la Grèce se terminerait en août 2018. Et d'ajouter : "Finir le programme grec serait un symbole que nous avons mis la crise derrière nous. Et puis, surtout pour les Grecs, ce sera la bonne nouvelle que ce pays est lui aussi sorti de sa crise et est capable de créer de la croissance et de l'emploi." Mais les Grecs ne s'empressent pas de se réjouir. "C'est comme une occupation : ils ont capturé notre pays, s'indigne la professeure d'architecture Eleni Portaliou. Les investisseurs étrangers sont comme des vautours : ils savent que nous sommes forcés de vendre nos richesses nationales, et les créditeurs veulent seulement obtenir de l'argent au plus vite. C'est pourquoi les prix deviennent dérisoires et nous perdons sur tous les fronts. Les investisseurs étrangers paieront seulement 900 millions d'euros pour l'aéroport d'Hellinikon, tandis que les experts indépendants ont évalué ce terrain à au moins 3 milliards." Pas étonnant, donc, que les Italiens ne veuillent pas suivre le chemin de la Grèce. 

Un trou dans le budget de l'UE !

De plus, même si l'UE se pliait aux exigences de l'Italie, cela ne fonctionnerait pas à cause de ses propres problèmes financiers. Le Brexit prive en effet l'UE de son troisième plus grand donateur : le Royaume-Uni versait 12,76 milliards d'euros au budget européen commun et ne recevait que 7,05 milliards de dotations. En d'autres termes, cela forme dans le budget européen un trou de presque 6 milliards d'euros. Les tentatives de Bruxelles de le combler en faisant augmenter la cotisation des autres membres rencontrent une très forte opposition. Ainsi, lors d'un récent débat sur le projet de budget de l'UE pour 2021-2027, le ministre néerlandais des Affaires étrangères Stef Blok a directement indiqué que la «proposition d'augmenter les cotisations était inadmissible» pour son gouvernement. Il a été soutenu par le Premier ministre danois Lars Løkke Rasmussen qui a noté qu'une "UE réduite aura également besoin d'un budget réduit". Un discours similaire a été tenu par le Premier ministre néerlandais Mark Rutte et la ministre suédoise des Finances Magdalena Andersson, qui a qualifié le nouveau projet de budget européen de "déraisonnable". Si 6 milliards d'euros suscitent de tels litiges, alors on s'imagine facilement quel scandale éclaterait si l'on parlait de 250 milliards… 
Enfin, en répondant favorablement à la requête de Rome, l'UE créerait un dangereux précédent dont ne manqueraient pas de profiter les autres pays qui éprouvent des problèmes budgétaires — l'Espagne et la France. 

Par conséquent, Bruxelles ne fera pas de concessions à l'Italie. D'un autre côté, les Italiens pourraient, eux aussi, ne pas céder: le nouveau gouvernement n'a aucune chance de redresser la situation économique avec la politique budgétaire actuelle. Et l'exemple du Royaume-Uni montre qu'il est possible de réduire à un niveau tolérable les frais de séparation avec l'UE en se débarrassant au final d'une multitude de problèmes, notamment migratoiresDe cette manière, le scénario de sortie de l'Italie de la zone euro paraît parfaitement plausible. 


En février, les experts de l'Economist Intelligence Unit, département analytique du magazine The Economist, ont inscrit l'éventuel éclatement de la zone euro dans le top-10 des principaux risques pour l'économie mondiale. 
"Le risque de sortie de la Grèce de la zone euro à moyen terme persiste, tandis que les problèmes économiques pourraient pousser l'Italie à sortir de la zone euro. La sortie des pays en crise de la zone euro entraînerait une forte dévaluation de leur monnaie et leur incapacité à rembourser leur dette en euros. Tout cela pourrait plonger l'économie mondiale dans la récession", constatent les analystes.
https://fr.sputniknews.com/international/201805211036471921-italie-monnaie-nationale/

--------------------------------------
Italie : l'interdiction des francs-maçons au gouvernement inquiète
La loge P2.
et France24 de monter au créneau pour ses employeurs !
"Vous avez redit Théorie du complot"?  Et de salir à nouveau la Belle Brigitte Bardot
Dans le contrat passé la semaine dernière entre la Ligue et le Mouvement Cinq Etoiles, un «code éthique» interdit aux personnes appartenant aux loges une place dans l'exécutif. Les deux partis se défendent en invoquant l'«opacité» de la franc-maçonnerie italienne.
http://www.liberation.fr/planete/2018/05/23/italie-l-interdiction-des-francs-macons-au-gouvernement-inquiete_1652136
24/05 - ITALIE : LE NOUVEAU GOUVERNEMENT ITALIEN 
VEUT-IL ARRÊTER LE TUNNEL LYON-TURIN ? COÛTEUX ET INUTILE. 


Le fret passait par le rail et tout se passait bien, mais il a été décidé d'encombrer nos routes de trop nombreux camions qui bloquent la circulation. 


Il y avait une ligne ferroviaire capable de transporter tout le fret mais, voilà, cet ouvrage rapporterait beaucoup d'argent à certains. Ceux qui ont des intérêt dans cet ouvrage en appellent au roi Macron

Quand un projet est abandonné comme c'est le cas pour l'aéroport de Notre Dame des Landes, ces pourris imposent de payer des dédommagements. Et si on prouvait que leur projet était inutile, il devraient eux payer des dédommagements et aller directement à la case prison, et leur argent gagné en volant le peuple lui serait restitué. Utopie, qui deviendra bientôt réalité.
------------------------
«Le projet de tunnel Lyon-Turin est inutile, coûteux et irrespectueux de la terre»
"On pourrait mettre 75% des camions qui sont sur la route, sur les rails, nous avons l’infrastructure."

De nombreuses personnes se mobilisent contre le projet de tunnel Lyon-Turin. Parmi eux : Daniel Ibanez, la députée européenne Michèle Rivasi et des agriculteurs locaux.
------------------------

le journal "Le monde" :
Inquiétudes des soutiens du tunnel Lyon-Turin, menacé par le nouveau gouvernement italien
La nouvelle coalition gouvernementale est opposée à cette ligne ferroviaire et son tunnel de 57 km à travers les Alpes pour relier la France et l’Italie.



Ils sont soixante-trois, et de tous bords politiques. Directement concernés par le futur tunnel ferroviaire Lyon-Turin, ces élus ont écrit un courrier à Emmanuel Macron pour lui demander d’accélérer le calendrier des voies d’accès à l’ouvrage, actuellement remis en cause en Italie.
Le contrat de gouvernement signé entre le Mouvement 5 Etoiles (M5S) et la Ligue, qui s’apprêtent à former une coalition de gouvernement en Italie, prévoit une rediscussion du traité prévoyant la création de cette ligne ferroviaire et de son tunnel de 57 km à travers les Alpes pour relier la France et l’Italie. Par le passé, le candidat du M5S, Luigi Di Maio, avait déjà jugé que ce chantier titanesque, évalué à 8,5 milliards d’euros, « ne [servait] à rien ».

« Lourdes conséquences négatives »
« Dans le contexte d’incertitudes politiques en Italie, nous espérons vivement que vous saurez être le garant de la dynamique de ce grand chantier d’avenir », ont souligné les élus signataires à l’adresse de M. Macron. Ceux-ci s’inquiètent notamment de la tenue du calendrier, alors que la ligne est censée transporter 40 millions de tonnes de marchandises par an entre la France et l’Italie à partir de 2030.
« Les débats liés à la future loi d’orientation des mobilités laissent craindre un report au-delà de 2038 de l’aménagement des voies d’accès depuis Lyon jusqu’au tunnel transfrontalier. » Un tel décalage engendrerait de « lourdes conséquences négatives », écrivent les signataires.
« Sans voie d’accès française moderne et performante, il ne sera pas possible d’opérer un report modal massif du transport transalpin de marchandises de la route vers le rail. »
Pour débloquer le dossier, les signataires estiment qu’il est possible de diviser par deux le coût des accès à l’ouvrage, en ne retenant « que les infrastructures essentielles à l’exploitation du tunnel transfrontalier lors de sa mise en service ». Actuellement, 22 km de galeries de reconnaissance ont déjà été percées, et 400 personnes travaillent sur le site.

Parmi les signataires, tous originaires de la région Auvergne-Rhône-Alpes, figurent trente-deux députés, treize sénateurs, quatre députés européens, cinq présidents de département et neuf présidents d’exécutif, dont le président de la région Laurent Wauquiez (Les Républicains), les maires de Bourg-en-Bresse Jean-François Debat (Parti socialiste) et d’Annecy, Jean-Luc Rigaut (Union des démocrates et indépendants), ainsi que le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld (La République en marche).
24/05 - ITALIE : FIN DES VACCINS OBLIGATOIRES ? 



Vers la fin de l'obligation vaccinale en Italie ? Le futur gouvernement s'y prépare!
Vent debout contre l'euro, l'Europe, la grande vitesse avec le tunnel Lyon-Turin et la vaccination obligatoire. 
Pour le moins, le Mouvement 5 étoiles (M5s) et son partenaire la Ligue du Nord ont le mérite d'être clairs ! Dans leur feuille de route intitulée "Programme pour le gouvernement du changement", les chefs des deux partis Luigi DI Maio (M5s) et Matteo Salvini (Ligue) ont fait état de leurs convictions souverainistes et populistes en dressant la liste de ce qu'ils veulent changer ou modifier. À commencer par la vaccination obligatoire réintroduite l'an dernier par le gouvernement de coalition formé par les centristes et les démocrates. Depuis la rentrée 2017, l'inscription en maternelle et dans le primaire est liée à dix vaccinations obligatoires : DTP, coqueluche, rubéole, rougeole, oreillons, varicelle, hépatite B et hémophilus de type B. En revanche, les vaccinations contre méningocoques B et C sont seulement recommandées par l'Institut supérieur de la Santé comme l'anti-pneumocoque et l'antirotavirus. Le ministère de la Santé a également organisé des campagnes de sensibilisation durant toute l'année en conseillant aussi aux adultes de se vacciner. 

Une proposition de loi au Parlement !
Tout cela risque bientôt de faire partie de l'histoire ancienne. Après avoir promis à leurs adhérents et à l'électorat italien pour augmenter leurs chances de gagner aux élections générales du 4 mars dernier d'abolir "le décret inique sur la vaccination", les deux chefs de parti veulent concrétiser. Au risque de se fâcher avec l'Europe, la communauté scientifique internationale et l'ordre des médecins italien. "Nous sommes favorables à la recommandation mais pas à la ligne de l'obligation", ont expliqué à plusieurs reprises Luigi Di Maio et Matteo Salvini. Pour le patron de la Ligue du Nord, "dix vaccins représentent un risque potentiel pour certains enfants !". La feuille de route programmatique devrait réduire le nombre de vaccins à quatre avec peut-être le BCG et la poliomyélite. Une proposition de modification a déjà été déposée en milieu de semaine au parlement par le groupe de la Ligue du proposant d'éliminer le dispositif sur la vaccination obligatoire. "Exclure les enfants non vaccinés du circuit scolaire est un acte de discrimination irrationnel, inacceptable et injustifié en raison du manque de bonnes raisons sanitaires", a expliqué le sénateur Paolo Arrigoni, l'un des signataires de la proposition de modification de loi. Plusieurs spécialistes sont déjà montés au créneau pour évoquer le risque d'un retour des épidémies avec la fin de l'immunité grégaire. 
24/05 - LA FÊTE, C'EST QUAND NOUS AURONS GAGNÉ NOTRE LIBERTÉ, 

mais pas pour amuser les foules et leur faire oublier que nous vivons sous la dictature. Pendant ce temps notre brave CRS est interné pour nous donner une chance de nous en sortir !!!!!



Mélenchon, qui a les moyens, a mitraillé de tracts la France, pour son invitation à faire "La fête à Macron" le 5 mai. !!! Les médias ont rendu la France futile et rares sont les vrais patriotes. Cette fête était à la hauteur des émission TV dont raffolent maintenant nos jeunes et aussi même nos moins jeunes. Beaucoup trop de monde est tombé dans ce piège. Mélenchon, le "bon copain".

La manifestation "la fête à Macron" à Paris le 5 mai 2018, a été lancée par le député Ruffin de la "Picardie insoumise" mais aussi "France insoumise" et reprise par Mélenchon qui aurait peut-être soufflé l'idée à Ruffin? Ruffin n'est plus libre d'après moi. Je le connais bien, c'est un homme honnête, toujours sur le terrain pour aider là il y a un réel besoin. Quand Mélenchon fait son discours sur la Place de la République, Ruffin est au café pas loin de là.


VIDÉO - Des tensions entre Ruffin et Mélenchon ? "Ce sont des trucs du JDD", balaie Alexis Corbière


Le but de cette manifestation était de détourner les français de l'événement important organisé le même jour et programmé de très longue date, par le Conseil National de Transition. Cette manifestation de la fête à Macron devait partir du Louvres, très proche de la Place de la Concorde d'où démarrait le CNT pour remonter sur l'Elysée. Gérard Collomb, ministre de l'intérieur à déplacé la veille le départ du cortège à l'Opéra sous un faux prétexte. Il fallait séduire ceux qui hésitaient entre faire la fête ou essayer de renverser le gouvernement. Possible si nous avions été plus nombreux et si le même Collomb n'avait pas fait interné notre Brave CRS, faisant peur à ses collègues qui avaient la possibilité d’arrêter Macron et son gouvernement ce jour là.
Seuls les vrais et courageux patriotes qui n'avaient peur de rien ont fait le bon choix.

"La fête à Macron" en chars et en musique: même Mélenchon a poussé la chansonnette et aussi la femme d'Alexis Corbière journaliste télé
Corbière dit que Mélenchon ne comprends rien au foot, mais qu'il aime les bains de foule, surtout qu'il y a beaucoup d'africains dans le foot et qu'il n'aime pas les blancs. Il oriente les votes des français d'origine étrangère de plus en plus nombreux.
Alexis Corbière publie par erreur une photo de 1998 pour illustrer la "Fête à Macron"
L'erreur a bon dos! Classique cette stratégie ! Macron l'utilise à fond!. Sans compter toutes les photo de guerres truquées....
Je penserai à mettre la photo des funérailles de Johnny en disant que ce sont les participants à mon prochain anniversaire.

Quand Alexis Corbière se félicite du succès de la Fête à Macron avec une photo du Mondial 98
Il plaide l'«erreur». Le député de la France Insoumise Alexis Corbière s’est hier félicité du succès de la Fête à Macron en publiant plusieurs images de la manifestation, dont une étant en réalité une photo des liesses de juillet 98 entourant les performances de l’Équipe de France de football à la Coupe du monde.
Une bonne image vaut parfois mieux qu’un long discours… C’est ce qu’a dû penser Alexis Corbière. Alors hier soir, pour saluer la réussite de la fête à Macron, le député La France insoumise y est allé d’un petit montage photo. «Ils pourront dire ce qu’ils veulent, ce fut un extraordinaire succès… grâce à vous» a-t-il twitté nuitamment.
Sauf que l’image censée montrer la très forte mobilisation de samedi contre la politique conduite par Emmanuel Macron - près de 40.000 manifestants ont été recensés par la préfecture de police et le cabinet Occurrence pour un collectif de médias, contre 160.000 par la France Insoumise - est en réalité une image des Champs-Élysées en liesse lors de la Coupe du monde de football remportée par les Bleus en 1998. Ce que n’ont pas tardé à repérer journalistes et internautes facétieux.

Alexis Corbière, sur les bancs de l'Assemblée nationale
aux côtés de Jean-Luc Mélenchon.
Plus bas aux côté de sa femme
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Contacté par franceinfo dimanche matin, Alexis Corbière a admis une «erreur» et reconnaît «avoir pris au premier degré une blague» qu’un ami lui aurait faite «lors de la soirée festive qui fêtait cette belle manif».
Après avoir supprimé le tweet en question, l’Insoumis Corbière a de nouveau gazouillé ce matin. «Encore des photos de la belle manif d’hier #LaFeteAMacron et des vrais (sans photo de 98 comme hier soir! Oups…). On se retrouve le 26 mai encore plus nombreux?», a-t-il tweeté ce matin. Avec des photos… du 5 mai 2018.

Mélenchon arrive à rassembler les foules en se posant en "bon copain". Pour lui, la politique est un jeu super bien payé et qui lui ramène de nombreux copains et copines.

mercredi 23 mai 2018

+++23/05 - CNT - VACCINS. 
LE GRAND SCANDALE. 



VACCINS : DANGER, POISON, TOXIQUE - "RAPPEL" D'ERIC FIORILE
https://www.youtube.com/watch?v=tG1EkeFSelI

Une science qui a perdu son âme par le DR Tall Schaller. La tricherie des vaccins. Très nombreux articles sur ce blog.

Docteur Tal Schaller les Mensonges de la science de Pasteur au HIV vous serez horrifiée

Il va falloir rebaptiser de nombreuses rues après la Transition.
La cours suprême du CNT qui représente le peuple a annulé la loi scandaleuse  des 11 vaccins.
CNT - VACCINS - AVERTISSEMENT

Conférence : 11 Vaccins, enjeux, décryptages et vérités - Dr. Christian Tal Schaller

Il y a longtemps qu'on nous prévient des danger de la médecine occidentale.
Un moment inoubliable du cinéma: Dr Knock
https://www.youtube.com/watch?v=Bglpy83gISs
23/05 - DES CRS EN CIVIL SAUVAGEMENT AGRESSÉS À GRENOBLE 
LE LENDEMAIN DE LA FUSILLADE DE MARSEILLE. 
IL LEUR FAUT LES MOYEN DE SE DÉFENDRE ! 

Manifestation des policiers à Marseille
pour leur collègues agressés à Viry-Chatillon en 2016
Il faut arrêter cette hémorragie de violence. Donc faire arrêter notre gouvernement qui en est la cause. C'est le seul moyen et seul le Conseil National de Transition (CNTF) nous en donne la possibilité. Les officiers supérieur honnêtes ne doivent plus mettre la vie de leurs collègues en danger !!!
Comment expliquer ces agressions ces derniers jours, ainsi que l'agression des forces de police lors de la manifestation du 22 mai à Paris. Tout s'était super bien passé sans que les manifestants ne rencontrent de forces de police comme c'est l'habitude et sont arrivés ces casseurs qui ont commencé à crier "tout le monde déteste la police"? Afin que cette phrase nous tourne dans la tête. Payés par Qui? Un article va suivre. J'étais à cette magnifique manifestation et elle n'a pas été relayée dans sa partie Lumineuse. Tant de Fraternité !!!!
"Tout le monde déteste les journalistes"? Désolée, vous êtes si nombreux à me lire!

Quatre CRS en civil ont été agressés à Grenoble (Isère) lundi 23 mai par plusieurs individus. L'un des hommes, grièvement blessé, est toujours hospitalisé. "Ils ont été abordés par deux individus à moto, qui tournaient et les frôlaient en les insultant, puis ils se sont retournés et ont vu notre collègue qui est le plus sévèrement touché se faire littéralement massacrer par une dizaine d'individus", a indiqué, mercredi sur franceinfo, Jean-Marie Philips, délégué régional Est du syndicat Alliance pour les CRS.

CRS agressés à Chalon-sur-Saône : les réactions en Bourgogne

Jean-Marie Philips a considéré que les agresseurs savaient qu'ils s'en prenaient à des policiers. Le représentant du syndicat de police Alliance a dénoncé une opération préméditée. Visiblement tout était préparé. Ça a été véritablement très rapide, mené comme une opération coup de poing. Policiers du mauvais côté ?

Selon le syndicaliste, les CRS étaient facilement repérables, même en étant en tenue civile. "Dans les quartiers où tout le monde se côtoie et tout le monde se connaît, lorsque l'on voit cinq, six personnes avec une coupe de cheveux propre, cheveux courts, avec un accent pas forcément de la région, la relation est tout de suite faite, ce sont des CRS", a-t-il assuré. 
Trois des CRS agressés ont déposé plainte. Deux de leurs collègues qui sont intervenus pour les secourir ont également porté plainte.
A mon humble avis, c'est bien pire que ça. Les CRS, à commencer par Marc Granié, se rangent enfin du côté du peuple et osent ne plus obéir à des ordres voyous et ont veut leur faire payer.
----------------------
Il y avait déjà eu la fusillade dans le quartier de la Busserine à Marseille
Un commando a tiré plusieurs coups de feu lundi dans une cité des quartiers nord. Aucune personne n'a été blessée mais deux policiers ont été pris en joue par les suspects.
Une scène irréelle. L'enquête se poursuit, mardi 22 mai, pour retrouver le commando armé de kalachnikovs qui a tiré en l'air, la veille, dans le quartier de la Busserine à Marseille. La fusillade n'a pas fait de blessé, mais 2 policiers ont été mis en joue par les assaillants. La police judiciaire, chargée de l'enquête, cherche notamment à déterminer si deux voitures retrouvées calcinées après la fusillade ont pu servir aux malfaiteurs, mais ne confirme pas pour l'instant si un homme a été enlevé par le commando lors de sa fuite.
Un commando de "cinq à dix individus" a fait irruption dans la cité

Vers 17 heures, lundi 21 mai, un commando a fait irruption dans le quartier de la Busserine, une cité de 4.000 habitants située dans le nord de Marseille, rapporte Le Point. Selon le préfet de police, ce commando était composé de "trois à quatre véhicules" transportant "cinq à dix individus"cagoulés et équipés d'armes de poing et d'armes longues de type kalachnikov. D'après La Provence, dès leur arrivée, les assaillants se sont mis à bloquer les différentes entrées et sorties de la place principale.
.
Sur place, des habitants entendent plusieurs coups de feu. Effrayés, certains plongent sous des véhicules stationnés ou s'échappent en courant, décrit Le Point. "Ils nous ont dit de nous barrer, de rentrer chez nous, sinon, ils nous tireraient dessus", témoigne une jeune habitante de la Busserine dans La Provence.
En entendant les coups de feu, des policiers de la BAC en patrouille à proximité foncent en direction des tireurs mais ont à peine le temps de les croiser. Un second équipage de police appartenant à la compagnie de sécurisation et d'intervention intervient en renfort et est alors "doublé par deux véhicules Megane dont l'un arbore un gyrophare sur son toit", selon le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux. Puis,"un individu assis à l'arrière du second véhicule à bord duquel se trouvait quatre hommes cagoulés a exhibé une arme longue en direction du véhicule de police". Les policiers ont alors tiré à quatre reprises sur le véhicule, brisant une vitre, sans réussir à empêcher les assaillants de poursuivre leur route.

Un enlèvement a été évoqué, mais pas confirmé

"Aucun blessé par balle n'est à déplorer mais une personne, qui s'est présentée spontanément à la police, a été blessée à la tête par un coup de crosse porté par un malfaiteur", a précisé la préfecture de police. 




Procureur de la République de Marseille: "Les malfaiteurs ont tiré en l’air après avoir mis en joue les policiers"
"Selon un témoignage, une personne aurait été enlevée par une voiture dont les occupants ont tiré en l'air à plusieurs reprises", a précisé le procureur de la République de Marseille, cité par France Bleu Provence. Mais aucun élément ne peut confirmer pour le moment ce kidnapping, selon la préfecture de police.

La piste du trafic de stupéfiants est étudiée

"Il semblerait que les événements soient liés au trafic de stupéfiants", alors que le quartier est connu pour être un haut lieu de trafic, a précisé le préfet de police. Le procureur de la République de Marseille a confirmé que le commando avait utilisé des armes de type kalachnikov "employées dans le cadre d'actions violentes de narco-banditisme notamment à l'occasion de règlements de comptes".
Aucun élément précis ne permet d'avoir une piste quant à l'identification de ces différents auteurs.Xavier Tarabeuxen conférence de presse
Il a précisé que la police judiciaire travaillait sur "une dizaine de personnes" et qu'elle cherchait à déterminer si deux voitures retrouvées calcinées après la fusillade avaient pu servir aux malfaiteurs.




Procureur de la République de Marseille: "Nous sommes sur la piste d’un narco-banditisme de cité"

L'Etat annonce des renforts policiers à Marseille

Gérard Collomb a "condamné avec la plus grande fermeté les événements" et a annoncé l'affectation de "60 policiers supplémentaires" à Marseille d'ici 2019. "Des moyens policiers ont été déployés par le préfet de police des Bouches-du-Rhône dans le quartier dès hier soir. Ils y seront maintenus le temps nécessaire", précise le communiqué du ministère de l'Intérieur publié mardi. 

Alors qu'il présentait à l'Élysée son plan banlieues, le président de la République a déploré la "grande violence" qui gangrène certains quartiers : "Oui nos quartiers ont du talent, mais oui dans nos quartiers, il y a aussi de la violence, il y a des choses qui ne vont pas et c'est explosif", a-t-il évoqué.
Est ce que l'agression des policiers n'était pas le seule but de cette fusillade?
--------------------------
La police doit pouvoir se défendre. Les voyous sont mieux armés qu'eux, il y a depuis longtemps des caches d'armes partout en France et il en est venu à nouveau de Syrie ainsi que des combattants "de l'Islam", des mercenaires des voyous qui nous dirigent.


Souvenez-vous de l'agression atroce de policiers à Viry-Chtillon en région parisienne :
Marseille : après l'agression de Viry-Châtillon des policiers se rassemblent en silence

Ils ne sont que de la chaire à canon !